Olympiques 1 / Remparts 5: une première pour Ryan Graves

«Il s'agit d'une première pour moi. Les buts... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

«Il s'agit d'une première pour moi. Les buts ne viennent pas naturellement et j'ai été chanceux d'en marquer deux» - Ryan Graves, qui a récolté deux buts et une passe, mercredi

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après le match, Philippe Boucher a reçu un message qui le félicitait de la victoire par un écart de quatre buts, le numéro de Jean Béliveau! Après avoir rendu hommage au grand disparu, mercredi soir, les Remparts de Québec ont vaincu les Olympiques de Gatineau par 5-1 sur la même patinoire où un jeune homme émerveillait les amateurs au début des années 50.

Les Remparts battaient ainsi les Olympiques pour une deuxième fois en moins d'une semaine. Avec une récolte de sept points à leurs quatre derniers matchs, ils devancent ce matin le Drakkar de Baie-Comeau au quatrième rang du classement général de la LHJMQ.

Le défenseur Ryan Graves a été la vedette de la rencontre disputée en cette journée consacrée à l'ancien joueur des Citadelles, des As et du Canadien. Il a marqué deux buts pour la première fois de sa carrière, les autres filets étant ceux de Nikolas Brouillard, Adam Erne (cage déserte) et Donovan Rehill (son premier dans le junior). Le gardien Callum Booth, qui a amassé deux passes, n'a cédé que devant Joey Richard.

«Il s'agit d'une première pour moi. Les buts ne viennent pas naturellement et j'ai été chanceux d'en marquer deux. On joue bien, et si on continue à le faire, on va remporter des matchs et grimper au classement», disait le numéro 27.

Les Remparts ont brièvement tiré de l'arrière par 1-0 en deuxième, mais ils ont répliqué avec deux buts successifs en avantage numérique, dont un à cinq contre trois. Ils ont ajouté trois buts en troisième pour signer leur 19e victoire en 29 matchs.

«Depuis que je travaille dans la Ligue, c'est le meilleur lancer que j'ai vu et c'est le fun de le voir s'en servir. Pour gagner dans le junior, on a besoin de joueurs dominants et il l'a été», disait l'entraîneur-chef des Remparts à propos de la première étoile.

Groulx pas heureux

De l'autre côté, Benoît Groulx n'avait pas de compliment à faire à sa troupe. «Ç'a été une très mauvaise journée parce que nos joueurs ont été absents à l'entraînement ce matin et au match ce soir», disait-il en répondant «jamais» lorsqu'on lui a demandé s'il a cru que son club pouvait se replacer pendant la rencontre.

Avant le match, les Remparts ont rendu hommage à Jean Béliveau par l'entremise d'un montage vidéo et d'une minute de silence fort respectueuse. En fermant les yeux, on pouvait quasiment l'imaginer sur la patinoire d'un Colisée fraîchement construit pour lui. Au tableau indicateur, les chiffres 0.04, comme si le temps venait de s'arrêter sur le numéro porté par le légendaire joueur.

NOTES : L'absence de Marc-Olivier Roy a permis à Adam Chapman de disputer un sixième match d'affilée depuis son rappel comme joueur de 20 ans... Histoire de les remercier d'avoir «dépanné» l'équipe à plus d'une reprise cette saison, Benoît Groulx a volontairement inséré les noms de Tom Pajonkowski (juvénile ASL) et Alex Breton (Commandeurs midget AAA), deux joueurs affiliés de la région de Québec, dans son alignement afin qu'ils puissent disputer un match devant leurs proches... Vladislav Kamenev, que les Remparts souhaitent toujours attirer à Québec, se retrouve dans la liste préliminaire de la sélection russe pour le Mondial junior. Avec la saison qu'il connaît, Dmytro Timashov devrait recevoir son invitation de l'équipe suédoise sous peu.

Benoît Groulx, entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

Benoît Groulx, entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Jean Béliveau, un ami de Bob Chevalier

Benoît Groulx n'a rencontré Jean Béliveau qu'une fois dans sa vie, mais il a entendu de nombreuses histoires au sujet de l'ancien capitaine du Canadien à l'époque où il restait en pension chez Robert Chevalier. «Bob m'a souvent parlé de Jean Béliveau, il était aussi un bon ami de sa mère. Je l'avais aussi rencontré à l'occasion d'un échange culturel quand j'étais dans l'atome AA, il était venu nous accueillir au Forum. Le Canadien a perdu quelqu'un d'important, il avait la même ampleur que le Rocket», soulignait l'entraîneur-chef qui dirigera son dernier match avec les Olympiques, vendredi contre Chicoutimi, avant de se joindre à l'équipe canadienne junior en début de semaine.  

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer