Baie-Comeau 2/Québec 6: l'indiscipline a joué contre le Drakkar

Éric Brassard gardait les buts dimanche.... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Éric Brassard gardait les buts dimanche.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au lendemain d'un effort mitigé, les Remparts de Québec ont profité de la visite de l'équipe de tête de la LHJMQ pour disputer l'un de leurs meilleurs matchs de la saison, dimanche après-midi au Colisée Pepsi, à l'occasion d'un succès de 6-2 contre le Drakkar de Baie-Comeau.

«Je n'utilise pas ce mot souvent, mais c'est une victoire très satisfaisante», avouait l'entraîneur-chef Philippe Boucher.

Il s'agissait d'un troisième match en autant de jours pour les Remparts, qui ont disputé une dernière période du tonnerre avec une production de quatre buts sans réplique, l'indiscipline jouant un vilain tour aux visiteurs de la Côte-Nord.

«Ce n'était pas de l'indiscipline de punitions, mais plus en général. Ce n'était que 2-1 après la deuxième, il nous restait une grosse période à jouer et ce n'était pas comme ça qu'il fallait le faire si on voulait se donner une chance de gagner. On était ici pour jouer 60 minutes, ce n'est pas ce qui est arrivé. Il n'y a qu'une façon de gagner, c'est de compétitionner et contrôler ses émotions», résumait le pilote du Drakkar, Marco Pietroniro, en voyant son club glisser au deuxième rang de la division Est.

Le Drakkar aurait pu connaître un autre sort si un but marqué avec le patin n'avait pas été annulé par la reprise en deuxième. Au lieu de forcer le jeu par la suite, Baie-Comeau a semblé affecté par le refus. Adam Chapman (2), Guillaume Gauthier, Dmytro Timashov, Marcus Cuomo et Massimo Carozza ont marqué pour les Remparts, la réplique du Drakkar étant celle de Maxime St-Cyr et Jasmin Boutet. Il y a eu plusieurs empoignades dans cette rencontre, ce qui a amené les deux entraîneurs à se parler calmement au son de la cloche.

«Il est arrivé quelque chose devant le banc et on s'est regardé. Je n'ai pas mis personne à la fin pour faire du trouble, il était d'accord avec moi», expliquait Pietroniro, qui entretient une bonne relation avec Boucher. Même s'il a utilisé Yannick Turcotte en fin troisième, il confirmait lui avoir interdit de partir la chicane en fin de troisième.

Le discours d'Etchegary 

Boucher, qui précisait ne pas avoir utilisé son avantage numérique à 5-1 «parce que je n'aime pas humilier l'adversaire», se réjouissait de la réaction de ses joueurs à la suite de la mauvaise sortie de la veille. Avant le match, il avait parlé un peu des unités spéciales, laissant le reste du discours à un joueur. En fait, il a utilisé l'enregistrement du point de presse de Kurt Etchegary, samedi, pour que chaque joueur réalise que le manque d'effort était inacceptable.

«Il s'agissait de la première fois que je disputais un trois en trois, je comprends les joueurs d'être fatigués au troisième. Demain [aujourd'hui], je suis en congé... La différence avec samedi, c'est qu'on a travaillé. Les gars ont bloqué plusieurs lancers, ils arrêtaient tout pour moi, je leur disais merci», résumait le gardien Éric Brassard.

NOTES : Les Remparts ont dominé 36-26 dans les lancers et marqué deux buts en six avantages numériques contre 2 en 7 pour le Drakkar... Laissé de côté, samedi, Cody Donaghey a repris sa place dans l'alignement privé des blessés Marc-Olivier Roy, Taylor Burke et Callum Booth. De l'autre côté, Valentin Zykov et Jérémy Grégoire n'ont pas joué, le retour du second étant prévu à la mi-décembre... 

Chapman en profite

Avec une récolte de trois buts en fin de semaine, dont deux dimanche, Adam Chapman aurait-il joué assez bien pour mêler les cartes dans le dossier des trois joueurs de 20 ans des Remparts? «Tout est toujours remis en cause, j'aime donner une deuxième chance alors il en profite pendant qu'on en a deux sur le carreau, et on ne sait pas pour combien de temps», disait Philippe Boucher. Le principal intéressé ignore le sort qu'on lui réserve. Il n'a pas discuté avec l'entraîneur «à part de lui avoir parlé sur le banc». N'empêche, Chapman a joué du bon hockey dans les trois matchs, où il s'est démarqué en avantage numérique. «En début de saison, je me préoccupais trop de ce qui se passait, mais là, je voulais prouver quelque chose. Comme équipe, on voulait aussi passer un message, surtout qu'il y a beaucoup de pression à cause de la Coupe Memorial», précisait le vétéran.

Le Drakkar aura l'embarras du choix

Selon plusieurs, le Drakkar de Baie-Comeau serait en reconstruction, cette saison. Quelqu'un a sûrement oublié de remettre un permis de contracteur au directeur général Steve Ahern, dont le club occupait le premier rang du classement général dimanche matin.

En fait, l'équipe dirigée par le nouvel entraîneur-chef Marco Pietroniro a conservé la même philosophie implantée par Éric Veilleux, où le succès repose sur l'effort et l'intensité. L'architecte du Drakkar pourrait avoir l'embarras du choix à la prochaine période des transactions, mais il ne semble pas pressé de trancher.

«En début de saison, on s'était donné l'objectif d'être le plus haut possible aux Fêtes et d'évaluer la direction que l'on prendrait ensuite. Mes patrons me font confiance, on essaie de bâtir une équipe compétitive chaque saison et on fera en sorte de l'être encore tout en faisant attention à l'avenir de l'organisation», disait-il avant le match, dimanche après-midi.

Jusqu'à présent, le Drakkar accumule des points au classement sans les services de Jérémy Grégoire et Valentin Zykov, deux joueurs qui en font saliver plusieurs en cette saison où un marché d'acheteurs se dessine.

«Il y aura deux clubs de la LHJMQ à la Coupe Memorial, ça peut peser dans la balance. Les gens disent que si on voulait y aller, on n'a rien à donner, mais ce n'est pas vrai. Pourquoi échanger les gars qui sont chez nous alors qu'on peut gagner avec eux? On veut le [Grégoire] garder le plus longtemps possible. Nous avons un bon «tapon» de vétérans et de jeunes prêts à prendre la relève. J'ai rencontré mon conseiller financier, on peut encore hypothéquer un peu...», disait-il à la blague.

Ahern a eu du flair, ces dernières années, en faisant l'acquisition de joueurs comme Grégoire, Maxime St-Cyr, Luca Ciampini et quelques autres. Absent depuis le 26 octobre, Zykov est l'un des meilleurs joueurs européens du circuit tandis que le gardien Philippe Cadorette méritait plus d'attention, selon lui.

«Je vais changer de numéro de téléphone et dire à mes patrons que personne ne m'appelle...  À chaque match, on met des jeunes à l'essai et on le fera jusqu'à la fin des transactions. Ensuite, ce sera aux joueurs de me mettre de la pression pour faire en sorte que le plan reste le même.»  

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer