Philippe Boucher lance les premiers jabs

Philippe Boucher (photo) en avait long à dire... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Philippe Boucher (photo) en avait long à dire sur son vis-à-vis des Screaming Eagles du Cap-Breton, Marc-André Dumont, lundi.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sydney) Habituellement prudent dans ses commentaires, Philippe Boucher n'a pas mâché ses mots lundi pour qualifier les agissements de son vis-à-vis du Cap-Breton, Marc-André Dumont, qu'il accuse de manoeuvrer de sorte à compliquer la vie des Québécois pendant leur séjour au Centre 200. «C'est du stuff de junior», a-t-il déclaré lundi, à la veille du troisième match de la série huitième de finale entre les deux équipes.

Après un voyage de 14 heures en autocar qui s'est terminé vers 23h30 dimanche, les Remparts auraient préféré faire la grasse matinée lundi, avant de sauter sur la glace, plus tard en journée. Ils se sont néanmoins présentés au Centre 200 vers 9h, en vue d'un entraînement prévu à 10h, seule plage horaire qui leur a été proposée. Philippe Boucher s'est dit convaincu que les Screaming Eagles aurait pu faciliter un déplacement de l'entraînement en après-midi, puisque l'aréna n'a pas été occupé avant leur entraînement d'abord prévu à 14h30, puis retardé à 15h, et finalement tenue à 15h35. Raison invoquée du retard par le Cap-Breton? Des tests médicaux et des examens à l'université pour certains joueurs.

«On nous a donné le choix de pratiquer à 10h ici, ce matin [lundi], ou d'aller ailleurs, quand le building [a été] vide tout l'après-midi. Ça, c'est enfantin. [...] Le gérant du building nous a dit la vérité, à savoir que depuis le début, il veut nous empêcher de pratiquer ici, cet après-midi», a soutenu Boucher, dénonçant du même souffle la malpropreté des lieux qui ont été réservés aux Remparts.

Dumont se dit étonné

De son côté, Marc-André Dumont s'est dit étonné de la sortie de son adversaire. L'entraîneur-chef des Screaming Eagles a expliqué qu'une ligue de garage occupait habituellement la case horaire de midi à 13h, mais n'a pas disputé de rencontre lundi en raison d'un nombre insuffisant de joueurs. Une plage libre d'environ une heure - considérant le resurfaçage - aurait ensuite été disponible pour les Remparts, qui exigeaient toutefois une séance de une heure et demie.

«Les heures de glace, c'est le Centre 200 qui les octroie. La glace ne nous appartient pas. C'est notre responsable de groupe Robin [Hunter] et Nicole Bouchard [directrice des services à l'équipe des Remparts] qui ont réglé ça ensemble, la semaine passée. Le courriel de Nicole Bouchard a été reçu et les demandes ont été répondues. À la suite de ça, on n'a pas eu de retour», affirme pour sa part Dumont.

Boucher doutait toutefois de la bonne foi de son homologue, qui avait déjà semé la controverse plus tôt dans la série, en refusant de dévoiler son itinéraire de voyage vers Québec et de s'adresser aux médias, après le match de samedi. En contrepartie, les Remparts estiment avoir accueilli les Eagles «comme des kings» à Québec.

«Faire pratiquer un club à cinq heures de différence pour qu'il ne vienne pas [assister à sa pratique], je trouve ça un peu nul, a insinué Boucher. Nous, quand on reçoit les clubs à Québec, on les reçoit de première classe. [...] Nous, on arrive ici, c'est tout à l'envers et on essaie de nous faire pratiquer à des heures pas raisonnables», a-t-il laissé tomber.

Sur sa lancée, le pilote des Remparts a continué de déballer son sac qui, semble-t-il, débordait depuis un bon moment!

«On ne peut pas être surpris de ce qui se passe venant de quelqu'un qui abuse des règlements de la Ligue depuis longtemps. [...] Le gars bâtit des clubs sur la carte de crédit des autres équipes. Il ne faut pas se surprendre qu'il joue sur les heures de pratique...» a-t-il conclu, sans expliquer davantage.

***

Moins de dentelle en avantage numérique

Les Remparts ont été incapables de déjouer l'excellente unité de désavantage numérique des Screaming Eagles en 12 occasions, depuis le début de la série qui les oppose. Selon Philippe Boucher, ses hommes devront faire un peu moins dans la dentelle.

«Notre avantage numérique devra aller nous chercher de gros buts d'ici la fin de la série. Tous les éléments sont là. On a eu du succès, cette année. Il faut juste simplifier nos choses. Il faut aussi donner le crédit au Cap-Breton qui fait une bonne job en désavantage numérique», a-t-il estimé.

Pièce maîtresse de l'attaque à cinq des Remparts, Anthony Duclair croit pour sa part que l'équipe doit tirer davantage sur le filet adverse.

«Il faut amener la rondelle au filet. Je pense qu'on essaie trop de faire des jeux parfaits. Un moment donné, ça mène à des revirements. Il faut revenir à la base et lancer la rondelle au filet», a indiqué le numéro 10, qui boitillait toujours lundi, après avoir bloqué un lancer avec le patin, samedi. 

***

Une première pour Cuomo

Auteur d'un tour du chapeau à la Gordie Howe samedi, l'attaquant Marcus Cuomo a été, après la rencontre, sélectionné afin de passer un test antidopage. Dans le vestiaire adverse, le défenseur Bradley Lalonde a été l'heureux élu.

«C'était mon premier tour du chapeau à la Gordie Howe en carrière! C'était un bon feeling. Mais c'était la deuxième fois que je passais un test de dépistage. Ça, c'était moins agréable, parce que mes parents étaient au Colisée pour le match. Ils ont dû attendre après moi. J'étais incapable d'uriner. Le gars me surveillait même quand je prenais ma douche. Je lui ai dit : "Vraiment?" Pensait-il que j'allais trouver de la "fausse urine" dans la douche?» a lancé en riant le sympathique attaquant.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer