Les Remparts prêts pour tous les scénarios

Philippe Boucher est très heureux de la façon... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Philippe Boucher est très heureux de la façon dont ses joueurs ont joué lors de la deuxième ronde face aux Islanders de Charlottetown. Son équipe attend maintenant de connaître de l'identité de ses prochains adversaires.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Toujours dans l'attente de connaître l'identité de leurs prochains adversaires, les Remparts de Québec ont repris l'entraînement, lundi matin au Colisée Pepsi, en prévision de la troisième ronde éliminatoire de la LHJMQ. Bien reposée, la formation dirigée par Philippe Boucher se prépare à toute éventualité.

L'entraîneur-chef voyait d'un bon oeil le congé des derniers jours. En balayant les Islanders de Charlottetown, jeudi, les Remparts auront bénéficié d'une semaine de pause entre les deux séries. Y voit-il un avantage sur le club qu'il affrontera en demi-finale?

«Il n'y a pas de scénario idéal. Peut-être qu'on disait la même chose de nous lorsqu'on a joué un septième match en première ronde... Le fait de pouvoir se reposer, guérir nos bobos et de se préparer d'une façon économe en attendant de savoir contre qui l'on jouera, ça peut être bon pour nous», a-t-il admis.

Boucher venait d'accorder trois jours complets de repos à ses joueurs, quelques-uns ayant pu visiter leur famille avec sa permission. Lundi, tout le monde s'est retrouvé dans la bonne humeur pendant que les deux autres séries se prolongeaient. Le résultat du septième match entre Moncton et Halifax, mardi, sera déterminant sur la suite des choses. Si les Wildcats l'emportent, on aura droit à un duel Moncton-Québec. Si Halifax gagne, Québec croisera le vainqueur de la série Baie-Comeau-Val-d'Or. 

Boucher a visionné, lundi soir, le sixième match entre le Drakkar et les Foreurs, et il en fera autant, mardi soir, pour le dernier entre les Wildcats et les Mooseheads, comme il l'avait fait dimanche après-midi. Une prédiction? «Il y aura un septième match, c'est tout ce que je vais dire», répondait-il avec prudence.

«Il se joue du très bon hockey dans la LHJMQ. La parité est bonne pour le développement des joueurs, pour les fans. Il est de plus en plus difficile de se rendre dans le carré d'as. Dans mon temps, à Laval, on avait une bonne idée qui remporterait la finale, mais ce n'est plus comme ça. Rimouski est étiqueté numéro 1, ils font face à la musique depuis le début de la saison et seront difficiles à déloger, mais Baie-Comeau joue bien dans les séries depuis longtemps, Val-d'Or était là l'an passé, Halifax a déjà gagné, et nous, on est en train de prouver qu'on est capable de faire un bout», a ajouté Boucher.

«Le fait que d'autres séries s'étirent change un peu notre préparation; à savoir si on commencera sur la route ou à la maison, mais pour le reste, on joue du bon hockey surtout lorsqu'on s'occupe de la manière que l'on joue.»

Plus d'aplomb

Les Remparts l'ont montré contre les Islanders en l'emportant en quatre matchs successifs. Aux yeux de Boucher, ses joueurs ont peut-être disputé leurs deux meilleurs matchs de la saison lors de leurs victoires à l'Île-du-Prince-Édouard, mardi et jeudi.

«Il y avait une pression additionnelle en raison de la première ronde qui n'a pas été comme on le souhaitait [victoire en sept contre Cap-Breton], bien qu'on affrontait une bonne équipe, et cela a fait sortir le meilleur de nous-mêmes. On a joué avec plus d'aplomb [en deuxième ronde]. Quand tout le monde patine et frappe, c'est là qu'on a un bon club de hockey.»

Fucale apprend de Price

Utilisé comme gardien partant dans les huit derniers matchs des Remparts, le gardien Zachary Fucale garde un oeil intéressé sur la série entre le Canadien et les Sénateurs, notamment sur le rendement de Carey Price. Quel point technique l'impressionne le plus dans son jeu? «Je dirais pas mal tout...», a répondu le choix de deuxième ronde du Canadien en 2013. Cela dit, Fucale ne regarde pas les matchs de la LNH avec le même oeil que l'amateur. «Il y a toujours quelque chose à apprendre d'un gardien de la Ligue nationale, techniquement ou mentalement. S'il est dans la LNH, c'est qu'il est capable de tout faire parfaitement. C'est motivant de le voir performer soir après soir, de donner une chance à son équipe de gagner, peu importe la situation. Je suis en train d'apprendre et j'essaie de me perfectionner à tous les jours, on a beaucoup de chemin à faire avant de se rendre là», a ajouté celui qui ne voit rien d'ingrat dans le rôle de gardien.

Le défenseur des Remparts Matt Murphy... (Photothèque Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Le défenseur des Remparts Matt Murphy

Photothèque Le Soleil

Murphy pas surpris

Les Remparts auraient pu être branchés sur leur prochaine destination, dimanche, mais les Mooseheads n'avaient pas dit leur dernier mot dans la série qui les oppose aux Wildcats. «Je n'ai pas été surpris de les voir l'emporter, mais ce fut un peu surprenant que Moncton s'incline. Halifax aligne de bons joueurs, [Nikolaj] Ehlers est incroyable et je savais que le personnel d'entraîneurs allait bien les préparer pour les matchs 6 et 7. Peu importe contre qui l'on jouera, ça ne nous dérange pas. On aimerait que la série commence chez nous, mais il n'y a pas une grosse différence. Nous avons le luxe d'avoir quelques jours de repos et de préparation pendant que les autres se battent pour accéder à la ronde suivante, il s'agit d'un petit avantage», a estimé le défenseur Matt Murphy, un ancien des Mooseheads.

Conflit d'horaire

Si les Remparts devaient affronter les Wildcats de Moncton en demi-finale, ils feraient face à un conflit d'horaire avec le Gala Triomphe (athlète de l'année) du 30 avril parce que celui-ci nécessite un énorme déploiement technique et occupera l'enceinte pendant quelques jours. «J'ai parlé avec Jacques Tanguay et Louis Painchaud, on ne le sait pas encore, mais il y a une possibilité qu'il y ait un match [dès] jeudi. Tous les scénarios sont possibles. La décision sera prise par la Ligue, Raymond Bolduc a tous les horaires, et en bout de ligne, c'est le commissaire qui tranchera», a précisé Philippe Boucher. Une victoire de Halifax, mardi, ne nécessitera pas les mêmes pirouettes. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer