«Lappy» brise la glace

Malgré la défaite de 5-4, Martin Laperrière a... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Malgré la défaite de 5-4, Martin Laperrière a eu quelques occasions d'applaudir ses joueurs à son premier match derrière le banc du Blizzard.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Lévis) Les recrues du Blizzard et des Commandeurs n'étaient pas les seules à avoir des papillons dans l'estomac, à quelques minutes de lancer la 41e saison de la Ligue de hockey midget AAA du Québec (LHMAAAQ), à l'aréna de Lévis, vendredi soir. Derrière le banc du Séminaire Saint-François, l'entraîneur-chef Martin Laperrière, lui-même une recrue à son poste, se disait plus excité qu'anxieux de briser la glace.

Convaincu d'avoir bien fait ses devoirs à l'aube de la nouvelle saison, celui qui s'est longtemps considéré comme un adjoint de carrière, à l'instar de son père Jacques, a affirmé embrasser avec joie le nouveau défi qui se présente devant lui.

«Je ne suis pas nerveux. Je suis en confiance parce que si les gars travaillent comme on a travaillé dans le camp, s'ils continuent à se donner, les victoires devraient s'accumuler. On verra comment on va dealer avec les défaites», a raconté «Lappy».

Entraîneur adjoint des Remparts de Québec au cours des 11 dernières années, ce dernier n'a pas eu trop des deux derniers mois pour se familiariser avec les dizaines de joueurs invités au camp de l'organisation.

«Ç'a été le plus dur : 50 gars à différencier! Létourneau et Martineau, pour moi, c'était la même personne! [Rires] Mais quelque chose que je suis capable de faire, c'est reconnaître le talent. J'ai essayé d'identifier la vitesse et le talent en premier», a raconté le pilote, persuadé d'avoir effectué la meilleure sélection possible, avec l'aide de ses adjoints Alexandre Guérard, Andras Sajevics et Frédéric Parent.

Un grand «step»

En regardant ses nouveaux protégés évoluer, Laperrière n'a toutefois pas mis de temps à réaliser que la marche était haute entre le midget AAA et le junior majeur. «La première chose que tu remarques, c'est la vitesse d'exécution des joueurs. Le step est très grand. Je sais que la marche entre le junior et le professionnel est épouvantable, mais celle-là l'est aussi. Je m'attendais à ce que ce soit un petit peu plus rapide.»

Fort heureusement, Laperrière peut compter sur un groupe de joueurs de 15 ans talentueux et des vétérans aguerris, dont le défenseur Olivier Crête-Belzile, qui lui a été retourné comme un cadeau du ciel par l'organisation du Phoenix de Sherbrooke.

«J'ai appelé souvent à Sherbrooke! J'ai eu des bonnes discussions avec Jocelyn Thibault pour Crête-Belzile. Il a été très satisfait de son camp. Je lui ai dit qu'il allait jouer beaucoup de minutes chez nous et que j'allais en prendre soin. Ces retours-là vont être bons parce que je veux être capable d'encadrer nos 15 ans. C'est l'idéal.»

Il reste maintenant à l'homme de hockey à apprendre à connaître ses adversaires, puisqu'il n'a affronté que les Élites de Jonquière - quatre fois!- et les Albatros du Collège Notre-Dame en matchs préparatoires. «Une fois que je vais avoir vu toutes les forces en présence, je vais avoir une meilleure idée. Sinon, je suis content. Je suis excité. C'est un nouveau défi. Et je commence à être confortable derrière le banc, parce que c'est une job qui est différent. Avant les choses m'étaient déléguées, là c'est moi qui délègue!»

Une place pour Roy...

À quelques heures du premier match de Martin Laperrière comme entraîneur-chef du Blizzard, plusieurs anciens collègues des Remparts, notamment Nicole Bouchard, Louis Painchaud et Julien Gagnon, ont pris la peine de lui souhaiter bonne chance. «Je pense que ça démontre à quel point - Louis et Julien ont déjà travaillé avec le Blizzard - c'est encore leur bébé. De voir qu'ils gardent un oeil dessus, c'est le fun.» Il y a une dizaine de jours, Laperrière a également discuté au sujet de ses nouvelles fonctions avec son ancien patron, Patrick Roy. «Il m'a demandé si j'aimais ça. Je lui ai dit : "Oui et j'ai de la place derrière le banc ou dans les estrades! Viens-t'en!" Il riait. Il m'a dit qu'il viendrait faire son tour. Je lui ai répondu : "Peut-être pas tout de suite!"» a lancé Laperrière en riant.  Kathleen Lavoie

Patrick Roy... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 3.0

Agrandir

Patrick Roy

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Défaite honorable

Dix-huit minutes après le début de son premier match derrière le banc du Blizzard, Martin Laperrière croyait sa carrière terminée! Les siens tiraient de l'arrière 3-0 face à Lévis - des buts de Michel, Giguère et St-Laurent - et rien ne semblait vouloir faire tourner le vent de bord. «Je me disais que ma carrière allait être courte! Mais j'étais confiant, parce que les gars travaillaient.» Dans les dernières secondes de l'engagement, l'espoir des Remparts Guillaume St-Pierre a finalement réussi à marquer. Une remontée qui s'est poursuivie en deuxième, avec les filets de Roy et de Gaudreault. Bien sorti en troisième, le SSF a ensuite joué de malchance, encaissant un but de Paré et le deuxième de Giguère. Jakob Pelletier réduisait par la suite l'écart 5-4. Malgré quelques autres bonnes chances de marquer, le SSF a dû s'avouer vaincu. «Ce que je retiens, c'est qu'on n'a pas lâché. C'est intéressant. Je sais qu'on va être capables de marquer des buts, parce qu'on a créé des bonnes chances, mais il faut resserrer notre jeu défensif, sinon on ne survivra pas», a jugé Laperrière.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer