Patrick Roy, diable rouge pour toujours

C'est l'héritage laissé à Québec par Patrick Roy,... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

C'est l'héritage laissé à Québec par Patrick Roy, avec la renaissance des Remparts en 1997, qui a été célébrée, mardi.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Hissée dans les hauteurs du Colisée Pepsi mardi, la bannière qui officialise l'intronisation de Patrick Roy parmi les immortels des Remparts n'y restera peut-être pas très longtemps, avant de déménager dans l'édifice voisin. Mais les souvenirs du vieux Colisée, eux, demeureront bien vivants chez l'un des trois hockeyeurs les plus marquants de son histoire, avec Jean Béliveau et Guy Lafleur.

La bannière qui officialise l'intronisation de Patrick Roy... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

La bannière qui officialise l'intronisation de Patrick Roy parmi les immortels des Remparts a été hissée dans les hauteurs du Colisée Pepsi mardi soir.

Le Soleil, Erick Labbé

Patrick Roy aura marqué l'histoire des Remparts, tout... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.1

Agrandir

Patrick Roy aura marqué l'histoire des Remparts, tout comme Guy Lafleur et Jean Béliveau.

Le Soleil, Erick Labbé

C'est justement l'héritage laissé à Québec par Patrick Roy, avec la renaissance des Remparts en 1997, qui a été célébrée, mardi. Entouré des joueurs de l'édition actuelle de l'équipe, l'ancien copropriétaire, directeur général et entraîneur-chef des Diables rouges a été chaleureusement accueilli, avant la rencontre opposant les Generals d'Oshawa aux Rockets de Kelowna. Au moment de livrer un discours senti, il a rappelé que pour lui, «les Remparts, c'est une petite organisation, mais c'est d'abord et avant tout, une très grande famille».

Il allait donc de soi que ses remerciements aillent d'abord à ceux qui l'ont entouré, pendant ses 10 années à la barre du secteur hockey de l'organisation, soit de 2003 à 2013. De ses ex-partenaires d'affaires Jacques Tanguay, Michel Cadrin et André Desmarais aux partisans de l'équipe, en passant par sa garde rapprochée, les Claude Rousseau, Louis Painchaud, Martin Laperrière et Nicole Bouchard, Roy a été généreux de ses coups de chapeau.

«Ç'a été des années extraordinaires pour moi. Ç'a été un tremplin pour me permettre de vivre une nouvelle expérience, qui m'a bien préparé. J'ai eu l'opportunité d'être entouré par des partenaires extraordinaires, spécialement Jacques Tanguay, qui m'a soutenu du début, jusqu'au moment où j'ai quitté l'organisation. [...] J'ai aussi passé huit saisons avec Martin Laperrière, comme adjoint. Dans le monde du hockey d'aujourd'hui, c'est rare», a-t-il dit de son fidèle partenaire, lors d'une conférence de presse, tenue en fin d'après-midi, mardi.

De ses ex-partenaires d'affaires Jacques Tanguay, Michel Cadrin... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

De ses ex-partenaires d'affaires Jacques Tanguay, Michel Cadrin et André Desmarais aux partisans de l'équipe, en passant par sa garde rapprochée, les Claude Rousseau, Louis Painchaud, Martin Laperrière et Nicole Bouchard (à droite), Patrick Roy a été généreux de ses coups de chapeau.

Le Soleil, Erick Labbé

Avec ce dernier, il a partagé les souvenirs d'une conquête, celle de la Coupe Memorial de 2006, ainsi que de quelques rencontres mémorables, dont un septième match survolté contre le Titan d'Acadie-Bathurst, dans la demi-finale de la Coupe du Président, également en 2006.

Ses souvenirs du vieil amphithéâtre limoulois ne se limitent toutefois pas à ses années avec les Remparts. Son plus lointain date du temps de l'Association mondiale de hockey, alors qu'il avait participé à un «mini-match» de l'époque, entre les première et deuxième périodes d'une rencontre entre les Nordiques et les Stingers de Cincinnati.

«À ce moment-là, je jouais dans la catégorie mosquito. On était venus faire les confrontations avec deux amis à moi, Claude Lefebvre et Michel Maranda. Je me rappelle de la première fois. Tu as 11 ou 12 ans, et tu es sur la glace avec un Colisée quasiment rempli. C'était impressionnant pour un jeune. Ça laisse des marques très importantes», a convenu Roy.

Dans les années suivantes, il allait prendre part au Tournoi pee-wee, puis, une fois au faîte de sa carrière, à la mémorable série entre le Canadien et les Nordiques de 1993.

«Il y avait une belle rivalité avec les Canadiens et les Nordiques. Comme je venais de Québec, ça faisait en sorte que les matchs au Colisée étaient encore plus excitants», a-t-il relaté.

Avec ses gradins très inclinés, le Colisée se voulait un théâtre exceptionnel pour ses confrontations historiques.

«Ce que j'aimais le plus, c'est l'air climatisé qu'il y avait dans le Colisée. Ça rendait la glace extraordinaire!» a d'abord ironisé Roy, avec un large sourire. «Non, c'est l'ambiance qui y régnait. On avait l'impression que les gens étaient au-dessus de la glace.»

***

Des fleurs pour Boucher

Même s'il a confié les clés de son bureau à Philippe Boucher il y a maintenant deux ans, Patrick Roy est demeuré attaché aux Remparts, qu'il a suivis dans leur quête de la Coupe du Président. Le travail abattu par son successeur n'est pas passé inaperçu. «Les conditions sont peut-être différentes pour Philippe qu'elles étaient à mon époque, mais je dois admettre qu'il a fait un excellent travail. C'est un gros défi pour lui et je pense qu'il fait un travail honnête pour bâtir la meilleure équipe possible. Et je dois admettre, parce que j'ai vu le match contre Kelowna [vendredi], que j'ai trouvé que les Remparts avaient joué un très bon match. Et la même chose lors du match contre Oshawa [dimanche], où ils auraient certainement pu remporter la victoire. [...] Je suis extrêmement fier du travail accompli par les gens de l'organisation», a fait savoir Roy, dont plusieurs acquisitions et choix de repêchage - les Erne, Duclair, Etchegary, Turcotte, Carozza, Booth, Donaghey et Thibodeau - font toujours partie de l'alignement. 

***

Vente: Roy ne regrette rien

Ce n'est pas de gaieté de coeur que Patrick Roy s'est départi des Remparts, comme il le confiait au Soleil le 12 mai. «Les gens qui me connaissent savent à quel point je suis attaché aux Remparts, depuis le moment où l'on s'est portés acquéreurs de l'équipe en 1996 [...] J'ai toujours voulu être proche de l'organisation et m'impliquer. Ç'a été sans l'ombre d'un doute une décision extrêmement difficile à prendre, mais en même temps, c'était pour le bien de l'équipe. Je suis convaincu que les fans voulaient voir évoluer les Remparts dans le nouvel amphithéâtre», a-t-il estimé. Le 33 ne regrette pas pour autant sa décision de vendre, d'autant plus qu'il se dit content dans ses fonctions avec l'Avalanche du Colorado. «Je suis heureux là où je suis, même si j'ai adoré mes 10 années avec les Remparts», a conclu Roy, saluant notamment sa complice de toujours, Nicole Bouchard, une «personne très spéciale» pour lui.

Selon Patrick Roy, le nouveau standard établi par... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 4.0

Agrandir

Selon Patrick Roy, le nouveau standard établi par Mike Babcock permettra peut-être au hockey de rattraper le retard qu'il accuse sur les autres sports professionnels, en termes de rémunération des entraîneurs. 

Le Soleil, Erick Labbé

Le contrat de Babcock changera la LNH

«J'avais dit que j'arrêterais de coacher dans deux ans, je vais peut-être prolonger!» Comme la majorité de ses homologues, Patrick Roy a accueilli avec enthousiasme la nouvelle de l'attribution d'un faramineux contrat de 50 millions $ à Mike Babcock par les Maple Leafs de Toronto.

Selon le pilote de l'Avalanche, le nouveau standard établi permettra peut-être au hockey de rattraper le retard qu'il accuse sur les autres sports professionnels, en termes de rémunération des entraîneurs. Comme l'avait fait la divulgation des salaires pour les joueurs, à une certaine époque. Se trouve-t-il désormais sous-payé?

«Non, je ne le suis pas. Je pense que Mike est probablement, sinon le meilleur entraîneur dans notre sport. Il obtient du succès depuis longtemps et je pense qu'il a mérité le droit de négocier ce genre de contrat. Je pense que ce sera bon pour tout le monde. Si on compare les sports professionnels, je pense que le hockey est en retard en ce qui a trait à la rémunération. Et pas seulement les entraîneurs, mais aussi les entraîneurs-adjoints. Je pense que nous devons étudier la situation, comme sport. J'espère que le contrat de Mike va aider d'autres entraîneurs», a commenté Roy.

Le vice-président aux opérations hockey et entraîneur-chef de l'Avalanche du Colorado est bien placé pour juger de l'importance de la tâche à accomplir et des sacrifices qui l'accompagnent.

«J'ai beaucoup de respect pour la position d'entraîneur-chef, non pas parce que j'en suis un, mais ce sont des gars qui performent sous pression, qui mettent beaucoup d'énergie, beaucoup de temps. Ce sont des gars qui font beaucoup de sacrifices pour atteindre ces objectifs-là», a-t-il estimé.

Et pour atteindre ces objectifs-là, les entraîneurs de la LNH et leurs adjoints doivent travailler en synergie, ce que ses deux adjoints, André Tourigny et Mario Duhamel, ne semblaient plus vouloir faire, soutient Roy.

«Ce sont des choses qui arrivent. André voulait plus de responsabilités. On n'était pas sur la même longueur d'ondes pour les définitions de travail. André voulait prendre plus de place. J'ai toujours cru que le hockey, c'était un sport d'équipe. On doit travailler dans la collectivité et tout le monde doit se sentir important. Ç'a sûrement motivé sa décision», a fait savoir Roy, sans entrer davantage dans les détails.

Retour des Nordiques

Effleurant le sujet de la LNH, l'ancien gardien a réitéré son appui au retour des Nordiques dans la capitale. «Les gens de Québec aiment le hockey. Ils adorent les Remparts. Il suffit de voir combien d'amateurs sont venus, soir après soir, pour appuyer cette équipe au cours des 10 dernières années. Les Remparts sont la franchise de la LCH qui attire le plus. C'est une bonne ville de hockey. Et j'espère qu'un jour, il y aura une équipe de la LNH à Québec.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer