Retour au bercail pour Anthony Gingras

Anthony Gingras... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Anthony Gingras

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La boucle est bouclée pour Anthony Gingras! Acquis des Tigres de Victoriaville contre un choix de sixième ronde en 2017, mardi, le défenseur de 20 ans va terminer sa carrière junior là où elle avait commencé à l'automne 2011, avec les Remparts de Québec.

Après des passages à Bathurst, Chicoutimi et Victoriaville, le défenseur originaire de Lévis rentre donc à la maison. Heureux de retrouver les partisans de Québec, l'arrière de 6 pieds et de 191 livres admet toutefois que la nouvelle de son échange est arrivée comme une surprise. D'autant plus qu'elle lui a été annoncée par erreur, dans un échange de textos entre les entraîneurs des Tigres, auquel son nom a été ajouté par mégarde, lundi soir.

Le directeur général des Remparts, Philippe Boucher, a même dû passer un coup de fil d'urgence à Gingras pour s'assurer qu'il n'ébruite pas l'information, puisqu'il n'avait pas encore avisé Alexandre Coulombe qu'il serait le joueur de 20 ans sacrifié pour lui faire de la place.

«Je n'étais pas sûr si c'était une joke ou si c'était vrai. Finalement, ç'a fini par être vrai. Je ne m'y attendais pas du tout! Je m'entendais super bien avec le personnel d'entraîneurs des Tigres. Oui, j'ai connu une petite baisse de régime dernièrement et on en parlait avec les entraîneurs, mais jamais j'aurais pu me douter que j'aurais pu être échangé», a raconté l'auteur d'un but et neuf passes en 29 rencontres à Victoriaville, cette saison.

Même s'il était partagé entre la tristesse de quitter l'organisation des Tigres et l'excitation de revenir évoluer dans la capitale, c'est cette dernière émotion qui prévalait chez Gingras, mardi.

«Je ressens beaucoup d'émotions à l'idée de revenir! Je suis vraiment content. J'ai aussi beaucoup de souvenirs de mes premières années qui reviennent. Je pense qu'il n'y a pas de meilleur endroit pour finir ma carrière junior que là où je l'ai commencée.»

Échangé par les Remparts en décembre 2012, le produit des Commandeurs de Lévis avait été sacrifié par Patrick Roy, qui cherchait alors à amener un peu plus d'expérience à sa ligne bleue, avec les acquisitions de Dillon Donnelly et de Jérémy Beaudry. Le défenseur avait été cédé au Titan en compagnie de l'attaquant Patrick Walsh et d'un choix de sixième ronde (2013), en retour d'une paire de choix de 2013 (deuxième et quatrième tours). La première des deux sélections avait ensuite été envoyée à Rouyn, dans l'échange qui a amené Cody Donaghey à Québec, puis la seconde a servi à repêcher le défenseur Olivier Thibodeau.

Environnement changé

L'équipe que retrouve Gingras est bien différente de celle qu'il a quittée. Changement d'amphithéâtre, d'entraîneur et de joueurs... à l'exception d'un!

«Il y a eu beaucoup de changements, dont l'aréna. J'ai hâte de voir les nouvelles installations. J'ai hâte de voir la façon dont Philippe [Boucher] dirige l'équipe et de voir les gars aussi. [...] De mémoire, il y avait juste Carozza qui avait été repêché et que j'ai croisé, dans le temps. Sinon, je doute qu'il y ait des gars qui restent», a indiqué celui qui retrouvera aussi l'entraîneur adjoint Martin Laperrière.

Chez les Remparts, le défenseur croit pouvoir faire profiter ses jeunes coéquipiers de son expérience et exercer un certain leadership auprès d'eux, lui qui occupait le poste d'assistant capitaine chez les Tigres. «J'ai toujours été reconnu pour mes bonnes habitudes, ma bonne attitude et mon leadership. C'est ce que je vais amener à Québec.»

Cinq joueurs sur la corde raide

Le dur à cuire Yanick Turcotte, n'a pas... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 3.0

Agrandir

Le dur à cuire Yanick Turcotte, n'a pas du tout envie de quitter Québec, dont il est originaire, pour aller évoluer sous d'autres cieux.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

À 24 heures de la limite des échanges dans la LHJMQ, la fébrilité était bien palpable dans l'entourage des Remparts, qui ont de nouveau transigé, mardi matin. Pour les vétérans de l'équipe, et plus particulièrement les cinq joueurs de 19 ans de la formation, la nervosité sera au rendez-vous jusqu'à la fermeture du marché, mercredi midi.

Les Turcotte, Carozza, Moody, Dutra et Maheux ont d'autant plus de raisons de s'inquiéter que le directeur général Philippe Boucher a indiqué mardi qu'il continuait à recevoir des offres intéressantes pour ses joueurs les plus expérimentés.

«Ça commence à être tentant. L'attrait de repêcher en première ronde en 2016 est là. Cela étant dit, on va se donner le temps. On aime notre banque de choix. Il n'y a pas d'urgence à continuer de la remplir. Si on a une offre qu'on ne peut pas refuser, on va faire ce qu'on a à faire», a-t-il fait savoir.

L'un des joueurs pour lesquels Boucher a été le plus sollicité, le dur à cuire Yanick Turcotte, n'a pas du tout envie de quitter Québec, dont il est originaire, pour aller évoluer sous d'autres cieux. Il s'étonne d'ailleurs de l'intérêt des dg de la LHJMQ envers lui. «En même temps, il n'y a pas beaucoup de joueurs qui remplissent le même rôle que moi», a concédé le produit de l'Académie St-Louis.

Également populaire, le centre Massimo Carozza admet que la nervosité se fait davantage ressentir cette année. «C'est différent parce que l'équipe rebâtit. Avec les départs de Graaskamp, Brouillard et Murphy, l'équipe s'est déjà départie de quelques joueurs. Pour des gars comme Raph, Turk et moi, c'est toujours possible qu'on parte», a estimé le Montréalais.

De son côté, le défenseur Raphaël Maheux, présentement blessé à un genou, se dit prêt à toute éventualité. «J'ai parlé avec Phil, mardi matin. C'est rassurant, mais en même temps, s'il a une offre sur la table et qu'il doit l'accepter, il va l'accepter. Et je comprends ça. Ça fait partie du hockey», a philosophé l'arrière originaire de Québec, qui devrait chausser de nouveau les patins en fin de semaine. 

En vitesse...

En ajoutant Anthony Gingras à leur alignement, mardi, les Remparts se sont retrouvés avec quatre joueurs de 20 ans, soit un de plus que la limite permise. «Ça fait qu'on va essayer de replacer [le défenseur] Alexandre Coulombe à quelque part dans la Ligue, s'il désire continuer de jouer», a indiqué Philippe Boucher... Avant d'échanger un de ses vétérans de 19 ans, le dg des Remparts n'aura d'autre choix que de considérer lesquels pourraient occuper l'un des trois postes de joueurs de 20 ans de l'équipe en 2016-2017. «Ça rentre dans l'équation. C'est pour ça que ça va prendre une offre alléchante pour les laisser aller. Parce que ce sont des Remparts, des gars qui sont fiers de jouer ici, des leaders au sein de notre équipe»... Les Remparts ont mis sous contrat mardi le défenseur de 17 ans Bryce O'Brien, un joueur autonome, qui évoluait cette saison avec le 99ers de Brantford Jr, dans la Greater Ontario Junior Hockey League (GOJHL), une ligue junior B. En 33 matchs, le défenseur droitier de 6'1" et de 163 livres a inscrit un but et huit mentions d'aide. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer