Groulx gardera de bons souvenirs de Fucale et de Duclair

Benoît Groulx et ses Olympiques étaient de passage... (Archives)

Agrandir

Benoît Groulx et ses Olympiques étaient de passage jeudi au Colisée pour affronter les Remparts. Gatineau, qui se bat pour participer aux séries, a encaissé une défaite de 7-4.

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Peut-on te voir deux minutes? «Dans un monde idéal, j'aimerais mieux ne pas avoir à vous parler...», répondait à la blague Benoît Groulx, un homme fort généreux en entrevue. Par les temps qui courent, la préparation de son club qui se bat pour l'obtention d'une place dans les séries éliminatoires de la LHJMQ passe avant tout.

Réconforté par une soupe bien chaude, l'entraîneur-chef des Olympiques avait quand même du temps à consacrer à ses amis journalistes de Québec, 90 minutes avant le début du match contre les Remparts. Pour la première fois depuis la conquête de la médaille d'or par l'équipe canadienne, il retrouvait le gardien Zachary Fucale et l'ailier Anthony Duclair, qui ont joué des rôles de premier plan dans l'aventure.

«Je ferais une joke, mais y'a trop de monde... Il s'agit de deux très bons joueurs, mais aussi de deux gars attachants. Et c'est avec ce genre de personnes que tu veux aller dans les grandes parties», claironnait-il à propos des deux joueurs des Remparts.

S'il connaissait déjà bien Fucale, il a découvert Duclair pendant la dernière épopée au Championnat mondial junior. À ses yeux, le numéro 10 a été un rouage important à l'attaque.

«Anthony a joué sur le premier trio pendant tout le tournoi, il a donné le ton avec de gros buts, il a été opportuniste et son jeu défensif était adéquat. Il s'est fondu à l'équipe dès son arrivée de New York, et je n'ai jamais senti qu'il voulait un statut privilégié. Il a fait preuve de professionnalisme, de maturité et sa confiance a été contagieuse», racontait celui qui porte désormais la barbe.

Groulx n'a aussi jamais douté de Fucale, son homme de confiance. Lors de la Super Série Subway, en novembre, il a senti que le gardien tenait à s'imposer.

«En ce qui me concerne, il n'y a jamais eu de doute. Zach, c'est un compétiteur, et l'idée de changer de gardien ne m'a jamais traversé l'esprit. Il était rendu là», avouait-il.

Les deux coéquipiers pourront-ils mener les Remparts jusqu'au bout, comme ce fut le cas avec l'équipe nationale? «Vous demanderez à Philippe Boucher, mais ce sont deux joueurs en qui j'aurais une très grande confiance», répondait-il en souriant.

Le temps presse

Pour l'heure, Groulx se concentre sur son club qui raterait la phase éliminatoire si la saison prenait fin aujourd'hui, ce qui ne lui est jamais arrivé depuis qu'il dirige les Olympiques. La marge de manoeuvre pour grimper au classement diminue malgré tout à chaque défaite.

«Y va commencer à être temps bientôt... Le plus important, c'est que l'on joue comme on est capable. Pour avoir du succès, un club doit se défendre et construire, mais jusqu'à maintenant, on se défend. On a perdu 1-0 et 2-1, dernièrement, on n'a rien construit et notre confiance est affectée. Il faut scorer et faire des jeux», soutenait-il.

Les Olympiques ont bouclé la période des transactions en ajoutant huit nouveaux visages dans leur alignement. Il leur reste 16 parties pour renverser la vapeur.

«Ils sont tous au même point, ils doivent assimiler le système, trouver leur rôle et se sentir confortables afin d'exploiter leur talent.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer