Rouyn-Noranda 6/Québec 4: le complexe demeure entier

Kurt Etchegary a encore une fois animé l'attaque... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Kurt Etchegary a encore une fois animé l'attaque avec deux buts et une passe, samedi dans la défaite contre les Huskies.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Leur complexe contre les Huskies de Rouyn-Noranda n'est pas encore disparu! Complètement dominés dans les deux dernières périodes face à leurs tombeurs des deux dernières saisons, les Remparts de Québec ont encaissé un revers de 6-4 contre les Huskies de Rouyn-Noranda, samedi soir au Colisée Pepsi.

Il s'agissait seulement de la deuxième défaite à la maison pour ceux qui avaient aussi perdu dans la tanière de la meute, la fin de semaine dernière. Les Remparts ont pourtant disputé une bonne première période, où l'offensive était omniprésente, comme l'indiquait l'égalité de 3-3 après 20 minutes. Mais ils n'ont pu maintenir le rythme, notamment en deuxième, où ils n'ont pas donné trop d'ouvrage au responsable des lancers en se limitant à deux maigres tirs.

«Nous sommes tombés au neutre en deuxième, on n'a pas joué pendant 60 minutes. Ç'a été un manque d'effort, on n'a pas payé le prix. Il n'y a rien de psychologique contre eux, c'est juste qu'on n'a pas assez travaillé et si on l'avait fait, on aurait pu l'emporter», avouait le vétéran Kurt Etchegary, encore au coeur de l'action avec deux buts et une passe.

«On a paru fatigués, mais c'était plutôt un manque de combativité. En défensive de zone, il n'y avait pas cohésion. Il faut prendre ce match [contre les Huskies] comme étant une bonne leçon et demain [dimanche], on repart à zéro», ajoutait le défenseur Raphaël Maheux.

Trop tard

Les Remparts ont donné un coup en troisième lorsqu'ils tiraient de l'arrière 6-3, mais ils s'étaient trop compliqué la vie auparavant pour espérer s'en sortir. Ils auront au moins lancé 13 fois de plus qu'en deuxième pour boucler le match avec 27 tirs contre 40.

«Je suis content que les gars disent ça [qu'il y a eu un manque d'effort]. Je suis redondant, mais l'effort fait foi de tout parce qu'on n'a pas le club pour écraser l'adversaire. La première période a quand même donné un bon spectacle, mais on n'a rien généré en deuxième avant qu'on accepte de lancer en troisième», soulignait l'entraîneur-chef Philippe Boucher, qui a mélangé ses trios, histoire de répartir l'attaque.

Etchegary (un troisième doublé de suite), Guillaume Gauthier et Adam Erne ont marqué dans cette cause perdue trois des buts étant réussis en avantage numérique. La réplique des Huskies fut celle d'Alexandre Fortier (2), de Jérémy Auger, de Mathieu Boucher, de Francis Perron et de Quinn O'Brien.

Après le sixième but, Éric Brassard a cédé sa place à Xavier Potvin, qui faisait une première présence dans la LHJMQ. «Avec une victoire, on voulait donner un départ à Potvin, mais là, on va dormir là-dessus», précisait Boucher.

NOTES: Les Remparts ont souligné la conquête du Championnat canadien de soccer universitaire féminin par le Rouge et Or... Comme le Drakkar de Baie-Comeau est en ville, dimanche (15h), le directeur général Steve Ahern et l'entraîneur-chef Marco Pietroniro ont assisté au match... Les Remparts ont accordé 11 jeux de puissance dans les deux derniers matchs, surtaxant ainsi quelques joueurs.

Fâché, Donaghey comprend son retrait

Parfois, les mots ne suffisent pas, il faut passer de la parole aux actes! Le défenseur Cody Donaghey a eu droit à une mauvaise surprise, samedi, lorsque son nom a été rayé de l'alignement des Remparts. Quelques heures plus tôt, il avait été invité à patiner avec les réservistes au lieu de participer à la préparation habituelle d'avant-match.

«Il s'agit d'un message. Nous en avons passé plusieurs, c'en est un autre. Ça fait longtemps qu'on y pensait, nous étions rendus là», révélait l'entraîneur-chef Philippe Boucher à propos de l'arrière de 18 ans.

Depuis quelques semaines, Donaghey n'offrait pas le rendement que l'on attend de lui. Après un camp du tonnerre à Toronto, où il a obtenu un contrat malgré son statut d'invité, le numéro 18 peinait à retrouver son aisance de la saison dernière. «Cody va s'en sortir», estimait toutefois Boucher.

Croisé à la porte de la salle d'entraînement de l'équipe, Donaghey ne s'est pas défilé sur la décision draconienne de l'entraîneur-chef. «Je ne suis pas heureux de ce qui arrive, ça m'écoeure! Je réalise que je ne joue pas mon meilleur hockey ces temps-ci et on travaille ensemble, Phil et moi, pour que je retrouve mon niveau de jeu. Même si je suis fâché, je dois apprendre comme n'importe qui et conserver une attitude positive. Tous les joueurs traversent une léthargie, même Sidney Crosby en a vécu une dans les séries, l'an passé, il faut juste continuer à travailler pour s'en sortir», confiait celui qui a connu un autre match difficile à Sherbrooke, vendredi.

Le vétéran Marc-Olivier Roy était un autre absent de marque, samedi soir, mais il était tenu à l'écart en raison d'une blessure au haut du corps. Il a été frappé solidement derrière le filet adverse, vendredi. Il devait rencontrer le médecin, samedi soir, et il ratera aussi le match de dimanche contre Baie-Comeau.

La recrue Olivier Garneau a pris sa place sur la deuxième ligne. «J'étais sur le point de l'utiliser dans les fins de période à la place de certains, j'avais hâte de pouvoir le faire. Il joue du bon hockey, dernièrement, il a amélioré son lancer et il est menaçant près du filet», le louangeait Boucher.

Un genou en piteux état

Les Remparts n'ont peut-être qu'un seul joueur européen, mais les Huskies sont encore plus mal pris, puisqu'ils seront privés de leur unique patineur étranger jusqu'à la fin de la saison depuis que le défenseur russe Danil Dolgushkin s'est «déboîté» le genou, samedi dernier, à la suite d'une mise en échec de Marcus Cuomo. «Son genou est tellement enflé qu'il n'a pas encore passé l'imagerie par résonance magnétique. Il a subi une fracture du plateau du tibia et du fémur, une déchirure du ligament latéral interne, et là, il se peut que ses trois autres ligaments soient déchirés», expliquait l'entraîneur-chef et directeur général Gilles Bouchard.

«Nous déciderons à la fin de l'année ce qu'on fera avec nos joueurs européens, mais le dossier de Denis Malgin [Suisse] devrait se régler au début janvier. Nous l'avions repêché [au 26e rang] en prévision de la saison prochaine, où il serait une pièce maîtresse avec nos 18 joueurs de retour. Pour vous donner une idée, il est un Daniel Audette, en droitier», expliquait Bouchard, un joueur de la première mouture des Harfangs de Beauport en 1990-1991.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer