Kiselev s'amène à Québec de Baie-Comeau... en taxi

À peine débarqué à Québec, Evgeny Kiselev recevait... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

À peine débarqué à Québec, Evgeny Kiselev recevait déjà des conseils de l'entraîneur des gardiens des Remparts, Maxime Ouellet.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À une époque où des joueurs jettent l'éponge au moindre obstacle, la motivation du gardien russe Evgeny Kiselev ne peut pas être remise en question. Réclamé au ballotage par les Remparts de Québec, dimanche matin, il a quitté Baie-Comeau en taxi afin d'être présent à l'entraînement de l'équipe, lundi matin, au Pavillon de la jeunesse.

Pour l'instant, difficile d'évaluer son potentiel, mais s'il n'était qu'à la hauteur de sa passion, les Remparts s'en réjouiraient sûrement. «Il est un travaillant, un passionné, et il l'a prouvé juste pour être à la pratique. Quand son vol a été annulé, dimanche, il m'a appelé à peu près 10 fois pour savoir comment venir à Québec. Il a finalement pris un taxi jusque dans Charlevoix, où on est allé le chercher», a raconté l'entraîneur-chef Philippe Boucher.

Au-delà de l'originalité du moyen de transport, c'était le signal qu'envoyait la démarche de Kiselev qui importait aux yeux du Diable rouge en chef. Il a d'ailleurs pris la peine d'en glisser un mot à ses troupiers : «On va avancer avec les joueurs motivés», leur a-t-il lancé.

Établi depuis plus d'un an au Canada pour se rapprocher de son rêve d'atteindre la LNH, Kiselev maîtrise déjà parfaitement l'anglais. Québec s'avère sa quatrième équipe depuis son arrivée de Moscou, lui qui a joué à Waterloo (junior B, en Ontario) et Baie-Comeau en plus d'appartenir brièvement à Shawinigan. Mais voilà, le Drakkar a soumis son nom au ballotage après avoir obtenu les droits de Bo Taylor, de Gatineau. Pendant quelques heures, le Russe de 17 ans ignorait sa prochaine destination.

«J'étais dans l'attente, j'espérais qu'une équipe me repêche et je suis content d'être ici. Je me joins à une organisation incroyable, l'une des meilleures de la LCH», a confié le gardien représenté par l'ancien hockeyeur russe Igor Larionov.

Une seule victoire

Même s'il n'avait gagné qu'un match et perdu 14 fois à Baie-Comeau, Kiselev ne cachait pas une certaine amertume à l'idée d'avoir été mis de côté. «C'est une question difficile, mais oui, j'étais déçu qu'on me laisse partir, sauf que je le suis un peu moins depuis que j'appartiens aux Remparts. À Baie-Comeau, j'essayais de me concentrer à bloquer les rondelles, je ne pouvais pas faire autre chose pour donner une chance à l'équipe de gagner.»

L'entraîneur des gardiens des Remparts, Maxime Ouellet, ne doute pas de l'éthique de travail de son nouveau protégé. «Son histoire le prouve. Je vais commencer à travailler avec lui, apprendre à le connaître, développer une relation et l'évaluation viendra avec le temps. Son rôle reste à définir, ce sera à lui de s'acclimater, mais c'était l'un de nos objectifs d'améliorer la position de deuxième gardien pendant la période des échanges», a-t-il ajouté à propos de celui qui devient le sixième adjoint de Booth, cette saison, après Julian Galloway, Brady Labrecque, Samuel Cardinal, Sandro Sylvestre et Sébastien Dupré.

«Idéalement, on veut un gardien qui s'améliorera à tous les jours, qui nous donnera une chance de gagner lorsqu'il jouera parce qu'on ne veut pas que Callum arrive fatigué dans les séries. Si on veut être compétitif, Callum doit être Callum», a précisé Boucher, pointant aussi en direction du rôle de certains et de l'état de santé de sa troupe.

Impose veut reprendre là où il avait laissé

Auguste Impose a pivoté le premier trio, entre Matthew... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 3.0

Agrandir

Auguste Impose a pivoté le premier trio, entre Matthew Boucher et Bronson Beaton, lors de l'entraînement des Remparts lundi.

Le Soleil, Patrice Laroche

Avant de partir pour le Mondial junior, Auguste Impose disait vouloir entreprendre 2016 comme il a fini 2015. De retour après un congé à la maison, le joueur suisse chantait le même refrain, lundi. Et s'il l'avait oublié, Philippe Boucher s'est fait un devoir de le lui rappeler dès le début de l'entraînement.

«Oui, il y avait le décalage horaire, ça semblait difficile et en début de pratique, j'ai un peu fouetté Auguste, parce qu'on ne veut pas attendre un autre mois avant que la machine reparte», a expliqué l'entraîneur-chef.

Auteur de 17 points en 25 matchs, Impose en avait amassé cinq à ses deux dernières sorties avant de s'envoler pour la Finlande, où la Suisse n'a pas atteint la ronde des quarts de finale.

«Ça fait deux ans qu'on les loupe de très peu, il ne nous manquait vraiment pas grand-chose. Contre le Canada et la Suède, on a montré qu'on méritait d'y être, mais contre le Danemark, qui a failli éliminer la Russie, ça n'a pas été facile. Personnellement, ç'a été une très belle expérience, ça permet de juger par rapport aux top players ce qu'on a et ce qu'on n'a pas.»

Le joueur de 18 ans s'est aperçu que son jeu s'était raffiné depuis son arrivée en Amérique du Nord, en août dernier. Utilisé au centre avec les Remparts, il comprend désormais certaines subtilités du jeu qu'il ignorait. «Le fait d'être à Québec n'est que positif pour moi.»

Lundi, il a pivoté le premier trio, entre Matthew Boucher et Bronson Beaton. «On va lui donner la chance d'être notre centre numéro un. Il est extrêmement rapide et dynamique, c'est ce qu'on veut revoir à partir de jeudi. Lorsqu'il utilise sa vitesse et qu'il est acharné, il est dangereux. En début de saison, il se cherchait, s'adaptait à la ville, à l'équipe, aux patinoires. Même si ça ne fait que quatre mois qu'il est ici, il a le droit à sa façon d'afficher du leadership et d'être un joueur important.»

Bonne frousse pour Booth

Callum Booth a donné une bonne frousse à son entraîneur-chef, lundi matin, en rentrant au vestiaire après avoir reçu une rondelle directement sur la clavicule. «Je l'avoue, j'ai eu un petit frisson quand Callum a quitté la glace», a dit Philippe Boucher, rassuré par le retour du gardien numéro un quelques minutes plus tard. «Ça m'a fait peur. Merde, je ne pouvais plus bouger mes doigts, je me demandais ce qui se passait», rigolait Booth tout juste après l'entrevue avec Evgeny Kiselev. «Je l'attends pour qu'il ne se perde pas», ajoutait-il avec un large sourire. Les Remparts se sont entraînés au Pavillon de la jeunesse, mais ils sont retournés à pied à leur vestiaire du Centre Vidéotron avec leur équipement en empruntant un long couloir intérieur. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer