• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Remparts 
  • > Les Remparts retrouvent les Voltigeurs un mois après avoir été rossés 10-2 

Les Remparts retrouvent les Voltigeurs un mois après avoir été rossés 10-2

Les mines étaient basses sur le banc des... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les mines étaient basses sur le banc des Remparts lors de la dégelée de 10-2 contre les Voltigeurs, le 25 septembre.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il n'a pas l'habitude de prendre la parole après un match, mais Philippe Boucher a fait une entorse à sa routine, mercredi, au terme de la défaite de 6-0 des Remparts de Québec face aux Cataractes de Shawinigan. À ce moment, il avait déjà en tête le voyage de trois matchs en trois jours à Drummondville (vendredi), à Sherbrooke (samedi) et à Gatineau (dimanche).

Dès leur premier arrêt, les siens retrouveront les Voltigeurs, qui avaient infligé un cuisant revers de 10-2 aux Remparts lors du deuxième match de la saison au Centre Vidéotron. «Il y a certaines choses qui doivent être dites pour motiver une équipe. J'ai soulevé le point après le match, mercredi, et je ne pense pas avoir à en reparler toute la journée, vendredi. Les gars le savaient, de toute façon», confiait l'entraîneur-chef.

Le 25 septembre, les Remparts n'avaient rien fait de bon dans ce match à sens unique, un peu comme dans celui de mercredi contre la meilleure équipe de la LHJMQ à ce jour. Pour ces retrouvailles avec les Voltigeurs, Boucher fera appel à l'orgueil et à la fierté de ses joueurs.

«Je pense que nos joueurs sont orgueilleux et fiers. Il faut avoir la mémoire longue, se souvenir de choses qui sont arrivées. Dans une saison de 68 matchs, il faut trouver toutes sortes de façons pour se motiver comme individu et comme équipe, et celle-là, c'en est une bonne», répétait Boucher.

Meilleur début

Pour effacer cette erreur du parcours, sa troupe devra cependant entreprendre le match de vendredi sur une meilleure note qu'elle ne l'a fait à Québec, en milieu de semaine, où les Remparts tiraient de l'arrière 2-0 après 20 minutes.

«On doit mieux faire les choses collectivement. Quand un match part mal, on essaie de trop en faire, ce qu'on ne peut pas se permettre. Sur la route, on commence mieux qu'à la maison. Même à L'Ancienne-Lorette, on commençait mal. En général, les clubs adverses sont bien préparés en arrivant ici, ils sont tous sur le piton et ça explique peut-être nos mauvais débuts de match à domicile.»

Boucher et ses adjoints tenteront de comprendre la raison au retour de l'équipe en ville, la semaine prochaine. Pour l'heure, c'est la séquence de trois matchs en trois jours qui les préoccupe. Dimanche, les Remparts auront disputé quatre matchs en cinq jours et 10 en 19.

«Quatre en cinq, dont un trois en trois sur la route, ça n'arrive pas souvent, mais c'est un mal nécessaire parce que Raymond [Bolduc] doit faire des pirouettes avec le calendrier. On est dans un bout difficile, mais la cédule va nous avantager à un autre moment. Mais présentement, c'est chargé. On arrivera à Gatineau pour un trois en trois contre une équipe qui n'aura pas joué, la veille. Ça va être éprouvant pour tout le monde, ça rentre dans le bagage d'expérience.»

Boucher ne parvenait pas à trouver de points positifs sur le match de la veille, à part de nouveaux schémas de jeu en avantage numérique. Il a tenu un court exercice de 20 minutes, jeudi, puisque l'horaire chargé ne lui permettait pas d'en prévoir un avant mardi prochain.

Booth au poste

Même s'il n'a pas connu son meilleur match, mercredi, le gardien Callum Booth a déjà été confirmé pour affronter les Voltigeurs, vendredi, tandis que son collègue Evgeny Kiselev devrait jouer, samedi, à Sherbrooke. L'entraîneur-chef s'est entretenu avec Booth à la fin du court entraînement, jeudi. «Dans la réunion, j'ai montré un mauvais but qu'il avait accordé [mercredi], mais je suis allé le voir après pour lui expliquer que si on le faisait pour des joueurs, on pouvait aussi le faire pour un gardien. Sauf qu'après, c'est fini, et il comprenait. Tout le monde veut jouer un rôle important, mais il faut aussi assumer si on te pointe du doigt, car on est en droit de s'attendre à plus», résumait Philippe Boucher.

Tourner la page

Selon le capitaine des Remparts, Matthew Boucher, ses coéquipiers ne doivent pas s'apitoyer sur leur sort après une défaite comme celle de mercredi, contre Shawinigan. «On n'a pas le choix, il faut tourner la page et garder la tête haute. Surtout avec un "trois en trois" qui arrive deux jours après une défaite de 6-0. Il s'agit pas mal de la seule option à prendre pour s'assurer de sortir en force, vendredi. Le but est toujours de gagner le plus de matchs possible, mais ça fait partie du processus, on apprend et on essaie de ne pas commettre les mêmes erreurs», expliquait le numéro 91, en estimant que ce premier long voyage permettrait aux joueurs de se rapprocher, autant sur la glace qu'à l'extérieur.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer