Booth vise au moins cinquante matchs

Callum Booth a connu une campagne en dents... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Callum Booth a connu une campagne en dents de scie l'année dernière. Le gardien aura plusieurs défis à relever cette saison, notamment améliorer sa constance, demeurer en santé et exercer un plus grand leadership au sein d'une jeune équipe.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La dernière saison n'avait pas été de tout repos pour Callum Booth. Appendicectomie, blessure à l'aine, renvoi d'un entraînement : le gardien des Remparts affirme avoir appris de cette troisième saison junior pleine de rebondissements.

Ce ne seront pas les défis qui manqueront à Booth! Améliorer sa constance, demeurer en santé et exercer un plus grand leadership au sein d'une jeune équipe seront nécessairement au coeur de ses préoccupations. L'espoir des Hurricanes de la Caroline espère également être plus endurant. Et il a pris les grands moyens pour y parvenir.

«Comme gars de 19 ans, je veux avoir une saison où je vais jouer plusieurs matchs. Je me suis entraîné très fort cet été pour pouvoir durer plus que 40-45 matchs, pour pouvoir aller dans les 50-55 matchs, 68 matchs si on a besoin!» a indiqué Booth, dont l'entraînement estival s'est déroulé sous la direction du réputé préparateur physique Jon Chaimberg, à Montréal.

Conscient d'avoir connu une saison en dents de scie l'année dernière, Booth entre dans la nouvelle campagne avec beaucoup d'enthousiasme. «Dans le hockey, tout n'est pas toujours facile. Ce sont des choses dont j'ai appris. J'ai appris à toutes mes années. Là, j'ai hâte de commencer la saison, d'essayer de mettre les choses que j'ai apprises à l'oeuvre et d'aider mon équipe à gagner chaque fois que j'en aurai l'opportunité», a fait savoir le portier, qui a conservé une moyenne de buts alloués de 3,15 et un pourcentage d'arrêts de ,902, en 39 matchs de la saison 2015-2016.

Demeurer dans le moment présent

La recette que le gardien entend appliquer est bien simple : demeurer le plus possible dans le moment présent. «Moi, mon but, c'est prendre un match à la fois et de donner 110 % à chacun de ces matchs-là. De sortir de chacun de ces matchs-là en me disant que j'ai fait le plus que je pouvais. À la fin du match, on regarde les positifs et les négatifs. On prend ça et on avance au match suivant. En faisant ça dans la saison, ça devrait m'aider à mieux me préparer et à obtenir une meilleure constance.»

C'est aussi de cette façon que Booth entend connaître un excellent tournoi des recrues de Traverse City avec les Hurricanes. Et peut-être, éventuellement, retomber dans les bonnes grâces de Hockey Canada, qui ne l'a pas invité à son camp estival en vue du prochain Mondial junior.

«En ce moment, je ne pense aucunement à ça. On a une grosse saison à venir avec les Remparts et je pense à me préparer pour ça. [...] Cela dit, c'est sûr que mon but est d'arriver en Caroline et de montrer le meilleur de moi-même. Je vise à performer lors de notre tournoi des recrues.»

Quant au Mondial junior, il n'en fait pas une montagne, même s'il admet avoir été déçu d'avoir été ignoré. Aimerait-il toujours y participer? «J'aimerais gagner à la loterie aussi! Dans la vie, si tu regardes toujours vers le futur, ça ne va rien donner. Il faut que tu vives dans le moment présent. Je ne peux rien changer de ce qui est arrivé. C'est mon année de 19 ans et je veux performer le plus possible, alors oui...»

Un bon duo avec Kiselev

Ce ne sont pas toutes les organisations qui favorisent un duo de gardiens de but du même âge. Les vétérans Callum Booth et Evgeny Kiselev aiment toutefois cette situation. «"Geno" et moi, on a une excellente relation. Je l'adore comme personne et je trouve que c'est un excellent travaillant et un excellent gardien aussi. Il m'aide à me pousser sur la glace et j'espère que je l'aide à se pousser aussi. Je pense que ça marche, notre duo. Ç'a très bien marché ensemble, l'année passée. J'espère que ça va continuer comme ça», a souhaité Booth. Selon ce dernier, il est impératif que les gardiens d'une même formation entretiennent une bonne relation. Ce fut son cas avec les François Brassard, Éric Brassard, Zachary Fucale et Julian Galloway. «Il vaut mieux, puisqu'on passe toute la journée ensemble!» Les deux portiers auront fort à faire devant la cage d'une équipe comptant plusieurs jeunes. «Qu'ils aient 12 ou 18 ans, ça ne change rien pour moi. On va avoir une bonne année.»

Maintenir les gains estivaux

Après avoir joué au soccer mardi, les Remparts ont été conviés à un dur entraînement sur glace mercredi, suivi d'une exigeante séance en gymnase. L'objectif : implanter une bonne éthique de travail dès maintenant. «Les gars se sont entraînés fort cet été, ce qui est apprécié. Tout le monde est arrivé en forme. Plusieurs ont fait des gains. Comme c'est difficile de faire des gains pendant la saison, on va essayer de maintenir la condition physique des gars. La semaine prochaine, on va recommencer à travailler avec des lignes et des systèmes. C'est toujours plus facile quand il y a un match qui s'en vient... » a laissé entendre l'entraîneur-chef Philippe Boucher. Le travail en gymnase constitue notamment une bonne occasion pour les nouveaux venus de s'intégrer et pour les vétérans de montrer le chemin. «L'allure du gym, ça vient des vétérans. Si nos vétérans se donnent, les jeunes vont faire la même chose.» La semaine se poursuivra avec un tournoi intra-équipe, jeudi.

Turcotte aura un rôle important

Yanick Turcotte (à gauche) jouera un rôle particulièrement... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche) - image 5.0

Agrandir

Yanick Turcotte (à gauche) jouera un rôle particulièrement important cette saison.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Sérieux candidat au titre de prochain capitaine des Remparts, le robuste attaquant Yanick Turcotte jouera un rôle particulièrement important cette saison, ne serait-ce que pour «donner de l'espace» à ses jeunes coéquipiers. «Il commande le respect. S'il a à jeter les gants, je sais qu'il va le faire. Mais sa présence unique se fait sentir sur la glace. Il faut qu'il soit sur la glace. Écoper d'un cinq minutes pour avoir défendu un coéquipier, ça fait encore partie du hockey. Cela dit, je n'ai pas envie de voir Yanick assis pour des 10 minutes d'inconduite ou des deux minutes inutiles. C'est une présence sur la patinoire importante pour nous autres», a estimé Philippe Boucher. L'entraîneur-chef ne tarit pas d'éloges envers le vétéran de 20 ans, autant pour le joueur que l'individu. «Il est apprécié de tout le monde, de nos partisans, de notre personnel, de ses coéquipiers.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer