Guillaume Gauthier en terrain connu

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Auteur de 27 buts à Québec, la saison dernière, Guillaume Gauthier connaît un départ canon dans l'uniforme du Phoenix de Sherbroke. Avec sept buts en autant de matchs, l'ancien joueur des Remparts s'inscrit parmi les francs-tireurs les plus productifs de la LHJMQ.

Il affronte son ancienne équipe, dimanche à 15h, à l'occasion du passage des Remparts au Palais des sports Léopold-Drolet. Une situation qui n'a rien de nouveau pour l'attaquant de 20 ans.

«Ça va être le fun, et ça va faire drôle de jouer contre les boys qui étaient là, l'an passé. Mais ça reste un match normal qu'on va essayer de gagner. Et ce n'est pas la première fois non plus que je joue contre un ancien club. J'en suis à ma cinquième équipe, alors je dois les affronter à un moment donné», disait en riant l'ancien de Rimouski, de Drummondville, de Cap-Breton et de Québec.

Gauthier garde de bons souvenirs de son passage dans la capitale, où il a participé à la finale de la Coupe du président et à la Coupe Memorial, dernier événement de hockey présenté au Colisée Pepsi. En début de saison, il a regardé le match d'ouverture au Centre Vidéotron, histoire de découvrir le nouvel amphithéâtre et les Remparts, version 2015-2016.

Gauthier dit avoir appris à gagner et à jouer sous pression, l'an passé, même si les têtes d'affiche comme Anthony Duclair et Adam Erne en avaient plus.

«J'ai été placé dans des situations stressantes en finale et à la Coupe Memorial, mon expérience peut servir. Ils veulent que je sois un leader, sur la patinoire et dans la chambre. Je suis capable de parler aux gars, de les calmer et les conseiller, au besoin», disait-il, samedi, au téléphone.

le but au même endroit...

Chose certaine, il n'a pas perdu sa touche de marqueur et il se joint à une équipe à maturité. «Le filet n'a pas changé de place, je suis encore capable de me retrouver. Ils misent sur moi pour marquer des buts et ça va bien, je connais un bon début, ça va bien. J'évolue avec de bons joueurs, je suis placé dans des situations gagnantes.

«Le Phoenix a mangé son pain noir à leurs deux premières saisons, mais on voyait qu'ils avaient une équipe plus compétitive, l'an dernier. Leur plan est que la présente saison soit leur année avec des joueurs comme [Carl] Neill, [Daniel] Audette, [Jérémy] Roy, etc.»

Le choix de première ronde (3e au total) de Rimouski en 2011 n'était pas malheureux d'avoir été échangé au Phoenix au terme de la longue saison des Remparts. En fait, il avait toujours voulu jouer à Sherbrooke, même s'il n'est pas originaire de l'Estrie.

«Sherbrooke me voulait depuis un certain temps, Philippe [Boucher], qui a beaucoup de classe et que je respecte pour m'avoir donné une deuxième chance en me rapatriant à Québec après m'avoir échangé de Rimouski, le savait et ça lui a aussi permis d'obtenir quelques choix et un bon joueur [Lucas Thierus] en retour. J'ai toujours voulu jouer pour le Phoenix, je connais Patrick [recruteur-chef] et Alain Charbonneau [dg] depuis longtemps. J'ai de bons amis qui ont joué ici, j'ai toujours eu de bons commentaires sur Sher brooke. Je suis à même de me rendre compte que c'est vrai, il y a une belle ambiance ici.»

Therius sur le même trio

Même s'il a passé quelques tours, vendredi à Victoriaville, l'ailier droit Lucas Thierus patinait encore avec ses partenaires de la première ligne, samedi midi, à l'entraînement tenu au Pavillon de la jeunesse. «On n'a pas aimé le match de samedi, mais on veut bâtir avec nos jeunes et on veut lui redonner la chance, surtout on s'en va à Sherbrooke», disait l'entraîneur-chef Philippe Boucher, qui reprochait à l'ancien du Phoenix son oubli des consignes de base, notamment en avantage numérique de deux hommes. Le principal intéressé se réjouissait d'enfiler la même couleur de chandail que Dmytro Timashov et Massimo Carozza. «On s'attendait à beaucoup de ma part au dernier match, mais je n'ai pas donné ce qu'on me demandait. Ça a été difficile, ça a été un réveil et j'ai compris le message, je prends ça comme un coup sur les fesses. Demain [dimanche], je vais être sur la tâche...» notait celui qui a disputé une demi-saison à Sherbrooke, l'an passé.

Philippe Boucher ne s'attend pas à une partie... (Photothèque Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Philippe Boucher ne s'attend pas à une partie de plaisir. 

Photothèque Le Soleil

Une équipe dominante

Philippe Boucher ne s'attend pas à une partie de plaisir, dimanche, à Sherbrooke. «Avec Shawinigan, ce sera notre plus gros test, surtout qu'ils ont un alignement complet. Quand tu rajoutes en plus un Jérémy Roy, t'es dangereux. Il joue 30 minutes par match, c'est le meilleur défenseur offensif au Québec. Le Phoenix aura une équipe dominante, ils sont rendus là, c'est ce qui arrive quand tu repêches tôt et bien. Dans leur division, ils vont s'arracher les points avec les deux clubs de l'Abitibi, Gatineau et Blainville-Boisbriand», estimait l'entraîneur-chef des Remparts, qui fera encore appel à Callum Booth devant le filet. Un défenseur pourrait s'ajouter à l'alignement, dimanche, tandis que les lignes «3 et 4» resteront intactes.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer