Remparts 2/Saguenéens 1: Guillaume Gauthier joue encore les héros

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saguenay) Pour la deuxième fois en autant de soirs, Guillaume Gauthier a été l'homme des grandes occasions pour les Remparts en tirs de barrage. Après avoir donné la victoire aux siens face au Drakkar, dimanche, il est revenu à la charge, lundi, contre les Saguenéens et a permis aux Diables Rouges de remporter une autre victoire de 2 à 1.

«C'est toujours le fun de donner la victoire à son équipe de cette manière», a indiqué le héros de la rencontre. «Comme je n'avais pas connu un bon match, j'étais un peu stressé. Mais étant donné ce que j'avais fait la veille à Baie-Comeau, j'avais confiance en mes moyens. Je savais que j'étais capable de compter.

«Comme j'ai un bon lancer, je me suis dit que j'allais l'utiliser lorsque je me suis élancé vers le gardien des Sags. J'avais fait la même chose dimanche. J'ai juste changé l'endroit où j'ai tiré.»

C'était la quatrième fois cette saison que Gauthier était appelé à effectuer un tir de barrage. Il a expliqué qu'à ses deux premières tentatives, il avait été le premier à s'exécuter pour son équipe et que chaque fois, il n'avait pas marqué. Dimanche, il a été le troisième Rempart à lancer, un scénario qui s'est répété hier. «Ça fait deux fois que j'y vais troisième et j'ai compté à chaque fois. On dirait que d'être dans cette position me donne de la pression et de l'énergie! Et j'aime ça.»

Pour Philippe Boucher, il n'y avait pas de doute que son équipe avait donné deux très bons spectacles lors de ses matchs de dimanche et hier, deux rencontres qui se sont terminées 2 à 1 pour sa troupe en tirs de barrage.

«On méritait de gagner»

«Je le dis toujours, il y a beaucoup de parité dans la Ligue. Et ça, c'est bon pour tout le monde. Et si dimanche nous avons été un peu chanceux de l'emporter, je pense que l'on méritait de gagner ce soir [hier]. Nous avons vraiment bien joué et Callum [Booth] a été encore très bon.»

Analysant la rencontre, l'entraîneur-chef a indiqué que ses hommes avaient patiné et qu'ils avaient frappé. Il a ajouté que ses joueurs avaient du plaisir à jouer au hockey et du plaisir à évoluer ensemble. «Tout le monde dit que nous n'avons pas un club pour jouer sur la route. Et nous venons de prouver le contraire. Nous avons disputé 21 matchs à l'extérieur cette saison et 16 à la maison. Et bientôt nous aurons peut-être la chance de jouer pour la première position. Tout le crédit revient aux gars. On a toujours dit que l'effort fait foi de tout. Et l'effort est là.»

Premier but de Murphy

Rythme endiablé en troisième

Les Remparts ont ouvert la marque dans la 13e minute de la première période à la faveur d'un avantage numérique. Matt Murphy a déjoué le gardien Julio Billia avec une puissante frappe de la ligne bleue. Il s'agissait de son premier but dans l'uniforme des Diables Rouges. Dans les secondes précédentes, Nikolas Brouillard avait vu son tir de la pointe gauche toucher le poteau.

Les Saguenéens ont créé l'égalité en deuxième à la suite d'un but spectaculaire de Samuel Hodhod. Alors qu'il était à genoux devant le filet de Callum Booth, il a réussi à marquer en logeant le disque dans le haut du filet. Le reste de l'engagement a été disputé à vive allure, chaque équipe ayant de très bonnes chances de briser l'égalité. Mais tant Booth que Billia ont su résister aux assauts des hockeyeurs adverses.

La troisième s'est déroulée à un rythme endiablé, chaque équipe ratant de belles chances de marquer. Le scénario s'est répété en prolongation. Puis en fusillade, Booth a bloqué les trois tirs qu'il a reçus alors que Billia a cédé sur un seul, le troisième des Remparts qui ont ainsi pu savourer une troisième victoire de suite, toutes acquises sur la route.

La recette gagnante de Yannick Jean

Yannick Jean n'a jamais douté qu'en acceptant d'emprunter sa recette, ses Saguenéens connaîtraient du succès. Il a cependant avoué qu'il ne s'attendait pas à ce que ses joueurs alignent autant de victoires, eux qui avant de se mesurer aux Remparts, lundi, en avaient remporté sept de suite, une première depuis 2007.

«Il y a deux choses que je voulais implanter en arrivant, soit la discipline et l'éthique de travail», a lancé celui qui a été nommé entraîneur-chef et directeur gérant des Sags le 29 novembre. «J'ai fait comprendre aux joueurs que s'ils avaient une meilleure discipline de vie et sur la patinoire, c'est certain qu'ils auraient une meilleure éthique de travail. Et c'est sûr que lorsque tu fais ça, tu vas obtenir des résultats. Mais je ne m'attendais pas nécessairement à ce que nous ayons autant de succès.

«Ça me prouve que les joueurs avaient un désir que ça change. Et c'est à eux qu'il faut donner le crédit pour ce qui arrive. Lorsque les gars embarquent, lorsqu'ils veulent avoir du succès et que ça devient contagieux, les résultats vont toujours venir même s'ils ne seront pas toujours comme ceux que nous connaissons actuellement.»

«Apprendre du passé»

Jean a indiqué que la balle était dans le camp de ses hockeyeurs. Il a expliqué que c'était à eux de décider s'ils désiraient poursuivre dans la voie actuelle. Et pour y arriver, ils n'ont qu'à continuer d'utiliser sa recette. «S'ils retournent en arrière, c'est parce qu'ils n'auront pas appris du passé. Et apprendre du passé, c'est un signe de maturité.»

Les récents succès de ses Saguenéens et leur progression au classement ont placé Yannick Jean dans une situation bien spéciale. Alors que la dernière période de transactions dans la LHJMQ bat son plein, est-il acheteur ou vendeur?

Ni acheteur ni vendeur

«Il y a des choses à court terme qu'on voulait faire. Comme emmener avec l'équipe des arrières qui pourraient remettre rapidement la rondelle aux attaquants. Maintenant que c'est fait, je ne suis ni acheteur ni vendeur. J'ai toujours dit qu'il y aurait du mouvement. J'ai une manière d'évaluer les choses et je veux avoir les joueurs qui me permettront de fonctionner d'une certaine façon.»

Jean a mentionné que plusieurs joueurs de son équipe suscitaient de l'intérêt chez les autres équipes du circuit Courteau, le plus populaire étant Laurent Dauphin. «Il y a aussi plein de monde qui appellent pour Alexandre Ranger, Nicolas Roy et Julio Billia. Mais ce n'est pas parce que des gens appellent que ça veut dire que ces joueurs-là sont nécessairement sur le marché.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer