Les Remparts encore surclassés

Six des 40 tirs qu'a reçus le gardien... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Six des 40 tirs qu'a reçus le gardien des Remparts Evgeny Kiselev se sont retrouvés derrière lui.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'histoire se répète pour les Remparts : en manque de buts, la troupe de Philippe Boucher a été surclassée 6-2 par les Olympiques de Gatineau, vendredi soir, au Centre Vidéotron.

C'est toutefois une mise en échec de Yanick Turcotte en fin de match qui a retenu l'attention. Le vigoureux attaquant des Remparts a écopé d'un cinq minutes pour assaut et d'une extrême inconduite de partie lorsqu'il a solidement plaqué Alexandre Alain, un gars de Québec comme lui.

L'entraîneur-chef des Olympiques, Benoît Groulx, a parlé d'un geste disgracieux. «C'est exactement ces coups gratuits là qu'on veut enlever de la ligue. Un gars qui sait que l'adversaire est vulnérable, qui prend un élan et qui s'en va là pour une raison : le blesser. Les joueurs comme ça n'ont pas leur place dans notre ligue, point final», a-t-il lancé d'un ton tranchant.

Turcotte et son entraîneur n'ont pas tardé à répliquer au pilote gatinois. La sanction a été exagérée, ont dit les deux hommes. Turcotte assure ne pas avoir voulu blesser son rival.

«J'ai l'impression d'avoir un target sur moi chaque fois que je fais une mise en échec», a déploré l'attaquant. «Il avait la tête entre les deux jambes, il a juste à se lever la tête», a-t-il ajouté en parlant d'Alain, avec qui il s'entraîne pendant l'été.

«Je ne suis même pas sûr que ça valait deux minutes», a soutenu Boucher. «C'est un cinq minutes parce qu'il s'appelle Yanick Turcotte, ce n'est rien de plus que ça. Je suis à peu près sûr que Benoît Groulx le prendrait dans son club demain matin.»

Les deux formations ont de très bonnes chances de se retrouver en première ronde des séries éliminatoires. Voilà que le ton est donné.

Boucher jongle avec ses trios

Mais revenons au match. Philippe Boucher a jonglé avec ses trios, envoyant Zachery Moody avec Bronson Beaton et Auguste Impose, tandis que Matthew Boucher s'est retrouvé avec Alexandre Sills et Louis-Filip Côté. Ces changements ont été profitables pour ces derniers, puisque Côté a inscrit son premier filet avec les Remparts, son sixième de la saison, tandis que Sills a réussi son 15e.

N'empêche que les Diables rouges ont de nouveau manqué d'opportunisme, entre autres en avantage numérique. L'équipe a échoué lors de ses six tentatives, en route vers une sixième défaite de suite. «On a eu la rondelle sur nos bâtons à des endroits où on pouvait capitaliser», a indiqué Boucher. «Et des fois, ce n'était même pas un tir au but. C'est ça qui est un petit peu décevant.»

Malgré la domination, Groulx n'était pas complètement satisfait de l'effort des siens. «Nos défenseurs ont été très ordinaires ce soir. Notre discipline a fait défaut aussi. Mais on a quand même exercé un bon contrôle de la rondelle la majorité du temps. Et on s'est bien défendus en désavantage numérique.»

Yan Pavel-Laplante (34e), Samuel Tremblay (10e), Gabryel Paquin-Boudreau (32e), Gabriel Bilodeau (4e), Yakov Trenin (25e, sur un tir de pénalité) et Alex Dostie (24e) ont inscrit les buts des gagnants.

Evgeny Kiselev a fait face à 40 lancers, pendant que ses coéquipiers n'en dirigeaient que 18 sur Mark Grametbauer. «Je ne veux pas le blâmer, mais je pense qu'il aurait pu être meilleur», a dit Boucher, qui n'a pas voulu confirmer la présence du Russe devant le filet des siens contre le Drakkar de Baie-Comeau, son ancienne équipe, dimanche.

Les Olympiques évitent les pièges de l'île

Les Olympiques ont récemment évité des «pièges», a raconté leur entraîneur-chef Benoît Groulx, vendredi. Seule sur une île au cinquième rang du classement général depuis un certain temps, la formation gatinoise aurait pu lever le pied dans le dernier droit de la saison. Mais le vétéran coach a prévu le coup. «On a eu ce meeting-là il y a un mois et demi. Pour dire aux joueurs qu'il y avait des pièges qui s'en venaient. Que si on commençait à regarder le classement, on pouvait devenir complaisants», a indiqué le coloré homme de hockey. Les entraîneurs ont mis cartes sur table, expliquant à leurs hommes ce qu'ils attendaient d'eux, a dit Groulx. «Quand tu ne peux pas bouger au classement, tu t'en viens le matin à l'aréna et tu travailles un petit peu moins fort. Tu ne donnes pas l'extra dans un match... On a dit à nos joueurs qu'on ne laisserait pas passer ça.» Force est d'admettre que les jeunes hockeyeurs ont compris. Avant le duel de vendredi, les Olympiques avaient remporté 11 de leurs 13 derniers matchs.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer