La tête d'Anthony Duclair sur la bûche

Anthony Duclair... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Anthony Duclair

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Même s'il n'a inscrit ni but ni passe, Anthony Duclair a connu son meilleur match de la série, mardi. «Si on perdait ce soir, il y aurait eu deux personnes... Moi, j'ai la tête sur la bûche tous les jours et je suis très à l'aise avec ça, mais je pense qu'Anthony aurait mangé un bon coup dans les côtes aussi», a commenté Philippe Boucher, après la victoire des Remparts.

Fort de 18 matchs dans la LNH et d'une médaille d'or au Championnat du monde junior, Duclair est revenu dans le junior à Québec précédé d'une tonne d'attentes, en janvier. Il n'a jamais réussi à recréer la magie de ses 50 buts et 99 points en 59 matchs de l'an dernier.

En sept matchs face aux Screaming Eagles, le 10 n'a cumulé qu'un but et une passe. Mais plus que ça, il ne lançait pas! Une blessure à la cheville gauche le ralentit, mais Boucher a insisté pour dire qu'il ne tolérait pas ce genre d'excuse. Plusieurs jouent blessés. Mardi, Duclair a placé six rondelles sur le filet, dont trois tirs dangereux.

La pression et les attentes, «ça vient avec le territoire, ça vient avec le fait d'être un joueur connu, avec le fait d'avoir un bon pedigree et d'avoir joué dans la LNH», a affirmé le coach, qui a discuté avec son joueur étoile à quelques heures du match. «J'adore la manière dont il a réagi.»

Cartes sur table

Vladimir Tkachev en est un autre qui, invisible jusque-là contre Cap-Breton, a brillé de tous ses feux dans l'ultime affrontement. Il a préparé les trois buts sans réplique en deuxième période.

Après l'avoir placé au sein du quatrième trio, Boucher a révélé avoir mis cartes sur table avec le Russe, avant la rencontre. «On l'a gardé dans le bureau seul en lui disant que selon son match, il allait monter de ligne et qu'il était capable de faire la différence dans un match comme celui-là. Et c'était plaisant de le prendre par le cou après et de lui dire qu'il avait fait la différence. Il a été un des joueurs qui ont fait la différence.»

Le gardien Zachary Fucale fait aussi partie des vétérans ayant pris les choses en main, malgré une faiblesse sur le deuxième but. Avec sa 38e victoire éliminatoire en carrière, Fucale égale le record de ligue appartenant à Roberto Luongo (1995 à 1999). Il avait gagné un septième match au Colisée en 2012, mais au profit de Halifax.

«Un match numéro sept, il y a toujours un peu d'extra. Il y a plus d'intensité, plus d'énergie avant, pendant et après le match. On sentait ça et Cap-Breton aussi. On est fier de ce qu'on a accompli», a indiqué l'auteur de 21 arrêts dans la rencontre.

Discours d'Etchegary

Fucale souligne l'apport de Kurt Etchegary à l'aide d'un discours d'avant-match bien senti, dans le vestiaire. «Notre capitaine nous a dit des mots très importants et ç'a bien commencé la soirée. On était très, très prêts pour ce match-là. On a été inspirés par ses mots et ç'a bien été.»

Acquis par transaction aux Fêtes, Fucale, un autre médaillé d'or du Mondial junior, n'a pas non plus toujours été à son meilleur dans cette série avec une moyenne de 3,17 buts alloués et un taux d'arrêts de ,881 en quatre matchs et demi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer