Un rappel de la rivalité Océanic-Remparts

«Ce sera à nous de leur remettre la... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

«Ce sera à nous de leur remettre la monnaie de leur pièce et leur montrer qui sont les vrais Remparts. Après ce qui est arrivé l'an passé et au match d'ouverture, on les haït plus que jamais» - Alexandre Drapeau, en parlant de l'Océanic

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La saison est encore jeune, mais l'occasion est idéale pour les Remparts de Québec de s'approprier leur nouveau domicile. Et Philippe Boucher ne s'est pas fait prier pour rappeler à ses joueurs que l'Océanic de Rimouski, qui se pointe au Centre Vidéotron jeudi (19h), représentait la plus grande rivalité de son équipe.

«Il y avait une raison pour laquelle Rimouski a été choisi pour disputer le match d'ouverture», disait l'entraîneur-chef, à l'aube d'un deuxième affrontement contre l'Océanic, qui avait gâché la fête lors du premier match de l'histoire dans le nouvel amphithéâtre. Depuis cette défaite de 4-2, les Remparts ont remporté quatre de leurs sept matchs suivants, dont les deux derniers.

«On veut ramener ça à la maison. J'ai dit aux gars que Rimouski, c'était notre rivalité. Si ça fait plus que huit matchs que tu es ici, tu sais exactement pourquoi on leur en doit une; et si ça fait juste huit matchs que tu es avec nous, tu sais aussi qu'on leur en doit une parce qu'ils sont venus chercher le premier match ici», confiait Boucher, au terme d'une séance d'entraînement au Centre Vidéotron.

Boucher ne cherchait pas à être rancunier et ne vivait pas dans le passé. Il tenait simplement à faire savoir à ses joueurs que le club de passage à Québec, jeudi, n'en était pas un comme les autres.

«On a joué 19 fois l'un contre l'autre, l'an passé, et je pense que la finale entre nous va passer à l'histoire. Il s'agit d'une rivalité que nos partisans aiment, qu'ils connaissaient bien et je tiens à ce que nos nouveaux le réalisent le plus vite possible», ajoutait Boucher.

L'Océanic n'a qu'une défaite en sept matchs et l'entraîneur-chef a toujours pensé que Rimouski avait une meilleure formation que le monde pensait.

«On parle beaucoup de Shawinigan, mais je ne suis pas surpris de la fiche de Rimouski. Ils ont le gardien le plus expérimenté de la Ligue [Louis-Philip Guindon], de très bons défenseurs, des gars acharnés à l'attaque, ils ont gagné l'an passé et ils sont bien dirigés», disait-il.

Drapeau de retour

Ce match permettra au défenseur Alexandre Drapeau de retrouver sa place à la ligne bleue des Remparts après avoir été rayé de l'alignement lors des quatre plus récents. Heureux hasard, il le fait contre son ancienne équipe.

«Vous aurez compris qu'on continue de passer des messages. On avait trouvé que lui et [Julien] Samson ne suivaient pas le groupe, que c'était plus difficile sur le plan du conditionnement physique. On l'a mis au défi d'aller dans le gym, de perdre du poids et il va mieux dans les pratiques. Oui, ça tombe contre Rimouski, mais son retour est amplement mérité, il est irréprochable depuis qu'on l'a sorti de l'alignement.»

Le principal intéressé a appris la bonne nouvelle, mercredi matin. «J'ai compris le message, je vais tout faire pour rester dans l'alignement. Pour aider l'équipe, je devais être plus en forme, plus rapide, j'espère que ça va paraître sur la glace.

«Ça va être le fun de jouer contre eux, on leur en doit une», a ajouté Drapeau. «Ce sera à nous de leur remettre la monnaie de leur pièce et leur montrer qui sont les vrais Remparts. Après ce qui est arrivé l'an passé et au match d'ouverture, on les haït plus que jamais.»

Transporté par la vague

L'Océanic connaît un très bon début de saison avec six victoires en sept matchs. Mais ce qui ravi le plus Serge Beausoleil, c'est l'esprit de corps qui se forme entre vétérans et la dizaine de jeunes de 16 et 17 ans qui se sont greffés au club. «On savait que la vague nous transporterait un peu à la suite de la saison dernière, il s'agit d'un bénéfice collatéral de notre championnat. Bien franchement, on y va un match à la fois et, à date, ça va bien. En même temps, on reste bien ancré au sol parce que la saison est longue», notait l'entraîneur-chef, qui n'a pas prévu d'exercice matinal au Centre Vidéotron comme le 12 septembre. Il disait aussi ne pas s'attendre à un match facile, ce soir, «car les Remparts jouent du bon hockey, dernièrement, et plusieurs joueurs absents lors du premier match sont de retour», ajoutait-il, en pensant à Dmytro Timashov, Matt Murphy, Raphaël Maheux et Callum Booth. L'Océanic misera notamment sur le retour au jeu de Nicolas Werbik et Michaël Joly, qui viennent de purger des suspensions d'un et de trois matchs.

Les bouchées triples

Avec une récolte de neuf points en huit matchs, Matthew Boucher a déjà amassé plus de la moitié de la totalité de ses points (18) de l'an dernier. «Matt en donne plus qu'on pensait, on espère que ça va continuer», disait son père Philippe, qui dirige les Remparts. Fiston n'est pas surpris de pivoter avec succès le deuxième trio. «J'ai travaillé fort tout au long de l'été. Je n'ai pas mis les bouchées doubles, comme on dit, mais les bouchées triples... Peu importe ce que tu fais dans la vie, il faut travailler. Je fonce, je donne tout ce que j'ai. Il n'y a pas grand-monde qui avait des attentes sur moi, mais les miennes étaient hautes et jusqu'à maintenant, ça va bien. Je sais que je peux remplir un rôle comme ça, j'ai toujours su que je pouvais contribuer à l'attaque», indiquait le jeune Boucher, qui évolue en compagnie d'Olivier Garneau, son coéquipier de trio dans le midget AAA.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer