L'heure est aux mea culpa pour les Remparts

L'Océanic a profité de l'indiscipline des Remparts pour... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'Océanic a profité de l'indiscipline des Remparts pour prendre les commandes du troisième match de la série.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'heure était aux mea culpa, dans l'entourage des Remparts, lundi, au lendemain d'une première défaite aux mains de l'Océanic, en finale de la Coupe du Président.

Vaincus 4-2 par les Rimouskois, dimanche, les Remparts ont payé chèrement leur indiscipline, encaissant deux buts en désavantage numérique. Une facture salée pour les hommes de Philippe Boucher, qui mènent toujours 2-1 dans la série.

«On a bien commencé le match, mais ils ont marqué sur deux punitions. C'était des punitions stupides de notre part. On ne peut pas faire ça. Autrement, je pense que nous étions dans le match», a estimé le principal locataire du banc des pénalités, Dmytro Timashov, épinglé pour avoir élevé son bâton à l'endroit d'Anthony DeLuca et d'avoir fait trébucher Frédérik Gauthier, en deuxième.

Le petit attaquant suédois attribue au style de jeu des séries le nombre important de pénalités mineures décernées au cours de cette rencontre. «Ce sont des matchs des séries. Il y a plus de double-échecs. C'est beaucoup plus physique. Le jeu est plus salaud. Tout le monde veut gagner le match. Mais nous devons évidemment être plus disciplinés et ne pas prendre ces pénalités stupides», a réitéré le 88.

Ayant écopé d'une mineure coûteuse alors que les Remparts amorçaient une remontée en troisième, Massimo Carozza n'a pas non plus cherché à se défiler. Son coup de bâton sur Louis-Philip Guindon n'allait pas échapper aux yeux des officiels, qui ont pour directive de protéger les gardiens de but, en séries.

«Ce n'était pas nécessaire. C'était de ma faute. Je suis allé au filet. [Guindon] m'a frappé, alors je lui ai répondu de la même manière», a laissé entendre Carozza, dont l'infraction a mené au but d'assurance de Samuel Laberge.

Plus que la pénalité elle-même, c'est son timing, qui a coupé les jambes aux Remparts. Ces derniers venaient de réduire l'écart à 3-2 un peu plus d'une minute auparavant.

«On tirait de l'arrière 3-2, mais on avait le momentum de notre côté. Je pense que si je n'avais pas reçu cette pénalité, on aurait pu revenir dans le match et le gagner. Mais c'est du passé, maintenant. Je suis prêt pour le quatrième match. Je ne reprendrai pas ce genre de pénalité», a promis le centre, s'engageant à tendre l'autre joue plutôt qu'à répliquer.

Pas à sens unique

S'il n'a pas aimé les écarts de conduite de ses joueurs, l'entraîneur-chef Philippe Boucher a préféré retenir le positif de ce troisième match, qui n'a pas été disputé à sens unique.

«Malgré tout, on était là, avec sept minutes à faire. On était à un but d'écart. Je pense qu'on aurait pu mieux gérer cette phase-là de notre game. Je pense que la punition [de Carozza] nous a fait mal. Mais c'est sûr que c'est une équipe qui ne donne pas beaucoup de buts et qui a une défensive très, très solide, surtout quand Guindon joue comme ça avec les défenseurs qu'il a devant lui...» a-t-il laissé entendre.

Selon Boucher, cette première défaite en 12 matchs a eu l'effet d'une sonnette d'alarme. «Des fois, ça remet les pendules à l'heure et expose les mauvaises habitudes que tu peux prendre - ça fait drôle de dire ça - en gagnant. Il n'y a pas eu juste du négatif, hier [dimanche]. On a perdu contre un club de premier plan qui a très bien joué. [...] À 2-0 dans la série, la nature humaine peut faire en sorte que tu te projettes déjà plus loin. Ça nous ramène à la réalité qu'il va falloir travailler fort pour gagner la game de mercredi.»

L'entraîneur-chef de l'Océanic, Serge Beausoleil... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

L'entraîneur-chef de l'Océanic, Serge Beausoleil

Le Soleil, Erick Labbé

Le calendrier avantage Québec, croit Beausoleil

L'espacement entre chaque match de la finale de la Coupe du Président avantage les Remparts, croit l'entraîneur-chef de l'Océanic, Serge Beausoleil, dont la troupe ne peut pas tirer avantage du manque de profondeur d'un adversaire en mesure de se reposer entre chaque rencontre.

Faisant remarquer que les Remparts avaient principalement évolué à quatre défenseurs - Graves, Maheux, Brouillard et Murphy - lors du troisième match présenté dimanche, Beausoleil affirme que les adversaires de l'Océanic n'auraient pas pu disputer deux rencontres du genre d'affilée. Et ce, en dépit des nombreuses pauses occasionnées par la télédiffusion des matchs. «Ils ont quatre gars qui ont joué une centaine de minutes à eux seuls. Je ne pense pas qu'ils auraient pu le refaire le lendemain. On n'a rien de comparable de notre côté. Ils ont aussi habillé Cuomo, qui a de la misère à patiner...» a suggéré le pilote.

Faisant référence à la série entre Québec et Moncton dans la ronde précédente, Beausoleil a laissé entendre que les Remparts étaient «opportunistes au niveau de l'horaire». On se souviendra que Wildcats s'étaient plaints du début hâtif et compressé de la série, en raison de problèmes de disponibilité du Colisée Pepsi. «Les mesquins diraient probablement qu'ils ont une grande influence...» a-t-il laissé planer.

Il n'en demeure pas moins que l'Océanic tire de l'arrière 2-1 dans la série et se retrouve toujours en situation critique, note l'entraîneur, qui ne prévoit aucun changement à son alignement, sauf peut-être l'ajout de François Beauchemin.

Il ne s'attend pas non plus à de grandes surprises de la part des Remparts. «Philippe [Boucher] va faire ses ajustements, mais il va jouer ses forces. Ce sera aux joueurs de s'exprimer. Ce n'est pas une grande partie d'échecs. On est deux entraîneurs qui ont travaillé ensemble et dont les systèmes s'apparentent», a jugé Beausoleil, dont la troupe s'entraînera à l'abri des regards indiscrets à Rimouski mardi, avant de rallier Québec en début de soirée.  

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer