Boucher expulse Booth de l'entraînement

L'entraîneur s'est impatienté et a demandé à son... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

L'entraîneur s'est impatienté et a demandé à son gardien no 1 Callum Booth de regagner le vestiaire avant la fin de l'entraînement.

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Déjà privé d'un deuxième départ de suite, samedi, le gardien numéro 1 des Remparts de Québec, Callum Booth, a été invité par l'entraîneur-chef Philippe Boucher à quitter la séance d'entraînement avant la fin de celle-ci, vendredi matin, au Pavillon de la jeunesse.

Il restait encore plusieurs minutes à s'exercer lorsque le gardien a reçu son congé forcé, quittant le «PJ» en marchant en solitaire vers le Centre Vidéotron pendant que ses coéquipiers prolongeaient leur matinée de travail. L'entraîneur-chef en avait-il assez?

«Ouais, c'est ça... Je lui ai dit que c'était correct, que c'était assez pour aujourd'hui», a répondu Boucher lorsqu'on l'a interrogé sur la sortie hâtive de Booth de l'entraînement quotidien.

La veille, le Diable rouge en chef avait indiqué que le Russe Evgeny Kiselev obtiendrait un second départ de suite, samedi à Rimouski, en raison de ses performances contre Shawinigan, mardi, et en relève à Booth, dimanche à Sherbrooke. Dans les deux cas, les Remparts l'ont emporté, ce qu'ils n'avaient pas fait souvent depuis la fin de la période des transactions.

Une fois de trop

«Evgeny garde les buts samedi, et lui [Booth] sera devant le filet dimanche. Il s'agissait de sa dernière pratique [de la semaine] pour se préparer, j'en avais assez», ajoutait l'entraîneur-chef à propos de celui qui avait eu droit, à mi-chemin de l'entraînement, à quelques mots de Boucher devant tout le groupe réuni devant le tableau servant à expliquer les exercices.

«Il y a des choses que je n'aimais pas et que je ne voulais pas laisser aller. Quand tu es averti une fois, la deuxième, c'est assez!»

Booth ne s'est pas imposé devant le filet depuis la fin de la période des échanges. Il présente une fiche de 15-19 en 36 présences devant le filet, sa moyenne de buts alloués étant de 3,20 et son pourcentage d'efficacité étant de 0,899. Kiselev a signé deux des trois dernières victoires des Remparts.

Booth affrontera le Titan, dimanche à Bathurst. «Je vais le voir en même temps que toi», répondait Boucher à savoir s'il s'attendait à ce que le gardien réponde de la bonne façon.

Plus tôt cette semaine, Booth avait fait face à la musique en acceptant de parler de ses récentes sorties difficiles avec les journalistes, et ce, quelques minutes après avoir hésité à le faire. «J'étais dans la même situation avec Zachary [Fucale], l'année passée. Je l'ai vécu et je sais que je joue mes meilleurs matchs quand quelqu'un pousse dans mon dos ou que je pousse dans le dos de quelqu'un», disait-il.

Pas le premier

Booth n'est pas le premier joueur à goûter à la médecine de Boucher, dernièrement. Mardi, un arrière qui devait être dans l'alignement pour  le match en soirée avait vu son nom être rayé à l'entraînement matinal.

«On est un peu dans une phase de passer des messages, ces temps-ci. Il y a un défenseur qui devait jouer, l'autre jour, et qui ne l'a pas fait parce que je lui ai dit "tu ne joues" devant tout le monde pendant la pratique. Il y a un gars en vert qui braillait presque dans mon bureau pour certaines raisons et n'a pas joué.

«Là, c'est assez! Ce n'est pas parce qu'on commence à bien jouer qu'on va laisser aller certaines choses», avertissait Boucher.

Calendrier chargé

Avec 3 matchs en 4 jours et 7 en 11, l'Océanic est plongé dans un calendrier fort chargé. Ça expliquait la nuit passée à Chicoutimi après le match de jeudi et le retour à Rimouski, vendredi, en prévision de la visite des Remparts, samedi (16h) au Colisée Financière Sun Life. «Les prochains jours seront assez demandant. L'important, c'est de rester dans le moment présent et de ne penser qu'au prochain match qu'on a à jouer. Les Remparts ont traversé une période difficile, mais ils jouent avec plus d'aplomb, dernièrement, et ils ont gagné parce qu'ils ont travaillé. Je ne m'attends pas à moins de leur part», expliquait Serge Beausoleil, joint à bord de l'autocar de l'Océanic, qui s'était incliné 2-1 en prolongation, jeudi, contre les Saguenéens. Rimouski sera aussi l'hôte des Tigres de Victoriaville, dimanche.

Bronson Beaton... (Photothèque Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Bronson Beaton

Photothèque Le Soleil

Deux recrues avec Beaton

Le vétéran Bronson Beaton a passé la dernière semaine entre les recrues de 16 ans Louis-Filip Côté et Derek Gentile. «Bronson est un bon leader, il peut montrer l'exemple, comme [Alexandre] Sills avec Garneau et McEneny. Même si les jeunes font une erreur, il reste positif et ça les aide. On a réuni Côté et Gentile à lui parce que lorsqu'on avait besoin d'une étincelle à Sherbrooke [dimanche], ils étaient les deux qui créaient le plus de chances», expliquait Philippe Boucher. Beaton, un joueur de 20 ans, se disait ravi d'évoluer en compagnie des deux espoirs. «Ils possèdent une tonne de talent et seront des très bons joueurs dans cette ligue, je vais les aider du mieux que je peux. Je vois un bel avenir pour eux et pour toute l'équipe.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer