Québec 4 / Gatineau 3: un temps d'arrêt productif pour les Remparts

Un but de Zachery Moody en avantage numérique... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Un but de Zachery Moody en avantage numérique en fin de troisième période a donné la victoire aux Remparts.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après avoir renversé la vapeur en deuxième période, les Remparts de Québec ont profité d'un but de Zachery Moody en avantage numérique en fin de troisième pour vaincre les Olympiques de Gatineau par 4-3, dimanche après-midi, devant une foule annoncée de 11 000 personnes au Centre Vidéotron.

Les Remparts signaient une quatrième victoire à leurs cinq derniers matchs à l'occasion de cette rencontre dominicale où plusieurs joueurs ont péché, l'entraîneur-chef Philippe Boucher écopant même d'une punition pour conduite antisportive. Tout juste avant de briser l'égalité de 3-3, Moody (3e) avait aussi été en réflexion pour un coup à la tête.

«Je n'ai pas vu sa punition, alors j'ai bien fait de ne pas l'étouffer parce qu'il a compté un but après, disait Boucher en riant. Il [Moody] fait du bon travail en avantage numérique, où le malheur des uns lui permet de profiter de plus de temps sur le jeu de puissance.»

La punition à Boucher aurait pu faire mal, également, mais les siens s'en sont sortis. Un avantage de deux hommes était à l'origine de sa frustration.

«J'ai le droit de ne pas être d'accord, même si j'ai tendance à ne pas l'être souvent. M. Groulx a eu un avertissement, je n'en ai pas eu avant de me faire donner un deux minutes. On a peut-être tous les deux mal à la gorge», disait Boucher.

Tôt en deuxième, il a demandé un temps d'arrêt après avoir vu les Olympiques inscrire deux buts en 1:48. Les Remparts ont renversé la vapeur pour prendre les devants 3-2 grâce à des buts sans réplique de Dmytro Timashov (7e), Matthew Boucher (9e) et Bronson Beaton (9e).

«Phil nous a dit de nous ressaisir. On avait joué une bonne première, mais je me demande pourquoi on a si mal commencé la deuxième. On a bien fait en désavantage, mais on ne va pas toujours s'en sortir comme ça. On a pris beaucoup trop de punitions, on dirait qu'elles pleuvent cette saison. Je ne sais pas si les arbitres sont plus sévères ou si ça joue plus cochon», se questionnait le vétéran Nikolas Brouillard, auteur de deux passes.

Heure de gloire de Moody

Moody, lui, savourait son heure de gloire. A-t-il fait amende honorable avec son but vainqueur? «Peut-être... Je n'avais pas scoré depuis un bout de temps, j'ai été chanceux qu'elle rentre. Au temps d'arrêt, Phil nous a dit qu'on devait batailler plus qu'on le faisait», commentait-il sur un ton enjoué.

L'entraîneur-chef ignorait si la pause de 30 secondes y avait été pour quelque chose. «Je ne sais pas, tant mieux si c'est cela. On a eu de l'effort en première, mais on s'en allait nulle part en deuxième et Martin Laperrière a suggéré qu'on change d'échec-avant. Ç'a porté fruit.»

Devant le filet, Callum Booth a été battu par Vincent Milot-Ouellet, Anthony Gagnon et Alexandre Carrier. «Ce match a été à l'image de notre voyage [trois en trois]. On a perdu l'avance dans les deux premiers, on ne s'est pas brûlés. On a fait la même chose [dimanche], on s'est brûlés. J'espère qu'il s'agit de la fois où les gars vont apprendre, on ne peut pas gagner quand nos meilleurs joueurs ne le sont pas», estimait l'entraîneur-chef des Olympiques Benoît Groulx, qui nous invitait à interviewer les arbitres pour expliquer les nombreuses punitions. Gatineau a bouclé l'après-midi 1 en 6 en avantage numérique, Québec étant 1 en 7.

***

Un automne plus calme

Lors de son passage au Colisée Pepsi, la saison dernière, Benoît Groulx laissait entendre qu'il était prêt à retourner chez les professionnels. Une conquête de la médaille d'or plus tard, il était de retour en ville, dimanche, toujours en poste derrière le banc des Olympiques. «La planification ne marche pas toujours comme on le veut», disait-il, un brin philosophe. Il passera un temps des Fêtes moins occupé que l'an passé, alors qu'il était à la barre de l'équipe nationale junior. «Ça va être plus tranquille, je vais pouvoir suivre mon gars [qui joue midget AAA] et ça va faire du bien de m'occuper de mon équipe. Je pense avoir raté 13 ou 14 matchs, la saison dernière, ce qui était beaucoup», confiait celui qui se plaît à l'idée de travailler avec des adjoints d'expérience comme Éric Landry, Ron Choules et Roger Dejoie, ancien entraîneur-chef de l'Océanic.

Un Russe exceptionnel

Meilleur compteur des Olympiques, le Russe Vitalii Abramov connaît un début de carrière très productif dans la LHJMQ. D'où sort cet ailier droit de 17 ans? «De Russie, répond l'entraîneur-chef Benoît Groulx, pince-sans-rire. Il vient de la même ville que Yakov Trenin, qui en est à sa deuxième saison avec nous. Les deux familles se connaissent, et après le repêchage de la LNH, on a fait un appel-conférence avec les deux joueurs, leurs familles et leurs agents. Jusqu'à la veille du repêchage européen, il ne venait pas... Vitalii a 17 ans, c'est un joueur exceptionnel, il est petit de taille mais joue comme un gros. Je n'ai pas vu souvent un joueur aussi rapide être capable de faire des jeux à haute vitesse comme il le fait, et j'en ai eu des bons.

En vitesse

  • Ryan McReynolds a effectué un retour au jeu pour les Remparts, lui qui n'avait pas joué depuis le premier match du long voyage en Abitibi. Il a laissé tomber les gants en deuxième période contre le robuste Tommy Veilleux.
  • Parmi les absents dans le coin rouge, on comptait Derek Gentile, Alexandre Drapeau, Christian Huntley, Dakotah Woods, Lucas Thierus et Auguste Impose.
  • Choix de première ronde des Olympiques en 2013, Alexandre Alain, de Québec, s'attire les éloges de l'entraîneur-chef des Olympiques : «Si on regarde ses statistiques, on dirait qu'il n'a pas un bon début de saison, mais il aurait plus de buts s'il était plus chanceux car il a des occasions inouïes», disait Benoît Groulx.
  • Les Olympiques étaient arrivés à Québec, samedi soir. «J'ai dit aux joueurs de prendre 30 minutes pour regarder le Centre Vidéotron, parce qu'ils n'auraient pas le temps de le faire pendant le match», confiait Groulx.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer