Remparts: la vraie recette du succès

Marc-Olivier Roy connaît bien la recette du succès.... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Marc-Olivier Roy connaît bien la recette du succès. Ses Remparts viennent de remporter quatre rencontres de suite grâce à leur intensité qui se transpose des entraînements aux matchs  réguliers.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les gens heureux n'ont pas d'histoire, dit-on. Mais dans le sport, le bonheur rime souvent avec la victoire. Après quatre succès de suite, les Remparts de Québec ont plusieurs raisons de sourire ou, à tout le moins, de travailler dans la même direction afin de trouver cette constance essentielle à la réussite.

Aucune équipe de la LHJMQ n'affiche une plus longue séquence victorieuse que les Remparts, actuellement. L'intensité affichée dans les séances d'entraînement depuis une quinzaine de jours n'est pas étrangère à cet élan positif.

«La constance se bâtit dans les entraînements et ça se projette dans les matchs. Ça passe aussi par la confiance de chaque joueur, et nous en avons tous un peu plus. On sait que tout n'était pas parfait dans nos quatre victoires, mais on a du plaisir et [quand on gagne] l'esprit d'équipe se porte mieux», estimait le joueur de 20 ans, Marc-Olivier Roy.

Le numéro 11 connaît bien cette recette de base. Il n'a qu'à regarder ce que fait son ancienne équipe de Blainville-Boisbriand, maintenant première au classement général, alors qu'on ne lui prédisait pas une telle saison. Que faut-il comprendre de la présence de l'Armada en tête de la LHJMQ?

«Qu'on ne gagne pas à cause du talent, mais bien plus grâce au travail acharné de chacun. Leur équipe travaille très fort, et ce qu'on a fait à l'entraînement aujourd'hui [mardi] ressemble à ce qu'ils font là-bas. Ça fait deux semaines que l'on travaille vraiment très fort dans les pratiques, c'est ce qui fera la différence», a raconté le centre d'un trio productif complété par Vladimir Tkachev et Anthony Duclair, qui a donné une petite frousse à tout le monde, hier, en retraitement au vestiaire pendant quelques minutes pour ensuite reprendre l'action.

L'expression voulant que l'on joue comme on s'entraîne prend donc tout son sens. Hier, l'entraîneur-chef Philippe Boucher et ses adjoints avaient planifié une longue séance touchant aux habiletés individuelles, aux batailles à un contre un et d'autres exercices d'intensité et de combativité avec enjeu amical. Tout cela dans le but d'acquérir de la constance.

«On veut créer de bonnes habitudes de travail et amener sur la route ce qu'on fait bien à la maison. Avant Noël, on a joué du bon hockey, on était intense, rapide, physique et le plus vite qu'on va retrouver cette identité, le mieux ce sera. On ne l'est pas toujours, mais il faut être patient surtout après avoir fait six ou sept changements.

«Avec le hockey et l'école, nous sommes exigeants avec les jeunes et c'est normal de manquer un peu de constance, mais on veut régler ça avant que les séries débutent. Tout le monde recherche la constance, pas juste au hockey», a expliqué Philippe Boucher,

Le directeur général et entraîneur-chef des Diables rouges avait noté que certains joueurs n'affichaient plus la même poussée d'adrénaline depuis un certain temps, une situation qu'il voit changer graduellement. Le groupe se découvre, des joueurs s'épanouissent.

«Il n'y a pas eu de bataille dans la chambre, en passant, les seules ont eu lieu sur la glace et vous les avez vues. Il faut donner le temps aux gars de se regrouper, on a un bon groupe», a précisé Boucher, dont l'équipe joue à Victoriaville, demain, et à Gatineau, vendredi.

Toujours pas de capitaine

Outre le «R» du logo de l'équipe, il n'y a toujours pas d'autres lettres sur le devant des chandails des Remparts.

La nomination du capitaine et des assistants n'est pas une préoccupation quotidienne pour l'entraîneur-chef Philippe Boucher.

«Je n'y ai pas pensé aujourd'hui, peut-être demain. On ne se casse pas la tête avec ça. Je vais t'envoyer un message texte lorsqu'on l'annoncera», a-t-il dit à un collègue pendant son point de presse.

Sa décision de retirer les lettres honorifiques avait pour but de permettre à chacun, nouveau comme ancien, d'assumer son leadership à sa façon. «La base d'une équipe, c'est d'avoir un capitaine et des adjoints, mais on n'en parle même pas dans la chambre, on se concentre sur ce qu'on a à faire», a avoué le vétéran Marc-Olivier Roy. 

Matt Murphy suspendu

Auteur d'un coup de genou sur Michael Carcone, dimanche après-midi, en troisième période de la victoire contre les Voltigeurs de Drummondville, le défenseur des Remparts, Matt Murphy, a écopé d'une suspension de deux matchs pour son geste.

L'entraîneur-chef Philippe Boucher en avait eu vent, lundi, lors d'une réunion du comité d'orientation de la LHJMQ. «Je suis un peu surpris [qu'il y ait suspension] parce que mon coup me semblait plutôt légal. Ce n'est pas moi qui décide, si on juge que je mérite une suspension, je n'y peux rien», a dit l'arrière des Remparts, qui n'a rien d'un récidiviste puisqu'il n'avait jamais été sanctionné depuis le début de sa carrière junior.

Adam Chapman, des Voltigeurs, a reçu une suspension automatique d'un match pour s'en être pris à Adam Erne en fin de rencontre. 

Partager

À lire aussi

  • Anthony Duclair en panne «mentale»

    Remparts

    Anthony Duclair en panne «mentale»

    Ce n'est pas le bâton et les patins qui font défaut. Ni même l'énergie, dont le niveau est bon. C'est la tête qui explique la baisse de productivité... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer