Remparts: reconstruction inévitable

Le gardien Callum Booth aura un rôle fort... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le gardien Callum Booth aura un rôle fort important à jouer la saison prochaine, alors que les Remparts seront en reconstruction.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'avenir à court terme des Remparts passe-t-il par une reconstruction inévitable? «Il y a un prix à payer pour être l'équipe hôtesse, je pars pour le repêchage demain [mardi], les gens de Québec vont avoir une bonne idée cette semaine où l'on s'en va», a dit l'entraîneur-chef et directeur général Philippe Boucher.

Après avoir passé les neuf derniers mois en compagnie de ses joueurs, le patron du secteur hockey de l'équipe a rencontré les médias de la capitale pour discuter de la campagne ayant pris fin, vendredi, en demi-finale de la Coupe Memorial. Déjà, Boucher avait le regard tourné vers la campagne 2015-2016, qui sera marquée par la rentrée du club junior au Centre Vidéotron.

«On ne veut pas finir parmi les derniers, l'an prochain, et c'est la raison pour laquelle on a gardé Callum Booth, un jeune gardien avec un avenir exceptionnel dans le hockey professionnel. Il nous fera gagner des matchs, mais il y a une partie de la reconstruction qu'on ne pourra pas éviter», a avoué l'architecte de la plus récente édition.

Boucher se rend à Sherbrooke, cette semaine, pour y façonner les Remparts de demain. Privé de choix de première ronde pour les quatre prochaines années, il devra faire preuve d'imagination pour aligner un groupe à l'image de celui ayant été offert aux partisans depuis la renaissance des Diables rouges en 1997.

«Shawinigan l'a déjà fait, Rimouski aussi, et je pense qu'Oshawa s'est hypothéqué encore plus que nous. Il y a tellement de scénarios possibles. Il est de plus en plus difficile de remonter une équipe rapidement, on va essayer de convaincre certains joueurs sur notre liste de venir jouer à Québec, mais ce n'est pas facile d'attirer les Américains. On a vu à quel point des joueurs comme Dmytro Timashov et Callum [Booth] se sont développés.»

intérêt pour les 20 ans

Il pensait évidemment à Noah Hanifan et Colin White, deux hockeyeurs prometteurs des États-Unis repêchés par les Remparts en 2013 et 2014. Deux autres joueurs américains seront réclamés samedi. Le premier pourrait cependant faire le saut dans la LNH dès l'automne prochain, selon les besoins de l'équipe professionnelle qui le repêchera à la fin du mois. Dans les mains de Boucher, l'intérêt envers quelques joueurs de 20 ans, comme Nikolas Brouillard et Matt Murphy, pourrait lui permettre d'accélérer le processus. Déjà, en demi-finale de la LHJMQ, un autre dg s'intéressait à l'un d'eux.

«Dans une année de Coupe Memorial, on t'attend avec une brique et un fanal, on te voit venir. Voilà pourquoi nous avions posé plusieurs gestes au repêchage [2014], où les prix n'étaient pas aussi élevés [qu'à la période des transactions]», a rappelé celui qui avait notamment fait l'acquisition de Ryan Graves à ce moment.

Cette transaction fait partie de ce qu'il considère comme ses bons coups, comme sa capacité de garder Booth et la transaction lui ayant permis d'acquérir les droits de Brouillard en janvier 2014. Et ses moins bons coups?

«Si j'avais quelque chose à refaire, je prendrais quelqu'un d'autre avec mon deuxième choix au repêchage européen», a avoué celui qui s'était retrouvé les mains vides à la suite du refus de Vladislav Kamenev de se pointer à Québec.

Philippe Boucher a qualifié la dernière saison avec... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

Philippe Boucher a qualifié la dernière saison avec les Remparts comme étant sa «plus belle» dans le hockey. 

Le Soleil, Patrice Laroche

Boucher pense bien revenir

Pour certains hommes de hockey, le fardeau de monter une équipe hôte de qualité pour la Coupe Memorial est lourd à porter. Philippe Boucher a travaillé beaucoup, ces derniers mois, mais il n'a pas perdu la flamme qui l'allume depuis qu'il a plongé dans l'aventure du hockey junior, en 2011.

«Ça n'a pas été la pire année de ma vie dans le hockey, mais plutôt la plus belle», a confié l'entraîneur-chef et directeur général des Remparts, lundi matin.

À l'évidence, Boucher a encore le goût de s'impliquer. Déjà, une réunion l'attendait en après-midi avec le président Jacques Tanguay afin de tracer les grandes lignes du plan d'avenir de l'équipe. Premier point : sera-t-il de retour comme entraîneur-chef?

«Je pense que oui. Je m'étais promis une réflexion familiale à la fin de la saison, mais j'aime ce que je fais, je suis passionné du hockey et je ne vois pas pourquoi ça changerait.»

La double fonction qu'il exerce n'a rien de facile. En plus du défi de bâtir une formation de qualité, il doit aussi relever celui d'amener les joueurs au sommet de leur art. À ce titre, il pense avoir accompli du bon boulot.

«Ce n'est pas à moi de le dire, mais j'ai fait mon possible. Ce qui permet de faire les deux jobs à Québec, c'est l'entourage qu'on a, je ne suis pas seul là-dedans», notait-il en soulignant la contribution essentielle de Nicole Bouchard, de ses adjoints et des autres membres du personnel de hockey.

Sous le microscope 

La dernière campagne n'a pas été facile pour certains joueurs, maintes fois montrés du doigt quand les choses n'allaient pas. Ça n'a pas empêché l'équipe de flirter avec le premier rang avant les Fêtes, de perdre en deuxième prolongation du septième match de la finale et d'être demi-finaliste de la Coupe Memorial.

«Je n'ai rien à dire des médias de Québec, c'est plutôt les réseaux sociaux et pour les jeunes, je trouve ça malheureux. De mon côté, je vis bien avec [la critique]. Quand tu diriges les Remparts, tu n'as pas le choix de la subir. On est plus sous le microscope qu'ailleurs, c'est pour cette raison que c'est plus le fun de faire du hockey à Québec.»

Boucher a remercié encore les partisans d'avoir appuyé l'équipe, notamment ceux ayant supporté les joueurs après la défaite de vendredi. «Ils ont vu à quel point les joueurs ont tout laissé sur la glace. Je veux réitérer à quel point je suis fier des gars qui ont joué pour les Remparts. On a presque touché certains trophées, et ça nous fait encore mal de ne pas avoir soulevé la Coupe [du Président] lors du sixième match à Québec. Quiconque avait l'oeil ouvert voyait bien que certains joueurs ne patinaient plus de la même façon. Jouer pour les Remparts est un privilège, les joueurs ont répondu à cela.»

Un conseil rejeté

En route vers la Coupe Memorial, Philippe Boucher a discuté avec plusieurs hommes de hockey. L'un d'eux, Roger Shannon de Moncton, lui a déjà dit que le meilleur scénario pour y arriver bien reposé était d'atteindre le carré d'as de la Ligue et de perdre en demi-finale.

«On n'enseignera jamais à nos joueurs de perdre», a confié celui qui a dû composer avec un club en piteux état de santé, la semaine dernière. «Ce n'est pas pour rien que Steve Bélanger, notre thérapeute, a besoin de vacances...», a ajouté Boucher, qui se doutait bien que les choses allaient prendre un certain temps avant de tomber en place lorsqu'il a ajouté plusieurs nouveaux visages à l'équipe pour le dernier droit.

Benoît Groulx, un habitué, l'en avait informé pendant une longue discussion avec Boucher dans son bureau du Colisée à son retour du Championnat mondial junior.

Le défenseur des Remparts Cody Donaghey... (Photothèque Le Soleil) - image 4.0

Agrandir

Le défenseur des Remparts Cody Donaghey

Photothèque Le Soleil

La LHJMQ a dit non au retour de Donaghey

À un certain moment pendant les séries éliminatoires, les Remparts ont pensé que le défenseur Cody Donaghey pourrait effectuer un retour au jeu. Après sa blessure, en décembre, les Maple Leafs de Toronto avaient décrété que sa saison était terminée, mais voilà qu'en fin de campagne, le diagnostic avait changé. «Nous avons monté un dossier pour qu'on puisse le remettre sur notre liste de joueurs actifs [il aurait été le 26e], mais la LHJMQ n'a pas voulu par respect pour les autres clubs de la Ligue. J'étais déçu, mais pas fâché, je pouvais comprendre. S'il n'y avait eu qu'une équipe du Québec à la Coupe Memorial, peut-être que ça aurait été possible. Un défenseur de plus, ça nous aurait aidés, mais en bout de ligne, Cody n'aurait pas été capable de jouer», a raconté Boucher à propos de celui qui prendra le chemin de Halifax, cette semaine, à titre de compensation à venir dans l'échange de Zachary Fucale et Matt Murphy.  

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer