Des problèmes en avantage pour les Remparts

Ethan Crossman et les Remparts ont affronté vendredi... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Ethan Crossman et les Remparts ont affronté vendredi les Sea Dogs, une équipe imposante physiquement qui compte entre autres sur Chase Stewart, un défenseur de 6'3'' et de 225 livres.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Timides en avantage numérique, les Remparts de Québec ont subi une défaite de 4-2 face aux Sea Dogs de Saint-Jean, vendredi au Centre Vidéotron, à l'occasion d'un match où ils auront tenu leur bout malgré une troisième défaite en six matchs depuis le début de la saison.

Les Remparts n'ont marqué qu'une fois en six jeux de puissance, n'effectuant que 16 lancers contre 35. Ça explique le résultat!

«Ils ont un excellent désavantage, ç'a été difficile pour nous. J'ai aimé la manière qu'on s'est battus, mais j'aurais aimé qu'on soit plus efficace en avantage numérique», avouait l'entraîneur-chef Philippe Boucher.

Malgré cela, les Remparts avaient réussi à prendre des avances de 1-0 en première et 2-1 en deuxième, voyant cependant l'adversaire créer l'égalité peu de temps après. Les visiteurs ont toutefois dominé la troisième, inscrivant le but vainqueur dès le départ pour en ajouter un d'assurance dans un filet désert avec 44 secondes à jouer.

La veille, Boucher parlait de ce match comme étant un gros test pour sa troupe. «On l'a relevé en bonne partie et on n'a pas à être gêné de notre effort. Après deux périodes, on avait donné seulement quatre chances de marquer.

«Je suis un peu déçu, car on aurait pu éviter les trois premiers buts, mais je ne le suis pas de la façon dont les gars se sont présentés. On a essayé, on est passé proche, on va l'oublier et se concentrer sur le match de samedi», ajoutait-il.

L'entraîneur-chef parlait d'un joueur oublié sur le premier but, d'un mauvais but accordé par Callum Booth sur le second et d'un jeu que Dmitry Buynitskiy ne devrait pas faire à la ligne bleue sur le troisième et qui a mené au filet décisif. Il se disait toutefois impressionné par la puissance des Sea Dogs.

«Ils sont dominants à l'attaque, gros, matures. Il est tôt dans la saison, mais j'ai hâte de voir qui pourra les battre quatre fois dans les séries.»

Des duos à trouver

Ross MacDougall (1er) et Louis-Filip Côté (4e) ont marqué pour les Remparts, la réplique de Saint-Jean étant celle de Samuel Dove-McFalls (2), Bokondji Imama et Matthew Highmore, sur un jeu préparé par Joe Veleno, l'un des meilleurs joueurs de ce match disputé devant une foule annoncée de 7231 spectateurs.

«On aurait aimé être plus opportuniste en avantage numérique, mais on avait de la misère à rentrer dans la zone et on va travailler là-dessus. Ce n'était quand même pas une mauvaise équipe, de l'autre bord, ils savent jouer en désavantage. En général, on a bien joué, ça été 2-2 pendant presque tout le match. On est capable de faire de bonnes choses. On est jeune, sous-estimé, mais on va en surprendre», notait Côté, qui touchait la cible dans un quatrième match de suite.

Il s'est bien entendu avec Jesse Sutton, mais les autres combinaisons n'ont pas eu le même succès. «Collectivement, on respecte notre façon de jouer, on reste dans tous les matchs, mais individuellement, certains peuvent en donner un peu plus. Ça doit venir de chacun. Est-ce qu'on peut trouver des duos qui cliqueraient plus ensemble, on va penser à cela», ajoutait Boucher, dont l'équipe reçoit les Foreurs de Val-d'Or, samedi (19h).

Veleno sent déjà la différence

Joe Veleno, des Sea Dogs de Saint-Jean, a... (Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 3.0

Agrandir

Joe Veleno, des Sea Dogs de Saint-Jean, a été le premier joueur de 15 ans de l'histoire à s'aligner avec une formation de la LHJMQ, l'an passé.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Projeté sous les feux de la rampe dès l'âge de 15 ans, Joe Veleno a déjà des allures de vétéran dans l'uniforme des Sea Dogs de Saint-Jean, malgré ses 16 printemps.

«J'aimerais bien voir son certificat de baptême, parce qu'il possède la maturité d'un joueur de 20 ans», lance l'entraîneur-chef Danny Flynn à propos du jeune phénomène.

Veleno a été le premier joueur de 15 ans de l'histoire à s'aligner avec une formation de la LHJMQ, l'an passé. Tous les regards étaient tournés vers cet attaquant natif de Kirkland, dans l'ouest de Mont-réal. Déjà, après quelques matchs au présent calendrier, le principal intéressé note une différence avec sa saison recrue.

«Je suis plus fort, plus rapide, plus gros et ça paraît sur la glace, c'est encourageant à voir. L'an passé, il y avait un peu de pression venant avec le fait d'être le premier joueur de 15 ans, mais cette année, c'est plus calme à ce niveau, il y a un peu moins d'attention», indiquait-il, vendredi, lors de l'exercice matinal des Sea Dogs au Centre Vidéotron.

Veleno a amassé 60 points en 62 matchs à sa première campagne. Il a eu le temps de faire ses classes sur la troisième ligne avant d'être promu sur les deux principales en cours de route.

«Ce que j'ai trouvé le plus difficile à ma première année, c'était de ne pas avoir autant de temps de glace qu'un joueur de première ou deuxième ligne. C'était normal, parce qu'il y avait des joueurs plus vieux que moi», dit celui qui se retrouve dans le top 6 des attaquants de la formation du Nouveau-Brunswick.

Avec les pros durant l'été

Au cours de l'été, il s'est entraîné avec des joueurs professionnels comme Jonathan Drouin, Anthony Duclair et Michael Matheson, tous des produits des Lions du Lac-Saint-Louis. Bon patineur, il a travaillé quand même sa vitesse et son explosion, surtout après avoir réalisé que le jeu était de plus en plus rapide à ce niveau.

Pour l'heure, Veleno ne se fixe pas d'objectifs, sachant que «de bonnes choses se produisent lorsqu'on travaille fort et que les points vont suivre». Il ne rêve pas tout de suite à l'équipe nationale junior et croit qu'un règlement international l'empêcherait de participer à nouveau au Défi mondial des moins de 17 ans puisqu'il a joué avec les moins de 18 ans, cet été.

Et comme il n'est admissible qu'au repêchage de la LNH de 2018 en raison de ses 16 ans, il n'a pas à se projeter dans l'avenir trop rapidement. Mais son entraîneur-chef n'hésite pas à le faire pour lui. «L'un des rôles d'un dépisteur est de déterminer ce qu'aura l'air un joueur de 17 ans à 22 ou 23 ans. Je peux vous dire qu'il sera l'un des bons joueurs de la LNH à cet âge», disait Flynn, élogieux.

«Il faut être prudent avec un jeune de 16 ans et toute comparaison est injuste. Mais si on le compare à Joe Veleno à 15 ans, il sera encore meilleur. Il possède beaucoup d'habiletés, il a une tête sur les épaules, c'est un bon kid, un étudiant sérieux, etc. Il est plus fort et plus gros qu'un joueur de 16 ans, il sera assurément un élément important de notre top 6 offensif.»

Heureux pour Chabot

À Saint-Jean, on se réjouit de la promotion du défenseur beauceron Thomas Chabot à Ottawa. Danny Flynn n'était pas surpris, sachant depuis le milieu de l'été qu'il serait surveillé étroitement par les Sénateurs. «Je suis heureux pour Thomas, c'est le rêve de tout jeune d'atteindre la LNH. Comme n'importe quelle recrue, il y aura une transition à faire, mais son coup de patin de niveau de la LNH et sa lecture du jeu devraient l'aider à s'adapter. Si Thomas devait revenir avec nous, on serait très chanceux, mais pour l'instant, on est derrière lui et on l'encourage», disait l'entraîneur-chef, en soulignant la contribution de son adjoint Paul Boutilier (ex-détenteur du trophée Émile-Bouchard et premier choix des Islanders) dans le développement de Chabot et la présence de six défenseurs de la dernière saison à des camps de la LNH.


Un long voyage

Les Sea Dogs en étaient, vendredi, au jour 2 d'un long voyage de cinq matchs en 11 jours. Après Québec, l'équipe jouera à Sherbrooke, à Blainville-Boisbriand, à Rouyn-Noranda et à Val-d'Or. «Il est plus court d'une journée que celui de Gatineau, mais il s'agit du plus long de notre histoire. Nous avons pris une approche différente avec les matchs à l'extérieur de notre territoire, cette saison», expliquait l'entraîneur-chef Danny Flynn. «Notre tuteur scolaire nous accompagne, on fera aussi des activités pour cimenter le groupe. La semaine prochaine, on va utiliser les installations d'entraînement du Canadien. En faisant ce périple aussi tôt à l'automne, on évite la mauvaise température, mais on courait le risque d'être privé de plusieurs joueurs participant à des camps de la LNH. À part Thomas Chabot, ils sont tous de retour.»

En vitesse...

Mine de rien, le défenseur Raphaël Maheux a amassé six passes lors des quatre derniers matchs des Remparts, dont deux vendredi... Suspendu, l'ailier Yanick Turcotte n'a pas joué et il ne sera pas en uniforme, samedi... Danny Flynn sur la qualité de son équipe : «Il est trop tôt pour prédire ce qui arrivera. Nous sommes encore à l'étape de distribuer les rôles et que les joueurs les acceptent», disait l'entraîneur-chef de Saint-Jean... Les Sea Dogs n'ont jamais regretté l'acquisition de l'ancien capitaine des Remparts Matt Murphy, la saison dernière. «Il a transformé notre défensive et notre vestiaire», avouait Flynn... Evgeny Kiselev doit retrouver son poste devant le filet, samedi, après quatre matchs d'inactivité. «C'était le plan, ça devrait être lui», disait Philippe Boucher.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer