L'absence de Booth fait mal aux Remparts

Les Cataractes ont eu plusieurs occasions de célébrer... (Le Nouvelliste)

Agrandir

Les Cataractes ont eu plusieurs occasions de célébrer contre les Remparts, vendredi.

Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Privés de leur gardien numéro un, les Remparts ont été incapables de contenir l'attaque dévastatrice des Cataractes, devant lesquels ils se sont inclinés 8-2, au Centre Gervais Auto, à Shawinigan, vendredi.

En l'absence de Callum Booth, toujours tenu à l'écart du jeu en raison d'une appendicectomie, la soirée des Remparts s'annonçait longue face aux puissants Cataractes, détenteurs du deuxième rang dans la LHJMQ. Même s'ils ont dominé plusieurs séquences de la rencontre -menant 37-28 au chapitre des tirs au but -, la troupe de Philippe Boucher, et plus particulièrement les gardiens auxiliaires Julian Galloway et Samuel Cardinal, n'ont pas été en mesure de renverser le scénario catastrophe annoncé.

«On sait ce que Callum représente. [...] C'est sûr que si Galloway avait joué comme il en est capable, je pense qu'on aurait eu de sérieuses chances de gagner cette game-là. On jouait vraiment bien, on faisait ce qu'on voulait, on était physiques, on était dans leur face, et ce, contre l'une des meilleures équipes de la ligue. Tout le monde sait ce que Shawinigan représente. On l'avait fait à Rouyn-Noranda, on l'a fait un peu partout. Mais on aurait eu besoin d'une couple d'arrêts, c'est sûr», a laissé entendre Boucher.

Très tôt en première, la vitesse des Cataractes a causé des maux de tête à la défensive des Remparts, qui ont vu les hommes de Martin Bernard inscrire deux filets rapides. Le dangereux Anthony Beauvillier (12e) a d'abord été oublié dans l'enclave et a trompé Galloway d'un tir imparable à 3:32.Puis 2:13 plus tard, c'était au tour de James Phelan (6e) de prendre à contrepied la défensive québécoise. L'attaquant des Remparts Charley Graaskamp était sur la glace pour les deux filets.

«On a outrageusement dominé de grandes parties de cette game-là. Il y a des choses à Québec qui ne changent pas... Il y a un gars [Graaskamp] qui a lu le journal ce matin et qui avait deux beaux articles et ce soir, il nous coûte deux buts dans une période où on a très bien joué... jusqu'à ce qu'on donne un lancer. Et la rondelle est rentrée. On a donné trois chances de marquer en troisième et c'est devenu trois buts. Après ça, c'est dur de garder le moral des troupes», a convenu Boucher.

Une muraille

Les Remparts se sont ressaisis en fin d'engagement, obtenant quelques bonnes chances de marquer, mais n'ont pas été en mesure de percer la muraille d'Antoine Samuel, solide au premier vingt.

Bénéficiant d'un avantage numérique de 40 secondes en début de deuxième, les Diables rouges ont réduit l'écart 2-1, alors que leur supériorité d'un homme venait tout juste de se terminer. C'est Bronson Beaton (10e), bien campé à la porte du but, qui s'y est pris par deux fois pour compléter la passe de Dmytro Timashov.

Gabriel Slight a rétabli en milieu de période l'avance de deux buts des Cats avec son septième de la saison. La réplique est venue 2:44 plus tard, à quatre contre trois, avec un tir de la pointe imparable de Nikolas Brouillard (5e).

Avant la fin du deuxième tiers, les Cataractes ont ajouté deux buts, ceux de Slight (8e), qui a chassé Galloway au profit de Cardinal, et de Mathieu Olivier (5e). Les Cats ont complété le pointage en troisième, grâce à des filets de Beauvillier (13e), Charles Taillon (2e) et Nicholas Welsh (4e).

Tout un baptême pour Cardinal!

Rappelé d'urgence en milieu de semaine, Samuel Cardinal a connu tout un baptême du feu, devant la cage des Remparts, vendredi. Le portier des Vikings de Saint-Eustache (midget AAA) est venu en relève en fin de deuxième à Julian Galloway, après que ce dernier eut accordé quatre buts sur 13 lancers. «J'ai été capable d'apprécier tous les moments. C'était super le fun. Je suis prêt à recommencer n'importe quand!» a lancé le gardien de 16 ans.

Cardinal aurait toutefois préférer garder les Remparts dans le match, ayant alloué quatre buts sur 15 lancers. «Ça n'a pas été facile... J'aimerais ça avoir un autre départ pour avoir la chance de prouver plus que ce que j'ai fait. La vitesse du jeu était rapide, mais je pense que je suis capable de jouer dans cette ligue-là.» 

Samuel Girard... (Photothèque Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Samuel Girard

Photothèque Le Soleil

Girard fait mentir ses détracteurs

SHAWINIGAN - Le défenseur «petit format» Samuel Girard (photo) joue gros, depuis le début de la saison. Tant et si bien que le joueur de 17 ans s'attire des éloges des dépisteurs de la LNH et a reçu - à la surprise de plusieurs - une invitation à la Série Canada-Russie, dont l'objectif est d'évaluer les joueurs susceptibles de représenter le pays au Mondial junior. 

Choix de première ronde des Cataractes en 2014 (3e au total), Girard occupe présentement le premier rang des marqueurs chez les défenseurs de la LHJMQ, avec ses 3 buts et 24 passes en 19 matchs, en plus d'afficher un excellent différentiel de + 9. Un départ canon pour le natif de Roberval, qui n'a toutefois reçu qu'une cote «C» sur le premier bulletin de la Centrale de recrutement de la LNH, en vue du repêchage de juin.

«Ça me donne encore plus de motivation. [...] En ce moment, je suis "C" et là, je veux prouver que je suis capable de me rendre à "B", puis à "A". C'est le fun pour moi, parce que ça me donne un objectif. [...] Je pense que je suis assez fort mentalement pour pouvoir compétitionner avec des gars plus grand et plus gros que moi», a fait savoir le joueur de 5'9" et de 165 livres, dont l'agent est le réputé Pat Brisson.

Comme tous les observateurs, son entraîneur-chef Martin Bernard a vu une nette amélioration chez Girard, cette saison. «À sa deuxième année, il joue avec encore plus de confiance. Il va peut-être faire le jeu un petit peu plus risqué qu'il voyait, mais qu'il n'osait pas faire l'année dernière. Cette année, il va l'essayer. En même temps, il est en mesure de récupérer un mauvais jeu par sa vitesse.» Plus que jamais, il y a de la place dans la LNH pour des défenseurs de petit gabarit comme Girard, croit le pilote. Il cite en exemple les Torey Krug (5'9" et 186 lb), Toby Enstrom (5'10" et 180 lb) et Ryan Ellis (5'10" et 180 lb). «La game est tellement vite, maintenant. Il faut que les gars soient rapides, mobiles et aient un bon sens du jeu. Sam a les deux.» 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer