Une présence rassurante

Le défenseur Cody Donaghey, que l'on voit ci-dessus,... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le défenseur Cody Donaghey, que l'on voit ci-dessus, profite déjà du retour de Ryan Graves, qui avait été tenu à l'écart depuis le mois d'août à cause d'une blessure à l'épaule.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le retour au jeu de Ryan Graves a eu des effets bénéfiques sur la défensive des Remparts de Québec, vendredi. Cody Donaghey, par exemple, a disputé son meilleur match de l'actuelle saison pendant que le reste de la brigade affichait une stabilité longtemps recherchée.

«L'attente en valait la peine», confirmait Donaghey au sujet du premier match disputé par Graves depuis la Coupe Memorial, en mai dernier. Opéré à une épaule, le numéro 27 était en congé forcé depuis son acquisition par les Remparts, au mois d'août.

«J'avais déjà joué avec Ryan avec les moins de 17 ans dans les Maritimes, nous étions partenaires à la défense. Je suis content d'avoir bien joué, mais il y est pour beaucoup. Juste par sa présence, il calme le jeu. Il est très efficace en défensive, mais il supporte aussi brillamment l'attaque, comme on a pu le voir sur son but», expliquait Donaghey.

Le numéro 18 a mis du temps à retrouver son aisance de la saison dernière après sa participation au camp des Maple Leafs et sa mise inattendue sous contrat. Le moment est idéal pour jouer à la hauteur des attentes.

trop en faire

«Je dois jouer à tous les matchs comme je l'ai fait, hier [vendredi]. Nous avons un solide carré en arrière avec Ryan, Nikolas [Brouillard], Raphaël [Maheux] et moi, sans oublier les bons jeunes qui complètent la brigade. Je n'étais pas satisfait de mon jeu, j'essayais peut-être d'en faire trop», admettait Donaghey.

Désormais, il pourra compter sur la présence rassurante de Graves à ses côtés, le vétéran de 19 ans alliant leadership et expérience. Et pour un joueur qui disputait un premier match depuis longtemps, il ne semblait guère rouillé.

«J'ai trouvé qu'il était à 100%, qu'il ne cherchait pas à protéger son épaule. En première période, je l'ai vu frapper solidement et appuyer l'attaque. En tout cas, il paraît bien dans l'uniforme des Remparts...»

L'entraîneur-chef Philippe Boucher a constaté la même chose. Non seulement Graves sera-t-il un pilier à la ligne bleue, mais il jouera aussi un rôle important dans le vestiaire. Il le faisait déjà, d'ailleurs.

«Ryan, il a une prestance et il a de l'influence dans l'équipe. Il en avait en étant blessé, il en aura encore plus sur la patinoire. Même s'il ne jouait pas, je lui avais demandé de s'impliquer, on l'amenait avec nous sur la route. Il est un joueur respecté. On savait qu'il ne jouerait que vers le 1er novembre - il l'a fait le 7 - lorsqu'on l'a acquis et son expérience nous aidera d'ici à la fin de la saison.»

Maintenant, Boucher veut voir son club poursuivre dans la même veine que l'autre soir, où l'aspect physique s'est fait sentir et les chances de marquer de l'adversaire furent limitées à trois. La visite des Foreurs de Val-d'Or au Colisée Pepsi, cet après-midi, servira aussi de motivation à Graves, qui recevra sa bague de la Coupe du Président avant le match.

«Le deuxième match est toujours plus difficile, mais il y aura une bonne dose d'adrénaline puisque son ancien club est en ville. Il n'a pas été facile de jouer contre nous, vendredi, on a été meilleurs avec la rondelle, plus présents physiquement et bons en désavantage numérique.»

Retour dans le temps pour Ouellet

Maxime Ouellet aura l'impression d'effectuer un petit retour dans le temps, dimanche, à l'occasion de la visite des Foreurs au Colisée Pepsi. Non seulement retrouvera-t-il deux de ses élèves de la saison dernière, mais on lui remettra sa bague du championnat des séries éliminatoires de la LHJMQ.

Pour lui, il s'agira d'un premier bijou du genre. «Je n'avais jamais remporté un championnat des séries dans le junior ou chez les professionnels. J'ai vécu de très belles choses avec les Foreurs, je vais toujours m'en souvenir», racontait l'entraîneur des gardiens des Remparts.

Ouellet n'a que des commentaires positifs à formuler au sujet de son ancien employeur, qui ne l'a pas empêché de se joindre à la formation québécoise, notamment pour des raisons familiales. «Alexandre [Rouleau, le dg] a bien compris ma décision et il m'a permis de venir à Québec parce qu'il aurait pu dire non puisque j'étais toujours sous contrat avec les Foreurs. Je lui en suis reconnaissant», formulait le premier choix de l'histoire de la deuxième génération des Remparts.

Ouellet pourrait révéler quelques informations aux siens à propos de Keven Bouchard et Étienne Montpetit, ce dernier ayant rejoint les Foreurs à titre de troisième gardien pendant les séries et à la Coupe Memorial. Mais plus important encore, l'entraîneur veut surtout s'assurer que ses protégés se préparent bien.

«Lorsqu'on pratique le métier de gardien de but, il faut vivre au jour le jour. L'an dernier, Antoine [Bibeau] a été très bon, mais ce qui m'impressionnait le plus, c'est que peu importe la situation, il focalisait sur le travail à faire. Il y a toujours des hauts et des bas, il faut savoir tourner la page et faire le prochain arrêt», témoignait-il.

Ouellet se souvenait d'un mauvais but accordé par Bibeau dans le septième match de la finale et qui avait permis à Baie-Comeau de combler un déficit de 3-0. Mais à 3-3, il avait réalisé un arrêt-clé et on avait gagné 4-3... Jusqu'à présent, j'aime la manière dont nos gardiens [Callum Booth et Éric Brassard] se préparent et font face à la compétition.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer