Patrick Roy laisse un bel héritage

Avec sa passion et sa fougue, Patrick Roy... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Avec sa passion et sa fougue, Patrick Roy aura contribué à créer de l'engouement autour des matchs de hockey junior à travers la LHJMQ en plus de remporter la Coupe Memorial avec ses Remparts en 2006.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avec la vente des Remparts à Québecor, ce sont trois propriétaires marquants - Michel Cadrin, André Desmarais et Patrick Roy - qui quittent le giron de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Du nombre, c'est toutefois l'ancien joueur étoile de la LNH, qui aura eu la plus grande influence sur le circuit Courteau.

Artisan de la renaissance des Remparts avec Jacques Tanguay et Michel Cadrin en 1997, Patrick Roy aura laissé dans la LHJMQ un héritage dépassant largement les murs du Colisée Pepsi. D'abord directeur général des Remparts, puis entraîneur-chef de la formation, il aura mené les Diables rouges à la conquête de la Coupe Memorial en 2006.

Avec sa passion et sa fougue, il aura également contribué à créer de l'engouement autour des matchs de hockey junior à travers la ligue et montré la voie à une nouvelle génération de directeurs généraux et entraîneurs-chefs issus de la Ligue nationale de hockey. Il suffit de penser aux Guy Carbonneau, Philippe Boucher, Jocelyn Thibault et Joël Bouchard.

C'est pour cette contribution unique que le commissaire Gilles Courteau a adressé un merci tout spécial à Patrick Roy, lors de l'annonce de la vente des Remparts, jeudi. «La venue de Patrick Roy, ç'a été le début d'une lancée extraordinaire pour nous. C'était le retour d'un ancien joueur, qui aurait pu faire autre chose que de diriger les Remparts de Québec, avec tout ce qui en découle, que ce soit de faire les voyages de l'équipe ou de participer à des calendriers chargés. Mais il l'a fait avec passion.

«Il a été un véhicule promotionnel extraordinaire pour la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Une image de marque. Ç'a été un tremplin majeur pour donner le goût à d'autres anciens de joindre les rangs de la ligue. Ç'a été extrêmement positif», a jugé le commissaire Courteau.

Décision difficile

Avec le départ de Roy pour le Colorado à la fin de la saison 2012-2013, le commissaire savait toutefois que son influence allait diminuer sur son circuit.

«On savait qu'il était présent dans l'entourage des Remparts comme actionnaire, mais il n'avait pas la même implication du tout. Il avait laissé la pleine autonomie à Philippe Boucher, ce qui est correct aussi. Mais Patrick, ce qu'il fait aujourd'hui - et je suis convaincu qu'il va continuer de faire -, c'est de porter une attention particulière à la LHJMQ et à son produit. Par les joueurs qu'il invite au camp d'entraînement [de l'Avalanche], les joueurs qu'il sélectionne et les joueurs qu'il signe, il en fait la preuve», a noté Courteau.

Impossible à joindre jeudi, Roy a fait connaître ses impressions sur la transaction par l'entremise de Jacques Tanguay. Ce dernier a soutenu qu'il ne s'agissait pas d'une décision facile pour ses partenaires qui «avaient à coeur leur équipe de hockey».

«Est-ce que ç'a été une décision difficile? Patrick est comme moi. Et comme André Desmarais. Et comme Michel Cadrin. On ne gagnait pas notre vie avec les Remparts de Québec. L'important, c'était [...] que les Remparts de Québec continuent d'avoir leur place dans la société de Québec.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer