Finie, la complaisance, chez les Remparts!

Thomas Boucher est un des jeunes patients qui... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Thomas Boucher est un des jeunes patients qui se sont réjouits du passage des joueurs des Remparts lors de leur visite annuelle au Centre mère-enfant du CHUL, lundi après-midi.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avec les départs de joueurs possédant de belles habiletés offensives, les Remparts devront changer de mentalité s'ils veulent remporter des matchs, en deuxième moitié de saison. Là où le talent pouvait auparavant faire seul la différence, le travail devra désormais compenser. Finie, la complaisance, chez les Diables rouges!

C'est en tout cas le message que l'entraîneur-chef Philippe Boucher tenait à passer à son groupe en général, mais aussi à quelques joueurs en particulier, dont la recrue Derek Gentile, lors de l'entraînement sur glace, tenu au Pavillon de la jeunesse, lundi matin.

«On a des joueurs qui sont dans une zone de confort. Ce n'est pas parce que tu as 16 ans et que tu es dans la Ligue que tout va bien. C'est à nous, les entraîneurs, de les sortir de leur zone de confort. Et la seule façon de le faire, c'est dans les pratiques même si ça peut être désagréable parfois. Si tu joues dans le top 6 ici, ce n'est pas quelque chose qui t'est donné. Brouillard est parti et tu joues maintenant sur l'avantage numérique? Ce n'est pas parce que tu ramasses des points que tu dois oublier l'aspect défensif...» a laissé entendre Boucher, ne nommant pas de joueurs, mais ayant visiblement des individus à l'esprit.

C'est en rehaussant leur niveau d'intensité, leur éthique de travail, leur engagement défensif et en apprenant à «fabriquer» des buts, que les joueurs des Remparts pourront tirer leur épingle du jeu, consolider leur place en séries et, qui sait, peut-être viser l'avantage de la glace, quoique Boucher n'en fasse pas un objectif.

«On avait des joueurs qui faisaient la différence. On a encore des gars qui vont faire la différence et qui vont nous aider à gagner des games de hockey, mais il va falloir que ce soit plus travaillé, qu'on y aille pour le deuxième retour, des fois le troisième retour. C'est un peu ça, la réalité. Cela étant dit, on a des duos qui fonctionnent bien. Matt [Boucher] et Beaton, c'est un duo qui fonctionne. Ils n'avaient pas joué beaucoup avec Timashov depuis le début de l'année et ils ont produit toute l'année. Auguste [Impose], il faut qu'il joue mieux qu'en fin de semaine passée. Mais va-t-il arriver à créer une chimie avec Tower? Et Sills avec Turcotte?» a demandé l'entraîneur, qui espère que la semaine d'entraînement permettra à ces nouvelles combinaisons de trouver leur cohésion.

Calendrier difficile

D'autant plus que le calendrier ne fait aucun cadeau aux Remparts, qui reçoivent les meneurs de la division Est, les Cataractes de Shawinigan et leur ancien coéquipier Dmytro Timashov, jeudi, puis visiteront les Voltigeurs à Drummondville, vendredi, et les Olympiques à Gatineau, samedi. Une séquence de trois matchs en trois jours, dont deux contre des équipes de tête de la LHJMQ.

«Si ça peut prendre ensemble, ces combinaisons-là, avec un petit peu plus de pratique et une certaine chimie, on va gagner notre part de games de hockey. Mais c'est sûr que si on regarde le calendrier, on va affronter des équipes de tête. Ce ne sera pas facile», a convenu Philippe Boucher, qui souhaite néanmoins voir ses hommes continuer de travailler dans le plaisir.

Au-delà de la victoire, l'entraîneur espère que le message passé à l'entraînement lundi se transposera de façon apparente sur la patinoire.

«Quand les joueurs entrent dans le bureau ou que je lis leurs propos dans les journaux, ils disent toujours les bonnes affaires. Mais le hockey, ce n'est pas un sport de paroles. C'est un sport d'action. Ceux qui m'ont dit les bonnes choses, quand je les ai rencontrés pendant le temps des Fêtes, j'aimerais maintenant le voir sur la glace...» a laissé entendre Boucher, dont les hommes effectuaient leur traditionnelle visite annuelle au Centre mère-enfant du CHUL, lundi après-midi.

Impose devra en donner plus, dit Boucher

Formant un nouveau trio avec Colby Tower, les attaquants Derek Gentile et Auguste Impose font partie de ces joueurs qui devront montrer davantage de constance dans leurs efforts, selon Philippe Boucher.

«Il faut que Derek travaille plus fort dans les pratiques et les bonnes choses vont arriver. Il a eu un bon week-end dans les Maritimes, il a été intense. C'est ce qu'on veut voir. Créer des bonnes habitudes de travail», a indiqué le pilote au sujet de son attaquant de 16 ans.

Utilisé sporadiquement en début de saison, Gentile convient que la première moitié de la campagne n'a pas été celle espérée. «Ç'a été une première moitié de saison difficile, mais j'ai travaillé très fort. Je dois prendre le rôle que l'entraîneur me donne et l'accepter pour le bien de l'équipe», a indiqué le choix de quatrième ronde (70e au total) en juin.

Quant à l'intensité, le diminutif attaquant de 5'7" et de 147 livres voit un avantage supplémentaire à en ajouter dans son jeu. «C'est quelque chose que je dois amener dans les matchs, mais aussi dans les pratiques, si je veux m'améliorer. C'est une longue carrière, et si l'intensité c'est ce que je dois privilégier pour améliorer mon endurance physique, c'est ce que je vais faire», a-t-il estimé.

Ayant peu joué depuis son départ pour le Mondial junior, le Suisse Auguste Impose a, de son côté, connu une fin de semaine peu convaincante, dans les Maritimes.

«Ça n'a pas été facile, mais bon, je vais avoir une plus grosse semaine d'entraînement. Ça va beaucoup m'aider. Je pense que je vais être plus prêt physiquement pour les matchs qui vont venir. Quand je suis revenu, je n'ai eu que deux jours. Ce n'est pas une excuse, mais ce n'est pas l'idéal», a soutenu Impose.

L'attaquant se dit prêt à exercer un plus grand leadership au sein d'une formation qui s'est rajeunie pendant son absence. Une équipe dont il devra être un leader offensif.

«Ça ne va pas changer grand-chose, à part que Philippe va plus me pousser. Il va être plus exigeant avec moi. Mais plus il est sur moi, plus ça veut dire qu'il compte sur moi. C'est un mal pour un bien.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer