Les Remparts plus coriaces que prévu pour les Olympiques

Aaron Dutra et Raphaël Maheux ont bien défendu... (Le Droit, Martin Roy)

Agrandir

Aaron Dutra et Raphaël Maheux ont bien défendu le filet des Remparts contre Alex Dostie sur cette séquence.

Le Droit, Martin Roy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Gatineau) Personne ne l'avait vu venir. C'est à une véritable guerre de tranchées que les Remparts et les Olympiques se sont livrés, en ouverture de leur série de première ronde, devant 3192 amateurs enflammés, au Centre Robert-Guertin, vendredi.

Vitalii Abramov a finalement tranché le débat avec 4:50 à faire dans le match, donnant une victoire de 1-0 aux Gatinois, qui prennent l'avance dans la série.

Nombreux étaient ceux qui ne donnaient pas cher de la peau des Remparts, devant la machine bien huilée des Olympiques. Visiblement bien préparée, la troupe de Philippe Boucher aura toutefois fait belle figure, connaissant l'une de ses plus belles performances défensives depuis les Fêtes. Une performance en grande partie attribuable au jeu inspiré d'Evgeny Kiselev (27 arrêts).

«On a aimé la préparation des gars, l'attitude des gars. On a suivi la façon dont on voulait jouer contre Gatineau. On a eu nos chances. [...] Mais quand tu l'as sur la palette, il faut que tu aies un petit peu plus soif de marquer...» a laissé entendre Boucher, dont les hommes ont été blanchis en six avantages numériques.

Dans le camp adverse, l'entraîneur-chef Benoît Groulx a jugé que la rencontre s'était déroulée à l'image de la saison de son équipe, alors que ses deux joueurs honorés par la ligue vendredi, Vitalii Abramov (recrue défensive) et Mathieu Bellemare (recrue défensive), ont écrit l'histoire du match.

«Avant le match, on a honoré Bellemare, on a honoré Abramov et on a honoré notre défensive [trophée Robert-Lebel]. Et ce soir, Bellemare a un blanchissage, Abramov a le but gagnant et notre défensive a été très solide. On a donné très peu de chances de marquer.

«Cela dit, Québec a été une équipe très fougueuse, ce soir. Ils nous ont donné très peu d'espace. Ils nous ont donné un très bon match», a louangé le pilote gatinois.

Bon boulot en première

Ces mêmes Remparts avaient fait un bon boulot, en première période, en résistant à la tempête annoncée par les Olympiques. Quelques solides mises en échec de Yanick Turcotte et des arrêts opportuns de Kiselev leur ont permis de tenir face aux assauts répétés des locaux.

Ils avaient même écoulé un premier désavantage numérique, et étaient en voie de résister à un second, lorsque Abramov a finalement secoué les cordages à 8:00. Boucher a toutefois contesté le but, évoquant un hors-jeu. La révision lui a donné raison. Si bien qu'après une période, c'était toujours l'égalité de 0-0, et ce, même si Québec a été dominé 11-4 dans les tirs au but.

La deuxième période aura été une tout autre histoire. Ce sont les Diables rouges qui sont sortis tout feu tout flamme. Ils ont embouteillé les Olympiques dans leur territoire pendant de longues minutes. Après huit minutes de jeu, la troupe de Groulx n'avait d'ailleurs toujours pas dirigé de tirs vers Kiselev.

Les Olympiques se sont faits plus pressants en troisième. Menaçant tout le long du match, Abramov a effectué un tir parfait du haut de l'enclave, où il avait été laissé sans surveillance, qui allait finalement sceller l'issue du match.

«Nous sommes très heureux de la façon dont nous sommes sortis. Nous avons bataillé. Tout le monde voulait la victoire, tout le monde était au diapason. Et c'était exactement ce qu'on recherchait. Le résultat n'est évidemment pas ce qu'on souhaitait. Nous devrons changer cela [samedi]», a conclu le capitaine des Remparts, Bronson Beaton.

Propos racistes contre Turcotte?

Philippe Boucher n'entendait pas à rire après la défaite, vendredi. Des propos racistes envers l'attaquant Yanick Turcotte, devant le banc des Remparts, ont enflammé l'entraîneur, qui a tenu à les dénoncer. «Des propos très déplacés ont été émis à l'endroit de Yanick sur la glace de la part du numéro 23 [Gabryel Paquin-Boudreau]. Ça fait qu'on va s'attendre à des excuses personnelles à Yanick. [...] Il y a des choses que tu ne peux pas dire, des propos raciaux que tu ne peux pas dire, mais ç'a malheureusement été dit devant notre banc à un joueur qui a sa place dans notre ligue.»

Boucher était encore choqué par les propos tenus la semaine dernière par Benoît Groulx, qui avait affirmé qu'un joueur comme Turcotte n'avait pas sa place dans la LHJMQ. «J'avais trouvé ça désagréable et mal placé. [...] Ce n'est pas à nous autres de décider ça», a-t-il estimé. Dans le camp des Olympiques, Groulx s'est dit surpris des accusations de Boucher, ne croyant aucun de ses joueurs capables de propos racistes. Quant à Paquin-Boudreau, il a catégoriquement nié avoir insulté Turcotte. 

McSween, la pièce manquante

Entraîneur le plus titré de la LHJMQ, Benoît Groulx connaît bien la formule pour monter une équipe gagnante. Il faut d'abord une bonne défensive, mais, surtout, une défensive expérimentée et diversifiée. C'est ce qui a motivé l'acquisition, tout juste avant Noël, de Guillaume McSween. Le défenseur de 19 ans avait quitté l'Océanic, quelques jours auparavant, par «manque de motivation».

«L'expérience du passé nous a appris que pour faire un bout de chemin dans les séries éliminatoires, il faut avoir une défensive avec plusieurs joueurs différents et des qualités différentes, mais qu'on devait aussi avoir une défensive imposante et expérimentée. Carrier, Breton et Bérubé sont trois bons défenseurs, mais on pensait qu'il nous manquait ce gabarit-là [6'4" et 210 lb]», a expliqué le grand patron gatinois, qui a aussi transigé avec le Drakkar pour obtenir les services d'un autre défenseur d'expérience, Nicolas Meloche.

Jusqu'à maintenant, McSween, qui n'a jamais été repêché dans la LNH, lui donne parfaitement raison. «Guillaume a été très solide. Il s'est bien moulé à notre façon de faire les choses. C'est un gars qui a une belle confiance en lui. Je pense que le chemin qu'il a fait en séries éliminatoires l'année passée, il le partage avec ses coéquipiers, et ça paraît dans le vestiaire», a raconté Groulx, au sujet du gagnant de la Coupe du Président avec Rimouski, en mai.

Différentiel de + 24

Auteur de 3 buts et de 13 passes en 55 matchs avec l'Océanic et les Olympiques cette saison, le natif de Valleyfield a particulièrement brillé du point de vue défensif - il affiche un excellent différentiel + 24 -, ce qu'il veut maintenir dans la série contre les Remparts. «Je veux démontrer ce que je suis capable d'apporter à l'équipe. Je veux donner raison à Benoît d'être venu me chercher et démontrer pourquoi j'ai gagné, l'année passée.»

Et à plus long terme? «Je vais dire comme mon père me dit depuis queje suis jeune : on traverserale pont quand on serarendus à la rivière!»

L'écureuil noir, un signe prémonitoire?

L'entraîneur des Olympiques Benoît Groulx a une peur bleue des écureuils. Quand le petit rongeur noir s'est infiltré chez lui, il y a quatre jours, par le truchement de son foyer, il a dû faire appel à son adjoint, Éric Landry, pour le chasser de sa demeure! Une fois que ce dernier eut réussi à l'immobiliser, la bête n'a toutefois fait ni une ni deux et a pris la poudre d'escampette par la porte d'entrée. Ses Olympiques se débarrasseront-ils des Remparts aussi facilement? «Je ne sais pas, mais j'ai trouvé ça bien drôle!» a lancé Groulx, rappelant que l'écureuil noir, comme ses troupiers, était un «animal agressif». Par ailleurs, la machine à rumeurs envoie présentement Groulx diriger les Sénateurs d'Ottawa, une information que l'entraîneur a rejetée du revers de la main, vendredi matin...

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer