Québec 1/Gatineau 3: Kiselev près d'un miracle

À son premier départ avec les Remparts, Evgeny... (Le Droit, Martin Roy)

Agrandir

À son premier départ avec les Remparts, Evgeny Kiselev a repoussé 39 tirs dans la défaite de 3-1 contre les Olympiques.

Le Droit, Martin Roy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Gatineau) À leur troisième match en 48 heures, les Remparts de Québec n'avaient tout simplement pas les ressources offensives suffisantes pour freiner leur glissade, samedi après-midi au, Centre Robert-Guertin.

À son premier départ avec les Remparts, le gardien russe Evgeny Kiselev aura tout de même permis à sa nouvelle équipe de s'en tirer avec une défaite honorable de 3-1 contre les Olympiques de Gatineau.

Il s'agissait d'une septième défaite de suite pour les Remparts, qui n'ont pas gagné depuis la fin de la période des transactions, leur dernière victoire remontant au 3 janvier à Baie-Comeau. Ils n'auront obtenu qu'un point sur six dans ce programme triple des trois derniers jours.

Cette séquence est la plus longue du genre depuis les neuf revers successifs encaissés lors de la saison 2000-2001 et elle vient au deuxième rang dans l'histoire de l'équipe depuis sa renaissance en 1997.

«Nous avons eu assez d'avantages numériques [0 en 6] pour faire la différence. En deuxième, on aurait pu en marquer quelques-uns. On a échangé cinq de nos huit meilleurs marqueurs, notre défi est à l'offensive. À l'effort, on aurait mérité un meilleur sort, mais ça ne va pas au mérite surtout contre une machine comme celle des Olympiques», notait Philippe Boucher.

Les Remparts n'avaient pas la force de frappe pour menacer le filet adverse, comme en témoignent leurs trois maigres lancers en deuxième malgré cinq jeux de puissance, dont un de deux joueurs pendant 47 secondes. Leurs quelques chances de marquer ont été anéanties par Mark Grametbauer, qui a notamment frustré Matthew Boucher en échappée.

«Le problème, ce sont nos départs. Pour le reste, on compétitionne, et je ne peux pas leur reprocher, mais pour ce trois en trois, on aurait eu besoin d'un miracle pour gagner», ajoutait Boucher, qui a bien failli l'obtenir par l'entremise de Kiselev.

«Un peu nerveux»

Sous les yeux de l'ancien gardien des Remparts, François Brassard, le Russe, qui porte le numéro 1, a très bien paru à son premier départ avec l'équipe, bloquant 39 des 42 lancers dirigés vers lui. Les Remparts, eux, ont lancé 14 fois sur le filet adverse.

«Ç'a bien été, mais c'est difficile d'être comblé lorsqu'on perd. J'étais un peu nerveux, mais comme c'était un "3 en 3", je voulais m'appliquer et garder l'équipe dans le match», disait la première étoile, répétant sa fierté d'enfiler le chandail de l'une des équipes les plus prestigieuses au Canada.

«On avait hâte de le voir, il a eu la première étoile. J'avais parlé à Steve Ahern [Baie-Comeau] et Martin Mondou [Shawinigan], on m'avait dit que le gars était hyper travaillant», précisait Boucher, comblé par la sortie de l'ancien du Drakkar.

Yakov Trenin (2) et Gabryel Paquin-Boudreau ont marqué pour les Olympiques. Auguste Impose (10e) avait fait 1-1 en troisième avant de voir les Olympiques briser l'égalité en avantage numérique peu de temps après.

Les Remparts disputent leur prochain match vendredi, au Centre Vidéotron, contre le Phoenix de Sherbrooke.

Des trios modifiés

Pour ce troisième match en trois jours, Philippe Boucher estimait que la recrue Louis-Filip Côté méritait une audition en compagnie de Matthew Boucher et Bronson Beaton, les deux attaquants les plus productifs de l'équipe. Pour sa part, Derek Gentile jouait en compagnie d'Olivier Garneau et Auguste Impose, tandis que la troisième ligne était formée de Yanick Turcotte, Alexandre Sills et Colby Tower. L'unique changement à l'alignement des Remparts était le retour au jeu d'Ethan Crossman à la place de Mikaël Robidoux. Du côté des Olympiques, les vétérans Yan Pavel-Laplante et Guillaume McSween n'ont pas joué, frappés par un virus de gastro-entérite. «Ils résident à la même pension, et quand je regarde mon entraîneur des gardiens, je me dis qu'il ne doit pas rester loin de là...», disait Benoît Groulx en riant.

Deux gardiens de 17 ans chez les Olympiques

Historiquement, les Olympiques n'ont pas souvent entrepris leur marche éliminatoire avec un gardien de but de 17 ans devant le filet. «Si j'avais eu Zachary Fucale, à 16 ans, il aurait joué. Mais on a pas mal toujours eu des gardiens de 20 ans. Après les avoir tous évalués à travers la Ligue avec notre entraîneur des gardiens, on estimait que Mark Grametbauer [acquis de Blainville-Boisbriand] pouvait être numéro 1, l'an prochain. Cette saison, nos deux meilleurs joueurs sont [le gardien] Mathieu Bellemare (photo) et [l'attaquant russe] Vitalii Abramov, deux gars de 17 ans. Ce qu'on demande aux jeunes, c'est prouvez-nous ce que vous valez, ils le font! Ça nous amènera où ça nous amènera», disait celui qui reconnaît la puissance de Val-d'Or et de Rouyn-Noranda dans la division Ouest. À ses yeux, Drummondville a fait des pas de géant, l'Armada a été victime des blessures et Sherbrooke ne connaît pas une saison à la hauteur des attentes.

Benoît Groulxa retrouvé le sourire

Benoît Groulx... (Archives LeDroit) - image 5.0

Agrandir

Benoît Groulx

Archives LeDroit

«Salut Benoît, on peut te voircinq minutes?- Quelque chose d'important?- Non!- OK, rentrez!»

Les rencontres avec l'entraîneur-chef des Olympiques ne sont jamais ennuyeuses. Pendant 30 minutes, le coach d'expérience bonifiera ses réponses d'anecdotes savoureuses.

Contrairement à la même période, il y a un an, Groulx est plus reposé. Pendant qu'il menait le Canada à la conquête de la médaille d'or au Championnat mondial junior, à Toronto, son club junior était enlisé dans une saison de misère, une bonne raison pour trouver la fin de saison longue.

«Veux, veux pas, le Mondial Junior est très exigeant et plusieurs entraîneurs ayant passé par l'équipe canadienne ont vu leur équipe junior ne pas être impliquée dans les séries. Nous, on l'a vécu l'an passé, et juste de ne pas avoir à gérer ça au retour, c'est déjà beaucoup. Parfois, j'en parle avec Éric Landry [son adjoint] et on en rit. Mais l'an passé, on ne riait pas tant que ça», rappelait Groulx avant le match contre les Remparts, dimanche.

En compétition avec la LNH 

Groulx vient de passer un temps de Fêtes plus calme que les deux dernières années, notamment celui du passage de 2014 à 2015. Ça lui a donné le temps de s'occuper des Olympiques à temps plein. Résultat: ils rivalisent dans la puissante division Ouest de la LHJMQ. Encore, diront certains à propos de la formation de l'Outaouais.

«Quand je regarde Baie-Comeau, il y a des équipes dont la philosophie est de rater les séries et de se reconstruire. Mais pendant ce temps, on ne demande pas aux partisans de payer la moitié du prix des billets... À Gatineau et à Québec [qui vit une première phase du genre depuis très longtemps], on ne peut pas se permettre ça. Ici, on ne rivalise pas avec un marché de la LNH, mais deux. En plus des Sénateurs, il y a beaucoup de partisans du Canadien. Parfois, pendant l'heure de pointe pour aller au Centre Canadian Tire [domicile des Sénateurs], tu peux parfois rouler 20 minutes de plus et te rendre au Centre Bell», notait l'ancien capitaine des Gouverneurs de Sainte-Foy, dont le club affiche une baisse de 18,5 % au niveau des assistances.

Condamnés à l'excellence, les Olympiques ne seront pas pris au dépourvu au cours des prochaines saisons. Tout en améliorant son équipe lors de la récente période des transactions, Groulx s'est assuré d'acquérir des joueurs en mesure de revenir au Centre Robert-Guertin, la saison prochaine.

«Ce qu'on voulait faire, c'était d'aller chercher des joueurs pour évoluer ici plus qu'un an ou deux. Il n'était pas question de participer à des ventes aux enchères pour un gars qui n'aurait été ici que trois mois», précisait Groulx, dont la principale acquisition fut le défenseur de 18 ans Nicolas Meloche, du Drakkar.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer