Les Remparts trop généreux

Avec ses 6'5'' et ses 202 livres, l'attaquant... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Avec ses 6'5'' et ses 202 livres, l'attaquant des Remparts Ryan McReynolds a fait sentir sa présence devant le filet des Cataractes.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Encore trop généreux en désavantage numérique, les Remparts ont échappé, malgré une performance de cinq points de Dmytro Timashov, un match de fou 7-6 en prolongation, contre les Cataractes, devant 13 866 partisans, au Centre Vidéotron, vendredi.

Ayant passé la dernière semaine à peaufiner leurs unités spéciales, et plus particulièrement leur jeu en infériorité numérique, les Remparts n'ont pas montré grands signes d'amélioration au cours de ce festival offensif, où ils ont concédé quatre buts à l'adversaire en quatre désavantages numériques.

«Il va falloir que les gars soient plus réceptifs. Ce n'est pas compliqué. Je pense qu'il est temps qu'on essaie d'autre personnel en désavantage numérique. Accorder quatre buts en quatre occasions, ce n'est pas acceptable. Mais c'est une belle machine de hockey, de l'autre côté. Ils sont bien rodés, surtout en avantage numérique. Ils sont très dangereux. Cela dit, j'aurais aimé mieux qu'on reste à trois contre trois en supplémentaire...» a laissé entendre l'entraîneur-chef Philippe Boucher.

Ce dernier a vu sa troupe écoper d'une pénalité pour avoir eu trop d'hommes sur la glace, à 3:17 de la prolongation, ce qui a ouvert la voie au but gagnant de Dennis Yan, avec 15,3 à faire à la période. Une pénalité dont le pilote met en question à mots couverts l'application.

«Je vais faire attention à ce que je vais dire... Je veux avoir de l'argent pour mes cadeaux de Noël! On s'est fait expliquer exactement la même chose la semaine passée à Saint-Jean et ce n'était pas une punition. Ce soir, on a refusé de me l'expliquer. Ça fait que je vais prendre les canaux normaux et je vais appeler à la ligue. Ça va me coûter moins cher.»

En milieu de troisième, les Remparts étaient en bonne position pour remporter cette spectaculaire rencontre. Deux buts rapides de Timashov (16e et 17e), suivi d'une réussite de son partenaire de trio Bronson Beaton, avaient propulsé les locaux en avant 5-3.

Deux buts en 24 secondes

Tout s'est toutefois écroulé lorsque les Cataractes ont enfilé deux buts en 24 secondes, ceux d'Alexis D'Aoust, son deuxième du match, et de Mathieu Olivier. Les deux équipes se sont ensuite échangé un filet chacune - Graaskamp pour Québec et Beauvillier pour Shawinigan -, forçant la prolongation.

Ce scénario un peu fou a éclipsé le retour au jeu de Callum Booth (29 arrêts). «Callum a fait des gros arrêts, mais je pense qu'il y en a une couple qu'il aimerait revoir. Ç'a quand même fait du bien de le revoir là, mais ça n'a pas réglé nos problèmes défensifs. [...] On dirait qu'on a pesé sur un bouton reset au Cap-Breton et on a oublié comment jouer pendant une petite partie du match. En troisième, on a bien fait les choses, mais on n'a pas été capables de garder les devants», a constaté Boucher.

Dans le camp adverse, l'entraîneur-chef Martin Bernard s'est réjoui que ses hommes aient su conserver leur concentration jusqu'à la fin de la rencontre. «On n'aime pas les matchs en montagnes russes, mais pour nous, l'important, c'était l'état mental de notre équipe. De les sentir rester positifs, malgré que les Remparts ont pris les devants par deux buts, de rester focusés sur les tâches, c'est ce qui était important.»

Matthew Boucher et Mikaël Robidoux ont marqué les autres buts des Remparts. Giovanni Fiore et Alex Pawelczyk en ont fait de même pour les Cataractes.

Nouvelles règles entérinées

Le Bureau des gouverneurs de la LHJMQ a entériné jeudi l'ensemble des nouvelles règles en application depuis le début de la saison. Ces nouvelles dispositions concernent notamment la prolongation à trois contre trois, l'agrandissement du trapèze du gardien de but, ainsi que de nouvelles procédures de mises en jeu. Un seul règlement déjà en vigueur a fait l'objet d'une modification. Il s'agit de celui émanant du département de la sécurité des joueurs qui veut qu'un joueur ayant livré une dizaine de combats écope d'une suspension de cinq matchs. Le nouveau règlement prévoit, au lieu d'une suspension automatique, que le joueur devra plutôt rencontrer le commissaire Gilles Courteau, en compagnie de son directeur général. Il sera ensuite laissé à la discrétion du commissaire de décider s'il y a lieu de décerner une suspension ou non.

La pression de bien faire

Aussi talentueux soient-ils, les Cataractes, détenteurs du troisième rang dans la LHJMQ, ont connu un mois de novembre plus ardu, s'amenant sur une séquence de deux défaites à Québec, vendredi. L'effet d'une jeunesse qui doit apprendre à composer avec la pression, croit l'entraîneur-chef Martin Bernard. «Pour nous, c'est une position différente, cette année, dans le sens qu'on a été établis favoris, en début d'année. Mais plus l'année avance, plus la pression de bien faire, de répondre aux attentes, rentre en ligne de compte. Il ne faut pas oublier qu'on a une équipe jeune. On a plusieurs éléments jeunes dans des postes-clés», a noté le pilote, qui tente d'alléger l'atmosphère en tenant des séances d'entraînement plus courtes. Bernard n'a par ailleurs pas été étonné de voir son attaquant, Anthony Beauvillier (photo), recevoir une invitation pour le camp de sélection d'Équipe Canada Junior. «C'est un joueur de 200 pieds, en ce sens qu'il est capable de faire beaucoup de choses offensivement et défensivement.» 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer