• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Remparts 
  • > Les Remparts n'ont pas joué dans la tête de l'Océanic, selon Boucher 

Les Remparts n'ont pas joué dans la tête de l'Océanic, selon Boucher

L'entraîneur-chef de l'Océanic, Serge Beausoleil, est certain que... (Collaboration spéciale Rémi Sénéchal)

Agrandir

L'entraîneur-chef de l'Océanic, Serge Beausoleil, est certain que ses joueurs seront plus disciplinés lors du deuxième match contre les Remparts qui aura lieu vendredi à Rimouski.

Collaboration spéciale Rémi Sénéchal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Rimouski) D'un côté, une séance de course dans les marches de l'aréna; de l'autre, une journée complète de repos à l'hôtel. Au lendemain du premier match de la finale de la Coupe du Président entre les Remparts de Québec et l'Océanic de Rimouski, les deux équipes réagissaient d'une façon différente au résultat de la veille.

Pendant que les Remparts prenaient déjeuner, dîner et souper en équipe, l'Océanic était convié à une réunion à l'intérieur du vestiaire. On y a discuté de la défaite, revu quelques séquences à corriger.

«Ce n'était pas un beau film. On parlait [mardi] d'être imperméable aux distractions, force est d'admettre que notre équipe n'a pas bien géré cela. Nous avions un club affamé qui était sur la rondelle et un autre qui a été deuxième toute la soirée. Chose certaine, les gars auraient dû plus nous écouter, ça aurait aidé, car ce n'était pas très beau. Il faut faire amende honorable et assumer : l'autre équipe a mieux joué que nous», convenait l'entraîneur-chef Serge Beausoleil à propos du premier match.

Questionné à savoir si les Remparts avaient joué dans la tête de l'Océanic en l'emportant, son homologue de Québec refusait de franchir cette ligne. «Je ne pense pas. Avec l'expérience qu'ils ont, Serge et ses joueurs en ont vu d'autres. On voulait gagner, on l'a fait, il faut passer à autre chose», répondait Philippe Boucher.

Pour Rimouski, ça voudra dire de faire preuve de discipline. Mardi, l'Océanic a écopé de plusieurs punitions en zone offensive, notamment en début de troisième alors qu'il venait de faire 4-3, qu'il avait le vent dans les voiles et que le toit du Colisée était en train de sauter, pour paraphraser l'entraîneur. «J'adore le jeu physique, il faut séparer l'adversaire de la rondelle et trop souvent mardi, ce n'est pas arrivé», a noté Beausoleil. «Les pénalités en zone adverse n'ont pas leur place, mais on est en finale, je suis certain que les gars vont rebondir.»

congé plaisant

Dans le coin rouge, le constat était légèrement différent. «On a peut-être été un peu plus discipliné, même si la punition à [Jérôme] Verrier n'était pas nécessaire. Lorsqu'on donne le deuxième coup, c'est souvent là que tu te fais prendre. Cela étant dit, ils ont pris deux punitions sur lui... On veut surtout l'être dans notre manière de jouer, et même si on a essayé d'être un peu trop cute par moments, on peut-être satisfait de notre discipline dans l'ensemble», précisait le coach des Remparts, en admettant que la journée de congé était «plus plaisante» avec la victoire de la veille.

Les 11 buts ne devraient pas devenir une habitude dans cette finale si l'on en croit les deux hommes de hockey. Selon Beausoleil, il y a toujours un danger de marquer tôt. «On le fait [61 secondes] et c'est la fête au village. Les gars pensaient peut-être que ça allait être facile, je ne sais pas. Je m'attends à une série enlevante, pas à ce que j'ai vu [mardi].»

Bien qu'il prévoyait une tempête en début de match, Boucher avait confiance que sa troupe s'en tire, forte de son expérience d'un septième match en première ronde. «On faisait confiance aux gars, on savait qu'ils allaient se redresser. On jouait assez bien, mais ç'a été deux lancers parfaits de Joly, il faut lui donner. Ensuite, on a été opportuniste au bon moment, en première et en troisième.»

Guindon ou Desrosiers?

Au lendemain de la défaite de 7-4, Serge Beausoleil jugeait qu'il était trop tôt pour dévoiler l'identité du gardien partant pour le deuxième match, vendredi. «Je ne sais pas, on a jusqu'à vendredi [pour décider] et on va s'entraîner sérieusement jeudi. Ça n'a pas été un match qui passera à l'histoire pour les gardiens d'un côté comme de l'autre, on s'entend tous là-dessus», convenait l'entraîneur-chef de l'Océanic, qui avait retiré Louis-Philip Guindon au profit de Philippe Desrosiers après le quatrième but contre lui. Desrosiers s'est brièvement entraîné, jeudi matin. Chez les Remparts, Zachary Fucale sera au poste, lui qui a concédé quatre buts, dont deux rapides, en début de rencontre. «Il y a eu des hauts et des bas à l'intérieur du même match et quelques buts que j'aimerais revoir, mais je veux juste être meilleur à chaque match. À ce stade-ci, les statistiques personnelles importent peu, on peut gagner 5-4 ou 1-0, ce qui compte, c'est de sortir avec la victoire», notait le gardien qui se réjouit de participer à nouveau à une expérience «prestigieuse» comme la Coupe du Président.

Un trio dominant

Si les longs temps d'arrêt peuvent favoriser l'utilisation plus fréquente du gros trio des Remparts, ce n'est pas ce qui inciterait l'Océanic à revoir sa couverture de la ligne formée d'Anthony Duclair, de Kurt Etchegary et d'Adam Erne, qui ont amassé huit points lors du premier match de la finale. «C'est bien plus ce que notre trio a fait contre eux. Notre meilleur centre ne peut pas se retrouver avec un taux de réussite de 30 % aux mises en jeu alors qu'il est réputé pour ça», notait Beausoleil à propos de Frédérick Gauthier, considéré, avec raison, comme le meilleur centre défensif de la LHJMQ. Les Remparts avaient volontairement fait appel au trio de l'heure en début de match pour voir ce que ferait l'adversaire. «Nous étions à l'aise avec ça, ils ont bien répondu. Il s'agit d'un trio efficace et responsable défensivement, les gars jouent dans toutes les situations», précisait Philippe Boucher, qui se concentre d'abord à bien jumeler ses paires de défenseurs aux lignes adversaires.

Le défenseur de l'Océanic Samuel Morin ... (Photothèque Le Soleil) - image 4.0

Agrandir

Le défenseur de l'Océanic Samuel Morin 

Photothèque Le Soleil

En vitesse...

Les Remparts n'ont pas envoyé de séquence vidéo à la Ligue à la suite d'une mise en échec aux dépens d'Aaron Dutra. «Il a été frappé légalement, on espère qu'il soit là vendredi, disait Philippe Boucher... Après la défaite de mardi, Samuel Morin a déclaré qu'il avait disputé son pire match en carrière. «Il s'évalue bien. Quand tu es responsable de quatre buts, c'est trop pour un gars d'expérience», disait son entraîneur-chef Serge Beausoleil. Qu'a pensé l'entraîneur-chef des Remparts du jeu de Morin? «Je le connais depuis longtemps, mais je ne commenterai pas les performances des autres joueurs. De chaque côté, il y en a qui peuvent mieux jouer», répondait Boucher avec respect... Les deux équipes sautent sur la glace à tour de rôle, jeudi avant-midi, à la veille du deuxième match. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer