Charley Graaskamp, un coup de dés payant pour les Remparts

Charley Graaskamp a huit points en neuf matchs... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Charley Graaskamp a huit points en neuf matchs depuis son arrivée chez les Remparts à la mi-octobre.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Belle preuve que la chance a parfois un rôle à jouer dans le recrutement, les Remparts n'avaient jamais vu patiner l'Américain Charley Graaskamp, leur plus belle trouvaille de la saison sur le marché des joueurs autonomes, avant qu'il ne se joigne à l'équipe!

Partie prenante des succès offensifs des Remparts depuis son arrivée avec l'équipe à la mi-octobre, Graaskamp a vite fait sa niche sur un premier trio complété par Bronson Beaton et Dmytro Timashov, engrangeant six buts et deux passes en neuf matchs. Un succès que l'entraîneur-chef Philippe Boucher n'a pas «vu» venir!

«Personne ne l'avait vu jouer! C'est l'un de ses agents qui nous avait contactés après qu'il ait été libéré [par les Wolves de Sudbury]. J'ai ensuite parlé à ses deux agents, au directeur général à Sudbury [Blaine Smith] et à Charley. Les trois m'ont dit la même affaire, que c'était un gars qui avait du talent, des bonnes mains, qui était un bon passeur et qui pouvait marquer des buts. [...] J'ai ensuite appelé mon "boss" Jacques [Tanguay] et je lui ai demandé s'il était un gambler!» a raconté Boucher, non sans sourire devant sa bonne fortune.

De son côté victime du virage jeunesse des Wolves, une équipe de fond de classement de la OHL, Graaskamp se réjouit d'être tombé dans le giron d'une organisation aussi réputée que celle des Remparts.

«Je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre. C'est évidemment ma première fois à Québec. J'avais brièvement entendu parler des Remparts. J'avais aussi parlé à Phil quelques fois au téléphone. Ça m'a semblé être une très bonne situation pour moi. Je me suis retrouvé ici et je ne pourrais être plus heureux», a admis le natif d'Eau Claire (Wisconsin), un centre naturel de 6'1" et de 181 livres.

Rêve de LNH ravivé

Quand il a finalement rejoint les Remparts dans leur périple abitibien de la mi-octobre, Graaskamp ne souhaitait rien d'autre que donner un coup de main à l'équipe. «Mon intention était de venir ici, d'utiliser mes forces, de contribuer autant que je pouvais à cette équipe. Les choses ont bien tourné pour moi. J'ai de bons partenaires de trio et je reçois beaucoup de soutien, de la part du personnel d'encadrement jusqu'aux joueurs sur la glace.»

Avec cette seconde chance, l'attaquant de 19 ans, qui avait été ignoré à ses deux années d'admissibilité au repêchage de la LNH, voit son rêve de LNH être ravivé.

«J'ai aimé mon expérience au camp des Ducks, où j'avais été invité à mon année de repêchage. Et j'ai été très déçu de ne pas avoir été réclamé cet été. Je pense que si l'équipe continue de jouer comme elle le fait présentement, que nous continuons de gagner, le côté individuel va suivre. En ce moment, je me concentre à donner de bonnes performances et à coller des victoires.»

Preuve que tout baigne dans l'huile pour Graaskamp, il ne pense déjà plus à la fin abrupte de son association avec son ancienne équipe. «Je pense que les choses ont tourné comme elles le devaient. Je pense qu'à l'époque, personne ne comprenait vraiment pourquoi [ils m'avaient libéré]. Je pense que je suis maintenant là où je dois être. Je ne pourrai jamais assez dire à quel point je suis heureux d'être ici. Je suis content que les choses aillent aussi bien pour moi.»

Vivement un début de saison retardé!

Les propos du commissaire Gilles Courteau voulant qu'il aimerait retarder le début de la saison dans la LHJMQ dès l'année prochaine ont été accueillis avec plaisir par l'entraîneur-chef des Remparts, Philippe Boucher. Il a lui-même souvent décrié les effets négatifs de l'ouverture précoce des camps d'entraînement afin de s'aligner sur le calendrier scolaire des cégeps. «On pourrait faire une semaine de camp et retourner les gars chez eux, ça pourrait être possible. [...] Je pense que les partisans, les joueurs, les dirigeants et les propriétaires s'entendent tous sur la même chose : c'est difficile de disputer le premier match de ta saison sans tes meilleurs éléments [partis dans des camps professionnels] ou alors quand il fait 30 °C dehors.» Boucher croit qu'il est grand temps que la ligue agisse afin de régler ce problème persistant. «Tout en souffre : les assistances, le spectacle... Tant mieux si M. Courteau et les propriétaires en font une priorité. Parce que jouer des games à la fin août et au début septembre, on n'avance pas avec ça, côté produit.»

Défensive à resserrer

Défaits 6-1 par les Cataractes au Centre Gervais Auto le 18 septembre, les Remparts tenteront de venger vendredi l'un de leurs rares matchs difficiles sur la route cette saison. Le défi s'annonce toutefois de taille pour les Diables rouges qui se frotteront à une formation possédant un reluisant dossier de 9-1 à ses 10 derniers matchs. De leur côté, les Remparts connaissent aussi de bons moments, n'ayant pas subi la défaite en temps réglementaire à leurs six derniers matchs. Ils seront toutefois privés de leur gardien numéro un, Callum Booth, qui a subi une appendicectomie, mercredi soir. «Les 19 autres joueurs ont toutefois très bien joué, mardi. Il faudra garder notre identité de travaillant. En zone défensive, c'est sûr qu'on va vouloir limiter les tirs au but. [...] Tu ne veux pas faire des erreurs majeures et donner des chances faciles à des joueurs dominants comme Yan, Beauvillier et Girard», a convenu Philippe Boucher.

Julian Galloway... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 4.0

Agrandir

Julian Galloway

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Galloway... pour commencer

En l'absence de Callum Booth, Philippe Boucher confiera le filet des Remparts face aux Cataractes à son auxiliaire Julian Galloway. «Après ça, on va y aller au jour le jour pour prendre nos décisions.» Il n'est donc pas impossible de voir le gardien de 16 ans Samuel Cardinal en action au cours de la fin de semaine, puisque les Remparts disputeront trois matchs en trois jours. Le pilote convient toutefois que la marche sera haute pour le portier des Vikings de Saint-Eustache (midget AAA), qui évoluait dans le midget espoir, la saison dernière. «Avoir un départ à Shawinigan, contre l'une des bonnes équipes de la ligue, c'est un autre gros test pour un jeune de 16 ans. D'un autre côté, jouer une game au Centre Vidéotron devant une foule très nombreuse, c'est un bon test aussi. Peu importe la décision qu'on va prendre, il va falloir lui faire confiance. Autant il faut faire confiance aux joueurs qu'on a ici, autant il faut faire confiance aux joueurs qu'on a dans notre système.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer