Olivier Leblanc absent en raison d'un bête accident

Phélix Martineau et ses coéquipiers des Screaming Eagles... (Photo Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Phélix Martineau et ses coéquipiers des Screaming Eagles ont pallié l'absence du défenseur Olivier Leblanc en défaisant les Remparts, vendredi, au Colisée Pepsi.

Photo Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un accident bête a mené à la blessure à la cheville du défenseur des Screaming Eagles Olivier Leblanc, à Charlottetown, le 13 mars. Son coéquipier Evgeny Svechnikov est tout simplement tombé sur son pied. «Une malchance», a dit le natif de Charlesbourg, vendredi.

Acquis de St. John's aux Fêtes, Leblanc devait venir, avec le gardien Alexandre Bélanger (Huskies) et le défenseur beauceron Alexandre Gosselin (Titan), renforcer la ligne bleue des Screaming Eagles. Et c'est exactement ce qu'il a fait avant d'être tenu à l'écart du jeu.

«L'été passé, on perdait Justin Haché, Jérémy Beaudry et Stephen Woodworth, trois défenseurs d'expérience qui occupaient beaucoup de minutes chez nous. On pensait que les Loïk Léveillé, Bradley Lalonde et Jason Bell, avec un an d'expérience de plus, et les acquisitions de Duncan MacIntyre et Jonathan Deschamps compenseraient pour la perte de ces trois-là. Ils l'ont fait, mais pas de façon assez constante. C'est là qu'à Noël, on s'est dit qu'il fallait encore aller chercher de l'aide», a expliqué l'entraîneur-chef Marc-André Dumont, vendredi.

Même si une aura de mystère plane autour de sa blessure, Leblanc est considéré comme un cas «au jour le jour» par les Screaming Eagles. Se déplaçant en béquilles, la cheville enrubannée, il n'a pas été en mesure de participer à l'entraînement matinal des siens vendredi, ni au premier match de la série, en soirée. Il a néanmoins fait le voyage jusqu'à Québec avec sa formation.

«Marc-André veut que je reste à l'entour de l'équipe. Je suis un leader dans l'équipe. Il veut que je sois avec l'équipe, que je sois positif autour des gars. Je n'ai pas eu beaucoup d'expérience en séries au cours de ma carrière, mais j'ai quand même beaucoup d'expérience dans la ligue. Je pense que je peux les aider», a indiqué l'arrière de 19 ans, qui n'a participé aux séries qu'une seule fois, avec les Sea Dogs en 2013, alors que son équipe était balayée en quatre matchs par les Mooseheads.

Grosse foule stressante

Selon l'espoir des Blue Jackets, la série qui s'amorçait contre les Remparts vendredi se compare en plusieurs points à celle vécue contre la puissante formation d'Halifax, il y a deux ans. «C'était quelque chose de jouer au Metro Centre, devant une grosse foule. Ce sont des situations stressantes.

«À Québec, on va jouer devant des grosses foules, c'est sûr que la nervosité va s'emparer de nos jeunes. Et je pense que je peux les aider dans une situation comme celle-là», a soutenu celui qui vient de terminer sa meilleure saison junior, avec 7 buts, 27 passes et un différentiel de + 21.

Le défenseur de 5'11" et de 170 livres demeure persuadé de revenir rapidement au jeu. Dans l'intervalle, il trouve dommage le temps passé sur les lignes de côté. «C'est sûr que ce n'est pas le fun, mais je suis confiant dans mon équipe pour que l'on puisse remporter les matchs à Québec. On s'est toujours bien préparés et c'est ce qu'on fait depuis le début de la saison.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer