Boucher se méfie du Phoenix et de Jérémy Roy

Jérémy Roy constitue une menace chez le Phoenix... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Jérémy Roy constitue une menace chez le Phoenix de Sherbrooke. Repêché par les Sharks de San Jose (31e au total) en 2015, le défenseur a 6 buts et 24 aides cette saison.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Phoenix de Sherbrooke a huit points de moins que les Remparts au classement, mais il sera tout sauf une proie facile lors du match entre les deux équipes vendredi soir, au Centre Vidéotron.

Dernièrement, le Phoenix a démontré de belles choses. Il surfe sur une suite de quatre matchs sans défaite en temps réglementaire, incluant trois victoires, dont une de 7-1 contre les puissants Wildcats de Moncton. Enfin de beaux moments pour cette équipe, qui a limogé entraîneur-chef (Judes Vallée) et directeur général (Patrick Charbonneau) en décembre.

L'arrivée de Stéphane Julien et de Jocelyn Thibault dans ces postes n'a pas tout de suite eu l'effet escompté. Sherbrooke n'a remporté que 3 de ses 12 rencontres avant leur jolie séquence des derniers jours.

Selon Philippe Boucher, le Phoenix est une équipe bien plus solide que ne l'indiquent ses 43 points en 48 matchs. «Sur papier, ils sont meilleurs que ce qu'ils ont montré cette année. Ils ont un groupe de défenseurs qui n'a pas à être gêné de personne dans la ligue», a affirmé l'entraîneur-chef des Diables rouges, jeudi matin, après l'intense entraînement des siens à l'aréna des 3 Glaces.

«Ça va être un bon test. C'est une équipe qui a des joueurs qui peuvent faire la différence», a ajouté Boucher, en parlant spécifiquement du défenseur Jérémy Roy. Ce choix de deuxième ronde (31e au total) des Sharks de San Jose totalise 30 points en 35 rencontres cette saison.

Il s'agira du troisième match entre les deux équipes cette saison. Les Remparts avaient remporté le premier 6-5 à Sherbrooke, en octobre, mais le Phoenix avait pris sa revanche 4-1 à Québec, fin décembre.

Boucher est d'ailleurs conscient que les équipes adverses encerclent sur leur calendrier les matchs qu'ils doivent disputer à Québec. «Il n'y a pas un club qui n'est pas prêt quand il arrive au Centre Vidéotron. On est privilégiés et chanceux de jouer là, [mais] on a souvent le meilleur visage de chaque équipe qui arrive chez nous», croit le Diable rouge en chef.

«Il ne faut pas être trop pesant»

De leur côté, les Remparts de Québec connaissent des ennuis depuis qu'ils ont échangé leurs éléments-clés pendant le temps des Fêtes. Ils ont encaissé samedi dernier une septième défaite de suite.

Seul le travail permettra à ses joueurs de s'en sortir, croit Boucher, qui a «adoré» l'entraînement des siens, jeudi. «Il faut être exigeant avec eux, mettre les pendules à l'heure avec certains, mais il ne faut pas être trop pesant non plus», explique le coach, conscient que son équipe n'a plus la même puissance depuis les échanges de Nikolas Brouillard, Dmytro Timashov et autres Massimo Carozza.

Callum Booth sera le gardien des Remparts, vendredi soir. Boucher n'a pas encore déterminé qui protégera le filet samedi, à   Victoriaville. Le substitut Evgeny Kiselev, réclamé au ballotage depuis Baie-Comeau, a impressionné dans la défaite de samedi dernier à Gatineau en n'accordant que 3 buts sur 42 lancers.

Louis-Filip Côté... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

Louis-Filip Côté

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Côté en audition, Moody en gris

Même s'ils en arrachent tous les deux, le jeune Louis-Filip Côté et le vétéran Zachery Moody n'auront pas droit au même sort vendredi soir, contre Sherbrooke.

Comme samedi dernier, Côté pourra se faire valoir sur le trio de Matthew Boucher et Bronson Beaton, les deux meilleurs marqueurs de l'équipe. «On va lui donner deux, trois matchs, là, pour regarder ce qu'il peut faire. Après ce sera l'audition pour un autre. Mais il faut être patient : il a 16 ans. On a décidé d'investir dans les jeunes, il faut être patient avec eux», a expliqué l'entraîneur-chef Philippe Boucher, jeudi matin.

Acquis des Huskies de Rouyn-Noranda contre des choix de première et troisième rondes - précédemment obtenus dans la transaction de Nikolas Brouillard -, Côté n'a inscrit aucun point en sept matchs avec les Diables rouges. En Abitibi, il en avait récolté 8 en 29 rencontres. «Au moins les chances sont là», a analysé le natif de Laurier-Station, huitième choix du dernier repêchage de la LHJMQ. «Je travaille fort. Ça va venir. Ça ne peut pas ne pas marcher.»

Moody s'est de son côté retrouvé sur le trio des «gris», souvent considéré comme la quatrième ligne d'attaque. «Si ce trio joue bien demain, c'est lui qui va jouer plus que les autres», a toutefois nuancé Boucher, qui voulait bien répartir ses forces à l'avant. Le centre de 19 ans n'a pas marqué à ses neuf derniers matchs, séquence au cours de laquelle il n'a amassé qu'une passe. «La rondelle ne bondit pas en ma faveur en ce moment», a analysé l'auteur de 23 points cette saison. «Mais je pense que ça va débloquer bientôt.» Mikaël Robidoux (16 ans) et Jesse Sutton (17 ans) complèteront le trio du Néo-Écossais. «Ce sont deux gros travaillants qui ont de belles habiletés. On peut vraiment être une très solide quatrième ligne», croit Moody.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer