Petite leçon d'histoire pour Larionov fils

Igor Larionov fils savait qu'Alexander Radulov, Mikhail Grigorenko... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Igor Larionov fils savait qu'Alexander Radulov, Mikhail Grigorenko et Nikita Kucherov étaient passés par les Remparts. Il a découvert les autres vedettes de l'histoire du club vendredi lors des cérémonies du 20e anniversaire de la renaissance de l'équipe.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il connaissait un peu l'histoire des Remparts de Québec, mais Igor Larionov fils en a découvert une plus grande partie lors du match d'ouverture de la saison, vendredi.

«Je n'avais pas encore réalisé qu'autant de grands joueurs étaient passés par ici, ça m'a ouvert les yeux», admettait l'attaquant au nom célèbre. Larionov savait pour Alexander Radulov, Mikhail Grigorenko et Nikita Kucherov; il était au courant que Patrick Roy avait dirigé le club, mais il n'était pas au courant de tout le passé de cette organisation.

«Ça a été génial de rencontrer toutes ces légendes, ça a été une super soirée et, en plus, on l'a emporté. C'était impressionnant de les voir et, juste à les regarder, on s'aperçoit qu'il n'y a pas de limite à ce que l'on peut accomplir.

«Les anciens nous ont dit qu'il n'y avait peut-être pas d'équipe junior plus grosse que celle-ci, et qu'à chaque fois que l'on enfilait le chandail, on représentait tous ceux qui sont passés par ici, qu'il fallait jouer avec fierté et apprécier le moment présent», résumait celui qui n'avait vu jouer l'ancien gardien du Canadien et de l'Avalanche que sur des DVD de son père relatant les passionnantes séries Detroit-Colorado et le dernier match de Roy avec le Canadien, le 2 décembre 1995. Papa Larionov avait récolté un but et trois passes dans la victoire de 11-1 de Detroit...

Larionov, qui a aussi été témoin du match des légendes au Colorado (contre les Red Wings) l'an passé, n'en était pas à sa première présence dans le vestiaire d'une équipe à Québec. En 2008, il avait accompagné son père dans celui de l'équipe russe à l'occasion du Championnat mondial en marge de son intronisation au Temple de la renommée de la Fédération internationale de hockey sur glace. Comme vendredi, il y avait croisé Radulov.

«J'étais tout minuscule, je devais avoir huit ou neuf ans. J'ai encore une photo de cette rencontre. En Russie, Radulov a toujours été une grande vedette, les amateurs estiment qu'il est un joueur fantastique. Il est l'idole de plusieurs de mes amis qui habitent là-bas, surtout parce qu'il joue avec passion, qu'il donne tout ce qu'il a pour la cause du pays, qu'il fait passer les succès de l'équipe avant les siens», racontait le fils de l'un des plus grands joueurs russes de tous les temps.

La filière russe

Radulov s'est bien amusé dans le vestiaire, avant le match, en découvrant que plusieurs joueurs parlaient russe. Lorsqu'il a lu le nom de Larionov au-dessus de son casier, il lui a demandé en russe comment ça allait.

«Puis, Geno [Evgeny Kiselev] s'est mis à lui parler en russe, puis Dima [Dmitry Buysnitskiy]. Il s'est mis à rire, et il a dit : "Oh mon Dieu, mais y a combien de Russes ici?» rigolait encore Larionov, l'un des quatre joueurs d'origine russe de l'équipe, le quatrième étant Philipp Kurashev.

Sur la glace, le baptême de la LHJMQ de Larionov et ses nouveaux coéquipiers s'est bien passé avec une victoire de 3-0 contre les Saguenéens de Chicoutimi. «On était nerveux en première période, mais ça s'est mieux passé par la suite. À partir de là, on ne peut que s'améliorer et continuer à gagner», analysait le numéro 8.

Boucher satisfait

«Personne n'a été extraordinaire, mais tout le monde a été bon», voilà l'analyse à tête reposée de Philippe Boucher au lendemain de la victoire contre Chicoutimi. «Je ne veux pas avoir l'air de chercher des poux, mais j'aimerais que l'on soit un peu plus physique. Je veux aussi qu'on apprenne à jouer d'une certaine manière dans les deux dernières minutes de chaque période et dans les cinq dernières du match. Même lorsqu'on mène 3-0, il faut jouer comme si c'était 1-0. Je n'ai pas été surpris de notre premier match, on a toujours été positif parce qu'on avait des raisons de l'être à la suite de notre camp. En général, on avait un bon feeling et c'est le fun que le premier match se soit déroulé comme ça, qu'on ait pu rouler avec quatre trios réguliers, ce qu'on n'a pas fait souvent dans le passé.»

Un premier pour Crossman

Ethan Crossman... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 4.0

Agrandir

Ethan Crossman

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

En touchant la cible, vendredi, Ethan Crossman a fait d'une pierre deux coups. En plus d'inscrire le premier but de la saison des Remparts, l'ailier marquait pour la première fois dans la LHJMQ après 37 matchs d'attente. «Ça signifie beaucoup pour moi, surtout de l'avoir fait ici [au Centre Vidéotron]. Tout le monde est soulagé de marquer son premier but en carrière, on n'a plus à y penser par la suite. C'est maintenant fait et derrière moi, je peux continuer à regarder vers l'avant. J'ai travaillé beaucoup sur mon lancer, cet été, et ça va bien dans les pratiques, où je trouve le fond du filet. Ça ne peut que se transposer dans les matchs parce qu'on vise les mêmes ouvertures», estimait le numéro 94, qui est revenu à Québec avec de bonnes intentions après avoir été retourné chez lui avant le début des dernières séries.

En vitesse...

Les Remparts reçoivent les Voltigeurs de Drummondville et leur nouvel entraîneur-chef Do minique Ducharme, dimanche (15h)... Philippe Boucher demandera à ses joueurs de bien surveiller le trio formé de l'ex-Remparts Charley Graaskamp, d'Alex Barré-Boulet et de Joey Ratelle. «Il y en a qui ne les connaissent pas, ils vont les découvrir assez vite», illustrait-il... Retourné à la maison pour cause de maladie avant l'entraînement, samedi, le défenseur Aaron Dutra représente un cas incertain pour le match... Le capitaine Matthew Boucher n'a pas chaussé les patins, samedi, par mesure préventive et pour se reposer de son arrivée en pleine nuit, jeudi... Le vétéran Alexandre Drapeau a été coupé à la lèvre par un bâton égaré, samedi matin, mais devrait disputer son premier match, dimanche.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer