Coup de balai dans le vestiaire des Remparts

Philippe Boucher était de mauvais poil, mardi. Insatisfait... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Philippe Boucher était de mauvais poil, mardi. Insatisfait de leur attitude à l'aube des séries, il a retourné trois de ses jeunes protégés à la maison pour le reste de la saison.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) S'il disait s'attendre, la veille, à ce que les experts de la LHJMQ prédisent une victoire en quatre matchs des Olympiques de Gatineau, l'entraîneur-chef Philippe Boucher a amorcé son ménage du printemps en donnat un coup de balai dans le vestiaire des Remparts de Québec, mardi, retournant trois joueurs chez eux.

Une mauvaise surprise attendait les attaquants Ethan Crossman ainsi que les défenseurs Dakotah Woods et Bryce O'Brien, mardi, au retour de l'équipe à l'entraînement. Au lieu d'accompagner leurs coéquipiers sur la patinoire du Pavillon de la jeunesse, ils devaient plutôt libérer leur casier dans le vestiaire du Centre Vidéotron.

«C'est peut-être quelque chose qu'on aurait dû faire depuis un petit bout de temps. On veut des joueurs motivés. On donne toujours la chance aux coureurs, ce sont des jeunes, mais on n'a pas vu ça à l'entraînement ou lors des matchs, alors on a pris la décision de diminuer le nombre de joueurs avant les séries», a expliqué Boucher après la pratique matinale.

Woods et O'Brien avaient rejoint l'équipe pendant la saison en qualité de joueurs autonomes. Ils n'ont jamais pu s'imposer, malgré de gros gabarits. Même s'il souffre d'une mononucléose - on doute qu'il aurait été inséré dans l'alignement pour les séries - Crossman, acquis de Moncton via le marché des transactions en décembre, représentait un espoir pour les prochaines années.

Peut-on croire qu'ils étaient quelques-uns des joueurs visés, ces derniers temps, lorsqu'un vétéran comme Alexandre Sills a remis en question l'implication de certains coéquipiers?

«Vous pouvez interpréter ça comme vous voulez. Je ne veux pas aller plus loin que ça», a répondu Boucher, en refermant le couvercle sur ce sujet.

Très courte discussion

L'entraîneur-chef n'était pas en mesure d'élaborer sur la réaction des trois joueurs retranchés parce qu'il a filé en vitesse sur la patinoire de l'édifice voisin pour mener l'entraînement. Fâché, déçu, indifférent?

«Je n'ai pas eu le temps de le savoir, ç'a été une discussion assez courte. On va se reparler à la fin de la saison», a-t-il ajouté à propos des trois joueurs qui étaient rayés de l'alignement plus souvent qu'autrement.

Ces joueurs de 16 et 17 ans pourraient-ils revenir avec l'équipe la saison prochaine? Pour l'instant, Boucher a des dossiers plus prioritaires.

«On va investir sur les joueurs qui sont avec nous, mais ça ne veut pas dire qu'on n'investira plus sur eux. On discutera avec eux une fois la saison terminée.»

Les Remparts alignaient 27 joueurs, en début de semaine, si l'on inclut le gardien du but blessé Callum Booth et le défenseur du midget AAA, Étienne Verrette, qui revient dans l'entourage de l'équipe, mercredi. Il n'en reste plus que 24, soit trois gardiens, 8 défenseurs et 13 attaquants.

Ce n'est pas la première année que Boucher dirige un surplus de joueurs, mais sa décision de réduire la liste découle sûrement d'une expérience précédente.

«L'an passé, ça n'avait pas été un problème d'avoir un surplus de joueurs, mais la saison précédente, oui», a-t-il confié en ajoutant que Verrette, qui a joué dans les deux derniers matchs du calendrier, avait de bonne chance de voir de l'action contre Gatineau.

Gingras: «On n'est pas fous»

Même si le premier match de la série est prévu pour le Vendredi saint, les Remparts ne disent pas qu'ils ont besoin d'un miracle pour battre les Olympiques. «C'est un gros mot, disons qu'on va travailler fort et souhaiter que de bonnes choses arrivent. Il n'y en aura pas de facile, on le sait, et on est au courant qu'ils ont une bonne équipe. On n'est pas fous, on est réalistes, mais on y croit, ça s'est déjà vu [des surprises] et tout le monde devra mettre l'épaule à la roue», a confié Anthony Gingras.

Le défenseur de 20 ans aimerait bien remporter une série comme joueur actif, lui qui l'a fait deux fois à sa saison recrue avec les Remparts, sauf qu'il n'avait enfilé l'uniforme que dans deux rencontres. L'an passé, il a perdu en cinq matchs dès la première ronde avec les Saguenéens. «J'attends toujours ma première vraie victoire en séries», a-t-il dit. 

Les lancers au but dans l'ADN des Olympiques

Le gardien de but Evgeny Kiselev des Remparts... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche) - image 4.0

Agrandir

Le gardien de but Evgeny Kiselev des Remparts risque d'être sera fort occupé dans la série contre les Olympiques de Gatineau.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

L'un des objectifs des Remparts contre les Olympiques sera de limiter les nombres de lancers de ceux-ci. «Ça fait partie de leur identité, c'est dans l'ADN des équipes de Benoît Groulx de lancer à profusion. Si on pouvait les garder à l'extérieur au lieu de leur donner l'enclave, comme on a fait, ce serait bien», a expliqué l'entraîneur-chef Philippe Boucher.

Il reconnaît que les Olympiques forment un club de premier plan et que le gardien de but Evgeny Kiselev sera fort occupé. Dans deux des trois derniers matchs entre les deux équipes, Gatineau a lancé pas moins de 43 et 50 fois en direction du filet québécois.

«Même s'ils lancent de partout, ils ont le moyen d'en effectuer de qualité. Il faudra aussi ne pas les laisser jouer en avantage numérique, car ils sont très dangereux. Ils sont dangereux dans à peu près toutes les facettes. Ça ne repose pas sur les épaules de Kiselev. On ne lui demande pas de sauver des matchs, mais de nous donner une chance de gagner. On veut qu'il nous donne du bon hockey et il faudra aussi mieux jouer devant lui», a ajouté Boucher, parlant autant des vétérans que des recrues.

Le principal intéressé reconnaît qu'il doit offrir un meilleur rendement qu'à ses derniers matchs, où il s'est avoué vaincu trop facilement. Le Russe est-il nerveux à l'approche du début des séries?

«Je ne le suis pas trop, ce ne sont pas mes premières séries en carrière. J'essaie de me préparer comme un match habituel, même si ça n'en est pas un. Les séries, ce sont tous des septièmes matchs. Il est difficile de bien jouer à tous les matchs, bien qu'on cherche à le faire. Connaître de mauvaises parties, ça arrive, il faut savoir rebondir. Après un bon ou un mauvais match, j'en fais l'analyse et je tourne la page en prévision du prochain», a raconté Kiselev, utilisé en raison de l'absence de Callum Booth.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer