Remparts 3/Huskies 6: Philippe Boucher expulsé du match

L'entraîneur-chef Philippe Boucher en avait long à dire... (Le Soleil, Carl Tardif)

Agrandir

L'entraîneur-chef Philippe Boucher en avait long à dire au sujet de l'arbitrage, samedi, lors du match contre les Huskies.

Le Soleil, Carl Tardif

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Rouyn-Noranda) En pleine fièvre des Blue Jays, l'entraîneur-chef Philippe Boucher a subi le même sort qu'un gérant de baseball, samedi à l'aréna Iamgold, en se voyant expulsé lors de la défaite de 6-3 des Remparts de Québec contre les Huskies de Rouyn-Noranda.

Boucher n'a pas apprécié que son équipe se retrouve en désavantage numérique de deux hommes à trois reprises, la seconde ayant permis aux locaux de briser une égalité de 3-3 en troisième période.

«J'en ai dit pas mal pendant le match, mais tout ce que j'ai dit à la fin [pour mériter une expulsion], c'est "trois cinq contre trois à l'équipe la plus disciplinée de la ligue". Malheureusement, pour certains, 10 000 $ l'an passé, ça n'a pas été assez», disait Boucher dans le même couloir où était située la chambre des arbitres.

Il faisait référence à son amende reçue pendant la Coupe Memorial pour avoir critiqué l'arbitrage. La sévérité des officiels, samedi, était-elle en lien avec cet épisode?

«Vous n'avez pas le droit, mais vous devriez leur parler. Moi, j'ai payé les vacances à M. Courteau [le commissaire de la LHJMQ], cet été, il me semble que c'est assez. Mais on dirait que ce n'est pas assez. Quand tu veux faire mal à quelqu'un, tu appelles un coup de bâton à une main sur une culotte. Quand tu fais des choses dans la vie, tu payes pour, et après, ça devrait rester là.

«Pour la majorité, je n'ai aucun problème avec l'arbitrage, mais pour un, ce soir [samedi], ce n'était pas assez. Je trouve juste ça plate, parce que ça va très bien même avec les gars avec qui j'ai eu l'incident l'an passé», ajoutait l'entraîneur-chef qui a écopé d'une extrême inconduite décernée par Dominic Tessier. L'autre arbitre était Dominic Bédard.

Boucher questionnait un appel avec un joueur en trop et un coup de bâton de Massimo Carozza, qui était un «embellissement», selon lui.

«Je viens d'en regarder un, il n'y a jamais eu six hommes sur la glace. Il y avait trois défenseurs, mais deux avants. Le coup de bâton de "Mass", on peut repasser. Nous sommes tellement bien accueillis, ici [à l'aréna Iamgold] que le vidéo ne marche pas et on n'a pas les deux autres cinq contre trois...»

Avantage raté

Ironiquement, c'est un jeu de puissance raté en début de troisième qui a fait mal aux Remparts. Ils n'ont rien fait avec deux joueurs en plus pendant 26 secondes, ni à cinq contre quatre par la suite.

«Nos unités spéciales ont été atroces, autant en avantage [1 en 7] qu'en désavantage [4 en 9]. Je ne sais pas si la fatigue entre en ligne de compte, mais rien n'a fonctionné. C'est de valeur, on était encore là et on avait trouvé un moyen de les tenir et de penser qu'on avait une chance. Mais j'avais le feeling qu'on ne se ferait pas donner de chance», ajoutait Boucher.

Olivier Garneau (2e), Charley Graaskamp (3e en deux matchs), Bronson Beaton (6e), qui a marqué un but dans chacun de ses cinq derniers matchs, ont touché la cible pour les Remparts. Mathieu Boucher (2), Jacob Neveu, Francis Perron, Martins Dzierkals et Philippe Myers ont eu raison de Callum Booth, bombardé de 38 lancers.

«Il a été solide et nous a donné une chance de gagner. Avec un trois en trois, demain [dimanche] contre une équipe qui t'attend et qui a de la puissance, on voulait s'en donner ce soir [samedi]», ajoutait Boucher.

Les deux équipes se retrouvent, dimanche après-midi. Pour les Remparts, il s'agira d'un troisième match en trois jours, d'un quatrième et dernier dans cette tournée en Abitibi.

En vitesse...

Callum Booth disputait un neuvième match de suite depuis son retour du camp des Hurricanes de la Caroline. «Il est en confiance, il veut tous les jouer et après avoir discuté avec lui, il se sentait bien pour être là», expliquait Philippe Boucher... Dimanche après-midi, le gardien réserviste Julian Galloway obtiendra un premier départ depuis le 20 septembre. «Un troisième match en autant de jours, c'est difficile, on aura donc un gardien reposé. Dans son rôle, il fait bien ça et comprend la situation», a noté Boucher... Laissés dans les gradins vendredi, les attaquants Olivier Garneau et Ryan McReynolds ont repris leur place dans l'alignement au détriment de Jesse Sutton et Sean O'Brien... Les six défenseurs en action étaient les mêmes que pour chaque match du voyage, mais Boucher a dévoilé son intention d'utiliser Dakotah Woods, dimanche. Des membres de sa famille l'ont quand même vu en uniforme puisqu'il a participé à la période d'échauffement.

Les dépisteurs des Huskies tenaient à Côté

À minuit, la veille du repêchage de la LHJMQ, Gilles Bouchard a réuni ses dépisteurs. Plusieurs négociations étaient dans l'air, certaines impliquaient des choix. Si les Huskies ont conservé le huitième choix au total, c'est en raison de Louis-Filip Côté, un espoir de Laurier-Station.

«Nos dépisteurs le voulaient. Je leur ai demandé si on gardait notre choix, mais ils y tenaient alors je ne l'ai pas échangé», raconte Bouchard, entraîneur-chef et directeur général des Huskies. Côté est donc devenu la propriété de l'équipe de l'Abitibi. Le produit des Commandeurs de Lévis venait de connaître une saison d'un point par match (41 en 41) et de 21 buts. «Je n'ai aucune idée pourquoi ils tenaient à moi... Mon objectif, ce n'était pas d'être un choix de première ronde, mais plutôt de me présenter au camp d'entraînement et de faire l'équipe», confie l'ailier gauche, quand même fier de son parcours.

Samedi, il disputait son 12e match dans la LHJMQ. Utilisé sur les troisième et quatrième lignes, il revendiquait trois buts avant d'affronter les Remparts. Il a réussi ses deux premiers buts à Shawinigan devant ses parents. «J'aime ça, à date, c'est le fun. Le jeu est plus rapide, tout se passe plus vite, mais je progresse. C'est l'entraîneur qui décide de mon utilisation, tout ce que je dois faire, c'est de travailler.»

Après le repêchage, l'entraîneur-chef était l'un des adjoints au camp de l'équipe canadienne des moins de 17 ans, à Calgary, où se trouvait Côté. Les deux s'envoleront pour Dawson Creek, à la fin du mois, afin de participer au Défi mondial du même groupe d'âge. «Je vais diriger les Blancs [l'équipe canadienne est scindée en trois], il sera avec moi. J'ai appris à le connaître, c'est un bon kid. Il est mobile, complète ses mises en échec et s'habitue aux batailles à un contre un plus difficiles dans le junior.»

Partager

À lire aussi

  • Philippe Boucher soulagé de 5000$

    Remparts

    Philippe Boucher soulagé de 5000$

    Au terme d'une rencontre jugée «positive» de trois heures à Québec lundi après-midi, le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, et... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer