Victoriaville 2/Québec 6: Erne et Etchegary mènent le bal

Adam Erne a complété sa soirée de travail... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Adam Erne a complété sa soirée de travail avec un but et deux passes, de quoi célébrer avec les partisans.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Menés à l'attaque par les vétérans Kurt Etchegary (deux buts) et Adam Erne (trois points), les Remparts ont amorcé l'année 2015 du bon pied vendredi, défaisant les Tigres de Victoriaville par la marque de 6-2, devant 9712 amateurs, au Colisée Pepsi.

Du coup, les hommes de Philippe Boucher ont engrangé un cinquième gain d'affilée, demeurant au coeur de la course au premier rang de la LHJMQ. En mettant en banque leur 52e point vendredi, les Remparts se sont maintenus à égalité au sommet du classement général avec les Wildcats de Moncton. Un exploit, considérant qu'ils concluent aujourd'hui, à Boisbriand, une éreintante séquence de cinq matchs en sept jours.

Avec une production offensive répartie sur leurs différents trios, c'est en équipe que les Diables rouges ont signé cette 25e victoire de la saison.

«C'est l'fun. La quatrième ligne a très bien joué aussi. On a encore quelques joueurs qui se cherchent, mais on ne chialera pas. On continue de gagner nos matchs, même si on en attend plus de certains. Callum [Booth] a été bon encore. La défense a été correcte. C'est une victoire d'équipe», a convenu l'entraîneur-chef Philippe Boucher.

Deuxième difficile

Les Remparts étaient toutefois loin d'être sortis sous leur meilleur jour, en deuxième période. À égalité 1-1, ils ont cafouillé en défensive, alors qu'ils bénéficiaient d'un avantage numérique, et vu Mathieu Ayotte (8e) donner l'avance aux Tigres 2-1. Il n'en fallait pas plus pour que Boucher demande un temps d'arrêt.

«On a bien commencé en première. On a effectué beaucoup de tirs au but, on jouait simple, mais on a essayé d'être cute par la suite. Je pense que c'était inacceptable, ce qui est arrivé en avantage numérique. Tu ne peux pas faire un jeu comme ça. Je voulais remettre la tête des gars au hockey, un petit peu. J'ai très bien aimé la façon dont ils ont réagi. On s'est mis à jouer physique, selon notre identité», a indiqué le pilote.

La réplique des locaux est également venue avec la supériorité d'un homme, alors qu'Adam Erne (23e) créait l'égalité 2-2 en effectuant un tourniquet, qui a trompé le gardien de but Chase Marchand. Il s'agissait de sa 100e réussite en carrière dans la LHJMQ. Les Remparts n'allaient plus regarder en arrière par la suite.

«Cent buts, c'est beaucoup! Je n'avais pas réalisé, avant il y a quelques jours, que c'était sur le point d'arriver. Ce n'était pas nécessairement un objectif, mais je suis content d'avoir atteint cette marque!» a fait savoir l'attaquant, qui évoluait au centre de Dmytro Timashov et Jérôme Verrier, vendredi.

Déception américaine

Quelques heures à peine après l'élimination de Team USA du Mondial junior, l'Américain de 19 ans, qui avait été retranché par la formation, ne faisait aucun lien entre sa performance inspirée et les malheurs de la sélection nationale. Au contraire, il déplorait sa sortie du tournoi aux mains des Russes.

«C'est dommage pour mes amis qui étaient là-bas. [...] Ça me dérange toujours un peu d'avoir été coupé, mais je suis heureux d'être ici. Ça fait quatre ans que je suis ici, j'aime ça ici, je suis confortable ici. Je ne voudrais pas être ailleurs en ce moment», a-t-il affirmé, affichant un sourire qui en disait long.

Gabriel Gagné (22e) avait inscrit le premier but des Tigres, en début de deuxième. Timashov (15e), Zachery Moody (6e), Ryan Graves (8e) et Etchegary (16e, 17e) ont marqué les autres filets des Remparts.

Des Tigres plus jeunes, mais compétitifs

En se départissant des vétérans Yan-Pavel Laplante, Brandon Whitney et Tommy Veilleux, puis en mettant la main sur les espoirs Pascal Laberge, Olivier Tremblay et William Côté, les Tigres se sont rajeunis depuis l'ouverture de la période des échanges, tout en prenant soin de demeurer compétitifs. Au nombre de leurs acquisitions, Laberge, acquis de Gatineau, se veut leur plus belle prise. Deuxième choix au total de l'encan de 2014, le talentueux attaquant de 16 ans est bien connu de l'entraîneur-chef Bruce Richardson, qui l'a dirigé avec les Grenadiers de Châteauguay, la saison dernière. Ensemble, ils ont remporté la Coupe Jimmy-Ferrari et atteint la finale de la Coupe Telus.

«C'est sûr que tu as une connexion quand tu gagnes avec des joueurs. Ça reste tout le temps gravé et Pascal, je pense qu'il était très content de s'en venir ici. C'est un jeune qui a un grand potentiel. Il a toutefois des choses à améliorer», a indiqué le pilote. Laberge a accueilli la transaction  comme un «vent de fraîcheur». Il faut dire que le jeune homme n'entretenait pas la meilleure des relations avec le pilote des Olympiques, Benoît Groulx. «Benoît, c'est un coach qui est dur et avec qui ce n'est pas facile de parler. C'était pas mal ça, notre relation», s'est-il contenté d'expliquer.

L'étonnant parcours de Samuel Blais

Passé du midget AAA avec les Commandeurs de Lévis à une sélection dans la LNH par les Blues de St. Louis en quelques mois à peine, Samuel Blais (photo) poursuit son étonnant parcours à sa deuxième saison à Victoriaville. Avec ses 14 buts et 24 passes en 34 matchs, le natif de Montmagny continue de faire la démonstration de ses belles aptitudes offensives.

«Sam, c'est un gars qui a des habiletés incroyables! Il pourrait battre un gars à un contre un dans une boîte téléphonique! Mais avoir des habiletés, c'est une chose. Pour jouer au prochain niveau et devenir un joueur d'impact, il faut que tu sois constant dans tes performances et que tu sois capable de jouer la game un petit peu plus tough. Et Sam le fait très bien depuis trois ou quatre matchs. Il a amélioré ça», a indiqué l'entraîneur-chef des Tigres, Bruce Richardson, au sujet du choix de 6e ronde des Blues (176e au total) en 2014.

Il s'agit, estime le pilote, d'un processus normal pour un joueur de 18 ans en pleine progression. De son côté, l'attaquant de 6'1" et de 181 livres se montre toujours intéressé à apprendre. «Un joueur comme celui-là, il faut toujours que tu lui rappelles, que tu lui montres des séquences, parce que ça ne se fera pas du jour au lendemain. Mais il est vraiment ouvert à ça. Ça fait trois ou quatre games où il s'implique davantage physiquement... Je l'agace un petit peu et je lui dis que maintenant, il est rendu avec des mains et des épaules!» lance Richardson à la blague.

Comme les Blues, l'entraîneur ne rigole toutefois pas quand il s'agit de parler du talent de l'ailier gauche. «Il est sorti du midget AAA, pour jouer avec les Tigres et se faire repêcher dans la Ligue nationale. C'est sûr que c'est un parcours spécial. Ils ont vu quelque chose en lui et c'est maintenant à lui de travailler.»

L'organisation de St. Louis garde d'ailleurs à l'oeil les progrès de Blais. «Ils sont venus le voir, ils demandent régulièrement des rapports et ils s'informent de son attitude. Moi, je pousse très fort sur l'attitude. Sam a beaucoup amélioré ça.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer