Les gardiens des Remparts sur le marché

Philippe Boucher a confié que son gardien numéro... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Philippe Boucher a confié que son gardien numéro un de la dernière saison, Callum Booth, pourrait changer de domicile dans un proche avenir.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La reconstruction des Remparts de Québec pourrait s'accélérer grâce à la profondeur qu'ils possèdent devant le filet. L'entraîneur-chef et directeur général Philippe Boucher est débarqué à Charlottetown, lundi, avec l'intention d'écouter ce que ses homologues de la LHJMQ ont à lui offrir pour l'un de ses deux gardiens, soit Callum Booth ou Evgeny Kiselev.

«Sans dire qu'il est prioritaire, c'est un dossier très important. Nous sommes ici pour essayer d'améliorer notre club à court, moyen et long terme. Si on peut le faire par l'entremise de nos gardiens, on va le faire», a indiqué le Diable rouge en chef en entrevue téléphonique avec Le Soleil, mardi, après 27 trous de golf passés en compagnie de ses camarades du circuit.

Le repêchage de la LHJMQ se déroule à l'Île-du-Prince-Édouard, samedi, et les assises s'ouvrent officiellement mercredi. Déjà, Boucher n'écarte pas l'idée d'échanger l'un de ses deux portiers de 19 ans si le retour lui convient.

«Cela étant dit, je ne serais pas surpris que les deux commencent la saison avec nous, mais il y a un temps où il faut écouter, où l'on peut transiger, et le repêchage est l'une des plus importantes périodes pour le faire. Nous ne sommes pas ici pour faire une vente de feu. Et si ce n'est pas à Charlottetown, cette semaine, ce sera au camp d'entraînement ou à la période des échanges à Noël», a précisé Boucher.

Kiselev a surpris

Acquis de Baie-Comeau en retour d'un choix de 10e ronde dans les premières semaines de la dernière saison, Kiselev a disputé 35 matchs pendant que Booth en jouait 39. Le portier russe a aussi profité d'une blessure à ce dernier pour passer tout le mois de mars et les quatre matchs éliminatoires dans le demi-cercle bleu.

«Kiselev nous a surpris et ce sont deux gardiens du même âge qui voudront le filet. D'un côté comme de l'autre, on se doit d'être à l'écoute pour le bien de l'organisation et celui des deux gardiens qui méritent de jouer plus qu'un rôle d'auxiliaire dans cette ligue», a ajouté Boucher.

Valeur inconnue

Le directeur général a dit ne pas encore connaître la valeur de ses deux hommes masqués. «Le marché va dicter ce qu'on peut obtenir, mais pour cela, il faut écouter et jaser avec nos collègues des autres équipes pour le savoir. Ce n'est pas moi qui vais le dicter, ce sont les autres clubs qui manifesteront leur intérêt. Je sais, par contre, qu'il s'agit de deux gardiens de qualité. Callum [Booth] a prouvé sa valeur depuis longtemps, tandis que Kiselev a fait ses preuves, l'an passé. Les bons gardiens sont une denrée rare dans notre ligue, nous avons le luxe d'en avoir deux qui peuvent nous donner une chance de gagner à chaque match.»

Booth a été un choix de troisième ronde en 2013. Le choix de quatrième ronde de la Caroline lors de la séance 2015 de la LNH n'a pas été épargné, la saison dernière, souffrant d'une appendicectomie et d'une blessure à l'aine. Il a conservé une fiche de 16-15-5 et une moyenne de buts alloués de 3,15 contre 4,00 pour Kiselev. Mardi, on ne retrouvait pas son nom parmi les invités du groupe des 20 ans et moins pour le camp annuel du Programme d'excellence des gardiens de Hockey Canada.

Des choix qui changeront

L'entraîneur-chef des Remparts de Québec, Philippe Boucher... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet) - image 3.0

Agrandir

L'entraîneur-chef des Remparts de Québec, Philippe Boucher

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

«Je sais que tu veux me faire parler, mais présentement, il n'y a rien à dire», a répondu Philippe Boucher, en refusant de mordre à l'hameçon qu'on lui lançait. Pour l'instant, le directeur général des Remparts détient deux choix en deuxième ronde, soit les 33e et 37e du repêchage, et deux autres en troisième, mais cela est appelé à changer... «J'aimerais pouvoir m'avancer parmi les 10 premiers, mais pour le moment, j'en doute. On verra l'allure du repêchage pour savoir si on cherchera à le faire ou si on sélectionnera des joueurs qu'on aime à notre rang. Il y a une belle profondeur après les 10-12 premiers. À moins de se hisser bien haut, on ne peut pas penser qu'un jeune repêché en fin de semaine transformera notre club la saison prochaine. Certains se grefferont à notre noyau, d'autres poursuivront leur développement et le feront dans quelques années», a estimé Boucher, en notant que les Remparts avaient une lacune à l'attaque et qu'ils étaient mieux nantis à la ligne bleue et devant le filet.

Un nouvel adjoint au menu

L'entraîneur-chef des Remparts songe à procéder à l'embauche d'un nouvel adjoint qui remplacerait le poste laissé vacant par le congédiement de Martin Laperrière, quelques semaines après la fin de la saison. Il a déjà reçu des offres d'emploi et discuté de vive voix avec certains candidats qui ont proposé leurs services pour l'épauler. «J'ai déjà des déjeuners prévus la semaine prochaine. On a déjà discuté du dossier, Jacques [Tanguay] et moi, on va le faire encore, en fin de semaine, et on verra comme les choses vont se dérouler, mais idéalement, nous aurions un autre adjoint», a raconté celui qui travaillera aussi de concert avec Daniel Renaud et avec l'entraîneur des gardiens, Maxime Ouellet.

Carte de crédit à payer

Preuve à l'appui, Philippe Boucher est toujours d'avis que le succès passe maintenant par le repêchage. Le parcours des Huskies de Rouyn-Noranda, qui ont perdu la Coupe Memorial en prolongation contre London, dimanche, l'a démontré. «Rouyn-Noranda était toute une machine, j'ai adoré la finale,  je suis rarement énervé en regardant un match, mais je l'étais et je voulais tellement qu'ils gagnent. Il s'agit d'une équipe qui a été bâtie via le repêchage, par le développement et la patience. C'est de cette façon qu'il faut le faire désormais, c'est à notre tour de passer par là.» Mais avant, un mandat l'attend. «À un moment donné, il faut payer ses dettes. Nous étions déjà sur une carte de crédit bien remplie quand je suis arrivé, et on en a sorti une deuxième et une troisième avec la Coupe Memorial. La dynamique actuelle est différente, on n'est pas ici pour aller chercher des Ryan Graves ou Nikolas Brouillard», a confié l'homme de hockey, qui mise aussi sur le repêchage européen, la période des échanges du camp et les surprises à celui-ci pour rebâtir.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer