Massimo Carozza et Anthony Duclair réunis au sein d'un même trio

Avec une fiche de 9 buts et 13... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Avec une fiche de 9 buts et 13 passes cette saison, Massimo Carroza célèbre plus souvent qu'en 2013-2014, alors qu'il avait amassé sept points.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Même s'il ne s'est pas inscrit à la marque, samedi à la Classique hivernale, Massimo Carroza est quand même revenu de Saint-Tite avec six points... de suture à la bouche, résultat d'une rondelle glacée lancée devant le filet par Anthony Duclair. Pour l'instant, le nouveau pivot du premier trio portera un grillage, le temps que l'enflure s'estompe.

Mais plus important encore, Carozza était de retour entre Duclair et Dmytro Timashov, une position qu'il occupe depuis le match de vendredi contre Halifax.

«Même si Philippe [Boucher] nous répète de ne jamais être satisfait, je suis content de ma saison et je veux continuer de lui prouver que j'ai ma place au sein de cette ligne», a confié le numéro 23, lundi matin, la bouche enflée comme s'il venait de passer chez le dentiste.

Afin de relancer l'équipe, l'entraîneur-chef avait effectué quelques changements à ses trios à son retour, vendredi matin. Ainsi, Carozza a été promu de l'aile droite de la troisième ligne au centre de la première.

«Peu importe que je sois sur la troisième ou la première, j'essaie de faire de mon mieux et de jouer comme je le peux. Il est évident que je me retrouve entre deux ailiers fort talentueux, ça me force à ne jamais ralentir. C'est plaisant de jouer avec eux et je veux me servir de leur vitesse», a convenu le rapide patineur.

Avant d'être blanchi sous les flocons, samedi, le choix de huitième ronde en 2012 avait amassé au moins un point dans quatre matchs de suite, marquant même dans trois d'affilée. Il montre une fiche de 9 buts et 13 passes, lui qui avait cumulé sept points à 17 ans en 2013-2014.

«On veut toujours produire le plus possible, peu importe avec qui l'on joue. En leur compagnie, les chances de marquer vont venir, les points aussi», a noté celui qui a déjà joué au sein du même trio que Duclair à l'école secondaire Lester B. Pearson, à Montréal-Nord.

«On avait gagné le championnat 11 ou 12-0. Tony nous fournissait, on n'avait qu'à bien placer notre bâton et ça rentrait. Après, on n'a jamais plus rien gagné», se rappelait en souriant celui qui a peut-être patiné deux ou trois fois en compagnie de Duclair, la saison dernière.

Davantage de vitesse

Voilà qu'on le place au centre d'un trio offensif, même si les deux ailiers ne trouvent pas le fond du filet avec régularité, ces temps-ci. Duclair a marqué une fois en sept matchs depuis son retour à Québec, tandis que Timashov n'a pas touché la cible à ses neuf derniers matchs, amassant par contre 11 passes pendant cette période.

«Il s'agit de deux très bons joueurs, Dima sera repêché, Tony revient à peine de la LNH. J'essaie de l'encourager, ça s'en vient», disait-il à propos de la production attendue du numéro 10.

«Il [Carozza] amène un élément de vitesse, ça balance bien nos lignes», a convenu l'entraîneur-chef, qui a retourné Adam Erne à l'aile, où il a fait un tabac en fin de semaine avec cinq points, vendredi, et un autre, samedi.

NOTES :

  • Le gardien Callum Booth était de retour sur la glace après une absence d'une semaine pour une blessure au «haut du corps».
  • Retranché lors de la remise de la liste des 25 joueurs, Nicolas Hébert s'est joint aux Dynamiques de Sainte-Foy.
  • Les Remparts retournent à Drummondville, aujourd'hui, où ils avaient perdu en tirs de barrage à la mi-janvier.

Des chiffres qui parlent

Philippe Boucher a constaté que son équipe jouait du bon hockey ces derniers temps, mais «il fallait gagner», ce que les Remparts ont fait deux fois de suite, en fin de semaine. «Je ne suis pas le plus grand gars de statistiques, mais dans nos cinq derniers matchs, on a marqué plus de buts que l'opposition [19 contre 9] et accordé moins de lancers [102 contre 179]. L'un des objectifs sera de continuer à lancer plus souvent. Si tu ne le fais pas, tu deviens plus facile à contrer. On utilise [Ryan] Graves pour cela en avantage numérique, ça nous donne une menace qu'il faut respecter et ça ouvre les lignes de passes», a fait remarquer l'entraîneur-chef en rappelant à ses joueurs que l'adversaire du jour [Drummondville] donnera tout à chacune de ses présences.

Le grand jour pour Verrier

Après avoir raté le rendez-vous du 11 janvier, Jérôme Verrier disputera enfin son premier match contre son ancienne équipe, aujourd'hui, à Drummondville. «Je l'attendais depuis l'échange, c'est le grand jour. J'ai raté le premier, je vais m'arranger pour que le deuxième soit mémorable. Il s'agit d'une comparaison un peu boiteuse, mais ça me fait penser à la Classique hivernale : les premières présences étaient spéciales, mais après, ça se replace», a dit le numéro 77 à propos des premiers coups de patin à donner au Centre Marcel-Dionne. Verrier, un travailleur infatigable, complète présentement un trio avec Kurt Etchegary et Vladimir Tkachev, ce qui permet à Boucher de réunir Marcus Cuomo et Yanick Turcotte sur une autre ligne «dérangeante».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer