Les Remparts à une victoire de la Coupe

Les Remparts prennent les devants 3-2 dans la... (Photo collaboration spéciale Rémi Sénéchal)

Agrandir

Les Remparts prennent les devants 3-2 dans la finale de la LHJMQ et n'ont plus qu'un pas à faire afin de doter la capitale d'une première Coupe du Président depuis 1976.

Photo collaboration spéciale Rémi Sénéchal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Rimouski) Massimo Carozza a joué les héros dès la 10e seconde de la prolongation, vendredi soir au Colisée Financière Sun Life, où les Remparts de Québec l'ont emporté 3-2 aux dépens de l'Océanic de Rimouski.

Les Diables rouges prennent donc les devants 3-2 dans la finale de la LHJMQ et n'ont plus qu'un pas à faire afin de doter la capitale d'une première Coupe du Président depuis 1976. Il s'agissait de leur troisième victoire sur la patinoire adverse dans cette série qui se transporte à Québec, demain après-midi.

«Je n'ai pas tellement bien joué dans la série, les gars m'ont appuyé et c'est une sensation incroyable de voir les cordages bouger, de gagner et de retourner chez nous en avance. Nous avons la chance d'écrire une page d'histoire en même temps que la fermeture du Colisée», disait Carozza, heureux d'avoir eu l'occasion de se reprendre, lui qui avait écopé d'une punition coûteuse dans le troisième match.

Le deuxième but de la rencontre d'Adam Erne avec 6:59 à écouler en troisième avait forcé la prolongation. Dominés en deuxième, les Remparts, n'avaient pas le choix de tout donner pour combler le retard de 2-1.

«Loin d'être finie»

«Le but en fin de troisième nous a permis de reprendre le momentum et de le garder jusqu'en prolongation. Ce serait mentir de dire qu'on ne pense pas à la Coupe, mais la série est loin d'être finie. Personne n'a encore gagné à domicile, on va essayer de mettre fin à cela, dimanche», précisait Erne.

L'Océanic avait réussi à revenir de l'arrière en deuxième à la faveur de buts successifs de Christopher Clapperton et Jan Kostalek. En matinée, leur entraîneur-chef voulait que les siens jouent de façon robuste, et c'est ce qu'ils ont fait. Mais les Remparts n'ont pas reculé, même s'ils auront eu besoin d'un temps d'arrêt après le deuxième but de l'adversaire pour respirer un peu.

«L'Océanic nous a encore donné du fil à retordre et je pensais qu'on allait être ici longtemps, mais jusqu'à date, c'est la [victoire] la plus importante. On a été bon en première, pas connu une bonne deuxième, réussi à rester proche par la suite et trouvé un moyen de gagner», indiquait l'entraîneur-chef Philippe Boucher.

Zachary Fucale a eu son mot à dire pour se rendre au-delà des60 minutes régulières. Après une sortie chancelante, mercredi, il a bien rebondi. L'Océanic dominait 36-25 dans les lancers après trois périodes. «Il a été très bon. Il a fait de gros arrêts, notamment en deuxième où on a tendance à avoir de la misère. C'est pour ça qu'on est allé le chercher, il a joué de grosses parties et l'a prouvé encore», ajoutait Boucher.

«En tant qu'équipe, on s'est amélioré et nous avons tous connu un meilleur match», répondait Fucale, préférant parler à la première personne du pluriel et non pas à celle du singulier.

Boucher a brièvement commenté le geste de William Couture, de l'Océanic, qui a fait le signe de coupe-gorge à l'endroit de Marcus Cuomo en deuxième. «Les images parlent d'elles-mêmes, c'est un automatisme», disait-il sur le joueur qui risque une suspension.

Le progrès de McSween

Retranché à la mi-saison, l'an passé, au profit d'un défenseur en mesure de jeter les gants, Guillaume McSween a su rebondir d'une belle façon pour devenir un rouage important de la brigade rimouskoise. À l'été, il avait déjà gagné des points aux yeux de l'entraîneur-chef. «À Noël [2013], nous l'avions retourné dans le junior AAA et bien, honnêtement, il l'avait pris difficilement. L'été passé, il m'a appelé directement sans passer par son agent pour me demander de l'inviter au camp, qu'il ferait sa place. Ça m'avait dit qu'il progressait, et il a fait partie notre top 6 en arrière toute la saison, et même du top 4 quand Morin et Beaudoin n'étaient pas là», expliquait Serge Beausoleil à propos du choix de troisième ronde en 2012. Dans le quatrième match, McSween a marqué le but qui avait mis fin à la soirée de travail de Zachary Fucale. «C'était un but important, mais je ne sais pas si vous avez vu le jeu à [Michaël] Joly, mais quelle vision, sérieusement», commentait le principal intéressé, avec le sourire.

Vers une guerre de la vidéo?

Même si l'Océanic a fait parvenir deux séquences au préfet de discipline de la LHJMQ après le quatrième match, dont l'une ayant mené à la suspension de Yanick Turcotte, les Remparts n'avaient pas l'intention de se lancer dans une guerre de vidéo. «Contre Cap-Breton, on a aussi envoyé des séquences à la Ligue lorsqu'on a vu qu'il l'avait fait cinq ou six fois, mais on ne l'a jamais vraiment joué. À toutes les fois qu'on a envoyé une vidéo à la Ligue pendant les séries, le joueur a été suspendu. Raymond [Bolduc] a jugé que le geste de Turcotte était dangereux, comme celui de [François] Beauchemin [suspendu pour le troisième match]. J'aimerais juste que la Ligue gère cela à notre place. En finale, ça ne devrait pas être à deux coachs et dg d'envoyer des clips à la Ligue», disait Philippe Boucher. «Je ne veux pas commenter les sanctions, mais Raymond sait ce que je pense de la suspension», se limitait à dire Serge Beausoleil.

En vitesse...

Au lieu de revenir en ville après le match, les Remparts ont passé la nuit à Rimouski. Les deux équipes se pointeront donc à Québec, aujourd'hui, à quelques heures d'intervalle... En l'absence de Yanick Turcotte, suspendu, Zachery Moody avait repris sa place dans l'alignement des Remparts... Le retour au jeu d'Anthony DeLuca, qui a raté le match précédent en raison d'un virus, a signifié le retrait du joueur de Québec, Deven St-Hilaire, dans celui de l'Océanic... Même s'il semble patiner avec aisance, Marc-Olivier Roy n'est toujours pas en mesure d'effectuer un retour au jeu, et ce, malgré l'enjeu. «Je vois la même chose, sauf qu'il n'est pas prêt. Marco veut jouer depuis le lendemain où il a été frappé, mais les médecins ne lui permettent pas et on ne courra aucun risque», disait Philippe Boucher... Serge Beausoleil dirigeait, hier, son 56e match éliminatoire derrière le banc de l'Océanic. Il rejoindra Doris Labonté au premier rang de la franchise, demain.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer