Remparts: deuxième victoire en deux jours

Philipp Kurashev (96) a disputé son meilleur match... (La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Philipp Kurashev (96) a disputé son meilleur match de la saison, selon son entraîneur-chef Philippe Boucher.

La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Avec l'effort vient la récompense! Auteurs de 50 lancers, les Remparts de Québec ont marqué à la cinquième ronde des tirs de barrage, samedi au Palais des sports Léopold-Drolet, pour l'emporter 3-2 aux dépens du Phoenix de Sherbrooke.

Il s'agissait d'une deuxième victoire en deux matchs pour les Remparts dans ce voyage de type «trois en trois» qui prend fin dimanche, à Gatineau. 

«Je suis bien content. Gagner sur la route, ce n'est jamais facile, et de le faire deux jours de suite, c'est le fun. En regardant le calendrier, on se disait : "Hé monsieur, on a un gros contrat devant nous..." Il nous reste un gros test à Gatineau, où ce n'est jamais facile, mais on s'en va là-bas en faisant confiance aux gars. Et depuis le début de l'année, c'est rare qu'ils nous déçoivent», estimait l'entraîneur-chef Philippe Boucher.

Les Remparts ont comblé deux déficits d'un but pour forcer la prolongation et les tirs de barrage. Ils ont souvent menacé le filet protégé avec brio par Evan Fitzpatrick, frère de leur espoir Lucas qui poursuit son développement dans les Maritimes.

Quand Christian Huntley a créé l'égalité avec seulement 2:14 à faire en troisième, les Remparts pouvaient respirer plus à l'aise. Le défenseur avait aussi marqué le premier des siens, en deuxième. Il revendique les trois derniers buts de l'équipe en temps régulier, lui qui fut l'auteur du but gagnant à Drummondville, la veille.

«En troisième, je me disais : "On mérite mieux, on mérite mieux." Je me disais que ça ne pouvait pas finir de même parce qu'on jouait trop bien, qu'on allait trouver une façon et on l'a fait», ajoutait Boucher.

Gentile tranche à la Forsberg

Après avoir vu quatre coéquipiers échouer en tirs de barrage, le petit attaquant Derek Gentile a déjoué Fitzpatrick à l'aide d'une manoeuvre à la Peter Forsberg pour semer la joie dans le clan québécois, qui signait une septième victoire en 13 matchs.

«Je n'ai pas pensé à ce que j'allais faire, j'y suis allé avec l'inspiration du moment... On a réussi 50 lancers, c'est excitant de voir ce qu'on peut accomplir. J'ai eu la chance de marquer le but vainqueur, mais tout le monde aurait pu le faire, notamment Christian, qui a très bien joué encore», disait Gentile.

Il aurait aussi pu parler des deux joueurs européens, Philipp Kurashev et Dmitry Buynitskiy, qui ont peut-être disputé leur meilleur match de la saison. «Ils ont été bons vendredi et très bons aujourd'hui [samedi]. J'étais sûr que "Dyma" pouvait faire la différence en prolongation, et il a passé proche. Ils sont créatifs et commencent à comprendre comment il faut jouer. Yanick [Turcotte] fait un bon travail avec eux, ç'a été de loin notre meilleure ligne», jugeait Boucher, qui a aussi apprécié le jeu de Huntley et Ross MacDougall à la ligne bleue.

Evgeny Kiselev a reçu 37 lancers, ne cédant que devant Hugo Roy et Anderson MacDonald.

Pascal Rhéaume heureux à la maison

En route vers l'aéroport pour s'envoler vers l'Iowa afin d'y occuper un poste d'adjoint avec le club-école du Wild du Minnesota dans la Ligue américaine, Pascal Rhéaume a changé d'idée, préférant passer les prochaines années avec sa famille.

Le père de trois enfants a donc renoncé à un contrat de deux ans pour rester auprès de son fils de 14 ans et de sa fille de 17 ans, l'aînée se trouvant déjà à l'université à l'extérieur de la région. «Je fais un pas en arrière dans ma carrière, car j'étais plus proche de la LNH, mais je ne voulais pas me demander dans quelques années si je n'avais pas manqué quelque chose avec mes enfants», raconte le natif de Lac-Beauport.

En même temps, un poste d'adjoint s'ouvrait avec le Phoenix de Sherbrooke, où il avait été adjoint à temps partiel à sa première saison. Il a ensuite dirigé les Cougars du Collège Champlain, étant aussi gérant de l'aréna de Jocelyn Thibault pendant quelque temps.

«Mon but est de faire du coaching, je pense pouvoir montrer des choses aux jeunes. Ça n'a pas été facile pour moi, je n'ai pas été un choix de première ronde ou une grande vedette, mais j'ai quand même joué 600 matchs dans la LAH et plus de 300 dans la LNH; je peux leur dire ce que ça prend pour monter», expliquait le frère de Manon Rhéaume, célèbre gardienne de but.

Rhéaume est de retour dans le junior avec un surplus de bagages acquis en Iowa, où il a profité des connaissances de deux hommes ayant plus de 15 ans d'expérience. Il n'écarte pas l'idée d'obtenir un poste en chef, un jour. «Je vis les étapes une à la fois, et s'il y a un poste ouvert d'entraîneur-chef dans deux ou trois ans, j'aimerais bien ça. On veut toujours monter, mais pour l'instant, j'ai un contrat de deux ans avec le Phoenix, Stéphane Julien est mon ami, on a une belle gang ici», ajoutait celui dont les parents résident toujours dans Charlesbourg.

En vitesse...

Seul changement dans l'alignement des Remparts : Étienne Verrette a cédé sa place à Bryce O'Brien à la ligne bleue... Arrière utilisé sur le quatrième trio, Alexandre Drapeau s'est attiré les éloges de Philippe Boucher avant le match : «On veut une équipe travaillante, et Alex, il est le premier arrivé à l'aréna et il est prêt à faire n'importe quoi pour aider. Vendredi, Drummondville savait qu'Alexandre Drapeau était là»... Le Phoenix était privé de six joueurs, dont le vétéran Julien Pelletier, suspendu pour le match pour avoir enlevé le casque d'un adversaire, vendredi... Nicolas Poulin, le fils de Patrick (ancien joueur du Canadien), est absent à long terme à Sherbrooke en raison d'une blessure à un genou... L'entraîneur-chef Stéphane Julien au sujet du deuxième cycle du Phoenix : «La philosophie de Jocelyn [Thibault, propriétaire et dg] est de développer à l'interne. On n'invente rien, on s'inspire des meilleurs clubs comme Rouyn et Shawinigan qui le font aussi»... Ancien bras droit de Patrick Roy et de Philippe Boucher à Québec, Jean Gagnon est maintenant celui de Jocelyn Thibault à Sherbrooke.  

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer