Erne amer d'avoir été écarté par l'équipe américaine

«J'imagine que ce qui m'est arrivé ne se... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

«J'imagine que ce qui m'est arrivé ne se produit pas très souvent. C'est probablement ce qui fait que c'est encore plus désappointant» - Adam Erne, qui a défendu les couleurs des États-Unis lors du dernier Mondial junior

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Presque une semaine après avoir été écarté de l'équipe américaine qui prend part au Championnat mondial de hockey junior, Adam Erne cherche toujours à comprendre la décision de ses dirigeants.

«Ils ne m'ont pas vraiment expliqué pourquoi ils m'avaient retranché», a expliqué le vétéran ailier gauche des Remparts. «Ils m'ont juste dit qu'il y avait plusieurs bons joueurs au sein de l'équipe. Ça me semble évident qu'ils aimaient beaucoup les gars issus du programme national. Peut-être qu'ils cadraient mieux avec la manière dont ils voulaient que l'équipe soit bâtie.»

Erne n'a pas caché que le choc de son renvoi de l'équipe avait été difficile à encaisser, lui qui avait été membre de la formation américaine lors du Mondial de l'année dernière. Et sans penser qu'il avait un poste assuré avec l'équipe, il croyait que l'expérience qu'il avait acquise en Suède de même que sa très bonne première moitié de saison à Québec (21 buts-24 passes en 29 matchs) lui donneraient un léger avantage sur les jeunes. «J'imagine que ce qui m'est arrivé ne se produit pas très souvent. C'est probablement ce qui fait que c'est encore plus désappointant.»

Malgré sa grande déception, Erne a indiqué qu'il ne s'apitoierait pas sur son sort. Il a expliqué que depuis son retour à Québec, vendredi, c'est sur les Remparts et la fin de la présente campagne qu'il se concentrait. Il a expliqué qu'il avait eu une excellente discussion avec son entraîneur Philippe Boucher et que l'échange avait été très positif à tous les points de vue. «Philippe, ce n'est pas juste un bon coach, c'est aussi une très bonne personne. C'est tellement facile de parler avec lui. Nous sommes vraiment chanceux de pouvoir compter sur quelqu'un comme lui, une personne avec qui on peut jaser de tout et en qui on peut avoir confiance.

«Je vais me servir de ce qui vient de m'arriver comme source de motivation. Je ne peux rien faire concernant ce qui m'est arrivé. Je suis de retour à Québec et je suis bien heureux d'y être. C'est ici que je passerai les six prochains mois et où je pourrai avoir un impact. Et c'est ce que je veux faire.»

Il n'y a pas de doute que les attentes seront grandes à l'endroit d'Erne. En tant que vétéran, il devra être un des leaders de l'équipe. Le numéro 73 a mentionné que le défi qui s'offrait à lui et la possibilité de soulever la Coupe Memorial en mai avaient assurément l'effet d'un baume sur sa déception.

«Même si le but ultime est clair, il ne faut pas voir trop loin en avant pour le moment. Il faut prendre les matchs un à la fois et travailler fort à chaque jour afin de polir notre jeu et d'arriver prêts au tournoi de la Coupe Memorial.

«Mais une chose est sûre, les prochains mois seront très excitants. C'est toujours triste de voir des gars partir lors de la période des transactions, mais en fin de compte, c'est le fun de voir que l'équipe s'est améliorée et que l'on peut encore plus rêver aux grands honneurs.»

L'amitié malgré tout

Interrogé à savoir s'il serait un téléspectateur attentif aux matchs de la formation américaine lors du mondial junior, le vétéran ailier gauche a simplement répondu par un peut-être. «Ça dépendra si je suis à la maison. On verra comment les choses iront.»

Un peu amer à l'endroit des dirigeants de l'équipe américaine, Erne a rappelé qu'il avait plusieurs très bons amis qui sont toujours dans l'équipe. Il a donc tenu à séparer les deux.

«L'équipe américaine de hockey est une chose et mes amis en sont une autre. Peu importe la décision prise à mon endroit par la direction de l'équipe, elle ne change rien aux liens d'amitié que j'ai avec certains gars à qui je souhaite la meilleure des chances.»

Moins de stress

Même si la période des transactions n'est pas encore terminée, Philippe Boucher a mentionné que le climat était plus serein au sein de sa troupe. «Les choses étaient peut-être plus difficiles pour certains avant le début de la période de transactions, alors que plusieurs rumeurs circulaient», a indiqué l'entraîneur-chef québécois. «Depuis, certaines se sont concrétisées. Mais même si les gars, même les nouveaux, savent qu'encore des choses peuvent arriver, je sens moins de nervosité qu'il y en avait.» Interrogé à savoir s'il comptait apporter d'autres changements au sein de sa troupe, Boucher a mentionné qu'il n'avait pas eu beaucoup de pourparlers avec ses homologues pendant la pause de Noël, mais que les négociations pourraient s'intensifier au cours des prochains jours. «Est-ce que l'on est à la recherche de profondeur? Possiblement. Mais je suis très à l'aise avec l'équipe que j'ai actuellement.» 

Fin d'année chargée

Les Remparts ne chômeront pas d'ici la fin de l'année 2014. Ils disputeront trois matchs en quatre jours, toutes des rencontres de quatre points, comme on le dit dans le jargon du hockey. Les Diables Rouges croiseront en effet le fer avec des rivaux de leur conférence, soit le Drakkar dimanche, les Saguenéens lundi et l'Océanic mercredi, un match disputé au Colisée Pepsi sur le coup de 14h. Fiers d'une victoire de 7 à 3 à Rimouski à la veille de profiter de leur pause de Noël, les Remparts tenteront de reprendre là où ils avaient laissé le 18 décembre dernier. «J'espère que nous allons recommencer de la même manière que nous avions fini», a lancé Boucher. «Mais j'ai bien aimé l'intensité que j'ai vue à l'entraînement ce matin [samedi]. Et mis à part le synchronisme et l'exécution qui pourraient peut-être faire défaut en première période du match contre le Drakkar, j'ai confiance que nous jouions du bon hockey.»

Un départ pour Potvin?

Le gardien Xavier Potvin pourrait-il obtenir un premier départ en carrière devant le filet des Remparts au cours des prochains matchs? L'entraîneur-chef Philippe Boucher a indiqué que de tous les espoirs de l'équipe devant le filet, il était celui qui était le plus prêt à avoir sa chance d'amorcer un match. «J'aimerais vraiment ça lui trouver un départ. Mais est-ce qu'il en aura un? On verra.» Boucher a ajouté qu'il aimerait profiter de l'absence de Zachary Fucale pour donner une chance à Silvio Sylvestre de prendre part à quelques entraînements avec l'équipe. «On aimerait lui faire goûter à l'expérience de pratiquer avec nous», a dit l'entraîneur-chef à propos du gardien qui affiche une moyenne de buts accordés de 3,17 en 16 matchs avec les Lions du Lac Saint-Louis de la Ligue midget AAA cette saison.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer