Un retour aux sources pour Gordie Dwyer

Les joueurs des Islanders de Charlottetown étaient heureux... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Les joueurs des Islanders de Charlottetown étaient heureux de se pointer au Colisée jeudi et certains d'entre eux en ont profité pour immortaliser la scène.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avant d'être entraîneur-chef des Islanders de Charlottetown, Gordie Dwyer a été le premier capitaine des Remparts, après leur renaissance. Toujours bien reçu au Colisée Pepsi, l'ancien numéro 17 des Diables rouges sait que l'accueil risque d'être un peu plus frisquet lorsque se mettra en branle la série quart de finale entre Québec et son club, ce soir.

Ayant défendu les couleurs des Remparts avec fierté lors de leur saison inaugurale de 1997-1998, Dwyer n'a pas un mauvais mot à dire sur la formation québécoise. «C'est une organisation de classe. J'ai d'excellents souvenirs de mon passage dans la ville de Québec, avec les Remparts. J'avais d'abord joué pour les Harfangs, puis j'avais été échangé à Drummondville, avant de revenir comme capitaine des Remparts. C'est toujours le fun de revenir à Québec.»

À sa quatrième saison à la barre du Rocket et des Islanders, Dwyer sait qu'il se trouve cette fois en terrain miné. Sera-t-il bien accueilli? Pas à en juger par son expression! «On va laisser ça là!» a-t-il lancé en riant, préférant ne pas se prononcer.

Ce qu'il sait toutefois, c'est que sa troupe fera face à son plus grand défi de la dernière décennie. Ayant accédé à la deuxième ronde des séries pour la première fois depuis 2005, les Islanders, en pleine progression, doivent maintenant se frotter aux hôtes de la Coupe Memorial, dans le plus grand marché de la LHJMQ. Comme scène où se faire valoir, difficile de trouver mieux!

«Les Remparts, c'est une équipe composée de talents exceptionnels et pouvant compter sur de bons vétérans. Je pense entre autres à Fucale, Graves, Murphy, Etchegary... C'est une équipe digne d'être l'hôte de la Coupe Memorial. Pour nous, c'est un challenge, mais aussi une belle opportunité. Et pas juste pour nos joueurs, mais aussi pour nos partisans, à Charlottetown», a estimé Dwyer.

Moins punis que québec

Forts d'une victoire en six matchs contre le Phoenix en première ronde, les Islanders se sont pointés à Québec mardi, confiants en leurs moyens. Formation réputée robuste (1164 minutes de pénalités, 6e LHJMQ, ), elle a pourtant été moins punie que les Remparts (1191 minutes, 4e), au cours de la dernière saison. Qui plus est, elle possède plusieurs joueurs de talent, dont les noms apparaissent sur le relevé final de la Centrale de recrutement de la LNH : Filip Chlapik (18e), Daniel Sprong (20e), Kameron Kielly (83e), Daivd Henley (95e) et Alexandre Goulet (166e).

«Le mouvement de jeunesse qu'on a entrepris l'année passée, on a respecté ça, en donnant l'opportunité à nos jeunes de jouer, cette saison. [...] Mais on a aussi reconnu l'importance de les entourer avec de bons vétérans, comme notre capitaine Ryan MacKinnon [...] Nous avons une équipe physique, travaillante, mais on est une équipe talentueuse aussi. C'est avec ces éléments-là, en restant fidèles à notre style, qu'on connaît du succès», a souligné Dwyer, dont l'équipe a conclu la saison avec un dossier de 35-28-5 (9e position).

NOTES :

  • Vladimir Tkachev était de retour sur une troisième ligne des Remparts avec Massimo Carozza et Jérôme Verrier, à l'entraînement, jeudi. Guillaume Gauthier prenait place sur le deuxième trio avec Roy et Duclair.
  • Marcus Cuomo (genou) était toujours absent.

Duclair vit avec la pression

Au terme de la série de première ronde face aux Screaming Eagles, l'entraîneur-chef des Remparts n'a pas hésité à identifier lequel de ses joueurs avait le plus à perdre avec une contre-performance : Anthony Duclair.

«La tête sur la buche», avait estimé Philippe Boucher. De son côté, l'attaquant venait de disputer son meilleur match depuis belle lurette. «Ce n'est pas la première fois que je ressens la pression. Depuis que je suis arrivé, j'ai cette pression-là sur moi. Mais comme je l'ai déjà dit, on est une équipe. Tout le monde s'appuie», a fait remarquer l'espoir des Coyotes de l'Arizona.

Affirmant avoir toute sa concentration sur les Remparts, le numéro 10 croit que ces derniers doivent tirer une leçon d'une première ronde s'étant rendue au septième match : «Qu'il ne faut jamais prendre une équipe à la légère. Particulièrement en séries. Tout peut arriver.»

Graves en terrain connu

Ayant évolué deux saisons et demie avec le Rocket et les Islanders, le défenseur des Remparts Ryan Graves se retrouvera en terrain connu lorsque la rondelle tombera, face à son ancienne équipe, ce soir.

«Quand je jouais pour eux, nous avions mené la ligue deux ou trois années de suite pour les pénalités majeures et les pénalités pour s'être battus. C'est un style de jeu que leur entraîneur encourage. Il aime ce style de jeu et ses équipes sont toujours prêtes à  batailler», a estimé l'espoir des Rangers.

L'arrière de 19 ans ne rencontrera les Islanders que pour la deuxième fois depuis qu'il est passé aux Foreurs, à la mi-saison 2013-2014, puis aux Remparts, lors du dernier camp d'entraînement. «Ce sera excitant et étrange», convient le grand 27 des Remparts, qui a conservé plusieurs amis dans le camp adverse. «J'ai joué avec la majorité de leurs joueurs. C'est peut-être un avantage, peut-être pas. Je ne sais pas!»  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer