De l'admiration pour Marc-Édouard Vlasic

À l'occasion du match entre Rimouski et Québec... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

À l'occasion du match entre Rimouski et Québec ce soir au Colisée Pepsi, les Remparts retireront le chandail numéro 44 de Marc-Édouard Vlasic. Le défenseur des Sharks de San Jose rejoindra ainsi Guy Lafleur, Simon Gagné et Alexander Radulov parmi les immortels de l'équipe.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le nom de Marc-Édouard Vlasic s'inscrira à tout jamais dans l'histoire des Remparts de Québec, aujourd'hui (19h) au Colisée Pepsi, à l'occasion du retrait de son chandail. Le défenseur des Sharks de San Jose se voudra une source d'inspiration pour tous les joueurs sur la patinoire, peu importe la couleur de leur uniforme.

«Ça transcende les organisations. Tous les joueurs qui sortent de notre Ligue et s'établissent dans la LNH doivent être une fierté pour nous tous», reconnaît Serge Beausoleil, l'entraîneur-chef de l'Océanic de Rimouski.

Il invite d'ailleurs ses protégés à savourer ce moment unique, voire rarissime, même si le numéro 44 s'est aligné pour un club rival au cours de sa carrière dans la LHJMQ. À 19 ans, Vlasic a percé l'alignement de l'équipe de la LNH pour devenir l'un des meilleurs défenseurs du circuit et l'un des rouages importants du Canada dans la conquête de la médaille d'or aux Jeux olympiques de Sotchi, en 2014.

«Il a eu droit à une promotion hâtive et il se veut un exemple pour tous les jeunes qui aspirent à jouer au niveau professionnel. Son cheminement est à l'image de sa personnalité, je suis très content que l'on puisse assister à cet hommage», ajoutait celui qui a déjà été conseiller pour les Remparts à l'époque où il dirigeait le Blizzard du SSF (midget AAA).

Beausoleil n'occupait pas encore ce rôle lors du passage de Vlasic à Québec, mais n'a que des éloges à lui lancer. «Quand je le regarde, je vois un homme de qualité et un très bon joueur. Sur la patinoire, c'est un métronome, il mange des minutes de jeu et ce n'est pas pour rien que Patrick [Roy] voulait aller le chercher.

«Je ne le connais pas trop personnellement, mais je sais qu'il possède aussi un humour subtil pour avoir un ami commun avec lui. Il y a plusieurs raisons de s'inspirer d'un tel joueur», admettait Beausoleil à propos de celui qui rejoint Guy Lafleur (4), Simon Gagné (12) et Alexander Radulov (22) parmi les immortels des Remparts.

La fête de Vlasic, la visite de l'Océanic, toutes les raisons sont bonnes pour assister à ce 34e match, dernier de l'histoire en saison régulière au Colisée Pepsi. Les joueurs des Remparts peuvent aussi s'attendre à un discours motivateur de la part du héros de la soirée.

«meilleur joueur le plus méconnu de la LNH»

«Il s'agit peut-être du meilleur joueur le plus méconnu de la LNH, à part à Québec. À son arrivée au Colisée, certains ne le reconnaîtront peut-être même pas. Il a marqué l'histoire des Remparts, il connaît une superbe carrière dans la LNH. Et tout cela, c'est grâce à l'effort, à son engagement», précisait Philippe Boucher.

L'entraîneur-chef des Remparts l'a déjà affronté à l'époque où il jouait à Dallas. Il avait vite appelé son oncle, qui travaillait pour les Remparts, afin de lui parler de ce jeune défenseur.

«Il est un patineur exceptionnel et son sens du jeu est remarquable, autant à l'offensive qu'en défensive. Plusieurs de nos joueurs l'ont rencontré en début de saison, ça leur avait permis de voir ce qu'un vrai professionnel avait l'air. J'avais adoré sa présence parmi nous, sa manière de parler aux gars, on a tout à apprendre d'un joueur comme lui.»

***

Raphaël Maheux :«une inspiration»

Comme tous les joueurs des Remparts, le défenseur Raphaël Maheux est excité à l'idée d'assister au retrait du chandail de Marc-Édouard Vlasic. Natif de Beauport, il se souvient de l'avoir admiré avec ses yeux d'enfants. «Je l'ai vu jouer quand j'étais jeune, c'est pas mal le meilleur défenseur à avoir passé dans l'organisation. Il est une source d'inspiration. Défensivement, il est impeccable, il est mobile, physique et réussit toujours sa première passe. Au camp, il nous donnait des trucs, mais disait surtout de garder les choses simples. Juste à le regarder, on essayait de faire comme lui», racontait l'arrière de 18 ans. 

***

Adam Erne :«une fierté»

En préparation pour la phase finale de la saison, les Remparts n'ont pas trop parlé de la fête en l'honneur de Marc-Édouard Vlasic. Pour un, Adam Erne voyait cela comme un point de départ. «Nous sommes tous fiers de lui, c'est un gars fantastique et un joueur incroyable. Pour nous, c'est motivant d'assister à cela, ça nous démontre que tout est possible. Je ne peux qu'espérer que ça m'arrive un jour. Il est comme tous les joueurs de la LNH, gentil et généreux, aucun ne nous regarde jamais de haut. À Québec, on s'entraîne souvent en leur compagnie et leur présence augmente la vitesse du jeu, ça nous montre ce qu'on doit faire pour atteindre leur niveau», indiquait le numéro 73. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer