La LHJMQ scrute toujours le dossier de Philippe Boucher

L'entraîneur-chef des Remparts Philippe Boucher... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'entraîneur-chef des Remparts Philippe Boucher

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ligue de hockey junior majeur du Québec n'avait toujours pas statué, lundi, au sujet d'une possible amende à décerner au directeur général et entraîneur-chef des Remparts de Québec, Philippe Boucher, à la suite de commentaires formulés après son expulsion du match de samedi à Rouyn-Noranda.

«Le dossier est à l'étude», a fait savoir le directeur des communications de la LHJMQ, Photi Sotiropoulos, en fin d'après-midi, lundi, indiquant aussi que le commissaire Gilles Courteau ne ferait pas de commentaire à ce sujet.

Samedi, Boucher a écopé d'une extrême inconduite avec 6 minutes et 35 secondes à faire en troisième période. Plus tôt dans la rencontre, les Remparts avaient mérité une punition mineure de banc appelée par un juge de lignes qui n'avait pas apprécié une critique de l'entraîneur-chef.

«Tout ce que j'ai dit, c'est trois 5 contre 3 à l'équipe la plus disciplinée de la Ligue», avait dit Boucher pour expliquer son expulsion. Dans son point de presse, il avait ensuite dénoncé un acharnement de certains arbitres à l'endroit de son équipe en lien avec l'incident lui ayant valu une amende de 10 000 $ pendant le tournoi de la Coupe Memorial.

«Malheureusement, pour certains, 10 000 $ l'an passé, ça n'a pas été assez. J'ai payé les vacances à M. Courteau, cet été, il me semble que c'est assez. Quand tu fais des choses dans la vie, tu payes pour, et après, ça devrait rester là», avait ajouté le Diable rouge en chef.

Dimanche, Boucher a admis avoir poussé un peu trop la note, la veille, mais plaidait aussi le droit de pouvoir être encore émotif de la saison de la Coupe Memorial, comme ce fut le cas pour d'autres hommes de hockey du Québec, ces dernières années.

Boucher, qui a écopé d'une amende automatique de 1000 $ pour son expulsion, ne serait pas le premier entraîneur-chef des Remparts à payer le prix de certains propos si la LHJMQ en décidait ainsi. En 2011-2012, Patrick Roy avait été soulagé de 5000 $ pour avoir suggéré que le commissaire faisait passer ses ambitions personnelles avant la protection des joueurs.

Les Remparts ont conservé une fiche de 1-3 lors de leur récent périple en Abitibi. Ils présentent une fiche globale de 6-7-1-0 en 14 matchs, cette saison. En fin de semaine, ils affronteront l'Océanic à deux reprises, vendredi à Rimouski et dimanche à Québec.

Partager

À lire aussi

  • Philippe Boucher soulagé de 5000$

    Remparts

    Philippe Boucher soulagé de 5000$

    Au terme d'une rencontre jugée «positive» de trois heures à Québec lundi après-midi, le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, et... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer