Taylor Burke a eu une pensée pour ses amis

L'attaquant Taylor Burke a évolué quatre saisons avec... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

L'attaquant Taylor Burke a évolué quatre saisons avec les Olympiques de Gatineau avant de se joindre cette année aux Remparts de Québec.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Comme tout le monde au Canada, Taylor Burke a été perturbé par l'attentat survenu à Ottawa, mercredi. Même s'il porte maintenant l'uniforme des Remparts de Québec, le vétéran de 20 ans garde un souvenir impérissable de ses quatre saisons passées à l'ombre de la colline du parlement.

«Ce n'est pas des choses agréables à voir. Au moment où l'on a su ce qui se passait, je me suis inquiété parce que j'ai encore beaucoup d'amis dans la région», racontait le centre en grimpant à bord de l'autocar menant l'équipe au Nouveau-Brunswick.

Choix de première ronde des Olympiques (7e), en 2010, Burke a joué pendant quatre saisons à Gatineau avant de demander à Benoît Groulx de l'échanger à Québec, ce qu'il a fait pendant le camp d'entraînement. «J'ai adoré tout le temps passé à Gatineau. La ville d'Ottawa m'a toujours semblé paisible, attrayante, etc. Je n'en reviens pas encore qu'un tel événement ait pu se produire», ajoutait le joueur natif de Halifax.

Ce qui ne l'a pas surpris, par contre, c'est l'élan de solidarité ayant traversé le pays d'un océan à l'autre dès que la mauvaise nouvelle a commencé à circuler. De l'autre côté de la frontière, on a également senti un soutien moral.

«J'ai vu ce qu'ils ont fait à Pittsburgh, avec les feuilles d'érables et l'hymne national. Je sais que le sport n'est pas vraiment important lorsqu'un tel incident se produit, mais il  peut aussi aider à sa façon parce que les gens ont besoin de divertissement, de penser à autre chose. Et ce que les Penguins ont fait, comme d'autres, ça démontre encore qu'il y a toujours un bon côté à l'humain.»

Le numéro 91 aimerait profiter de ce séjour dans les provinces maritimes pour retrouver son aplomb offensif. Si l'entraîneur-chef ne lui reproche rien, le principal intéressé est déçu de sa production (trois buts et une passe en neuf matchs) depuis son retour du camp d'entraînement des Kings de Los Angeles.

«Je veux en faire plus, mes attentes sont élevées. Je pense bien jouer défensivement, mais je peux faire mieux à l'offensive. À chaque année, on cherche à s'améliorer, ce que je pense avoir fait et je veux continuer dans cette voie», ajoutait celui qui a marqué 23 et 22 buts à ses deux dernières campagnes.

Un retour difficile

Burke, qui avait aussi été invité au camp des Coyotes de Phoenix en 2013, affirme ne plus être amer de son renvoi dans le junior par les Kings, lui qui espérait une offre de contrat et un essai dans la Ligue américaine. «Le retour n'a pas été facile, mais ça commence à remonter à loin et il est temps d'oublier ça. Nous avons une excellente équipe, je suis excité par la présente saison», ajoutait celui qui se retrouve au centre de Marc-Olivier Roy et de Guillaume Gauthier.

L'ancien capitaine des Olympiques n'est pas l'unique joueur à effectuer la présente tournée de trois matchs en trois jours - Bathurst, Charlottetown et Saint-Jean - dans son coin de pays. Les Remparts alignent sept produits des provinces maritimes, soit Burke, Kurt Etchegary, Donovan Rehill, Zachery Moody, Alexander McQuaid, Cody Donaghey et Ryan Graves. Et si Jesse Sutton était du voyage, il faudrait en ajouter un.

Du boulot pour les deux gardiens

L'entraîneur-chef Philippe Boucher a confié la défense du filet à Callum Booth pour le premier match du voyage «parce qu'il joue très bien», mais une autre raison l'incitait à agir ainsi. Le gardien Éric Brassard aura en effet la chance d'affronter ses ex-coéquipiers de Charlottetown, samedi.

«Si je ne me trompe pas, il a joué à l'Île-du-Prince-Édouard... C'est toujours le fun de jouer contre son ancienne équipe, j'y tenais. Et il mérite aussi de garder les buts, parce qu'il a bien fait jusqu'à présent», soulignait le grand patron des Remparts, qui n'avait cependant pas encore décidé lequel des deux hommes masqués sera au poste, dimanche, à Saint-Jean.

Jouer comme à la maison... sur la route

Même si les Remparts ne comptent qu'une victoire en six matchs à l'extérieur du Colisée Pepsi, le présent voyage «trois en trois» dans les provinces maritimes se veut une belle occasion pour jouer comme ils le font si bien à la maison, où ils restent encore invaincus depuis le début de la saison.

La formation québécoise affronte le Titan d'Acadie-Bathurst, vendredi, pour ensuite se rendre à Charlottetown, samedi, et Saint-Jean, dimanche. Il s'agit de leur premier programme triple du calendrier. «Même s'il s'agit d'un trois en trois, je dirige l'équipe en fonction de gagner le premier match. Si on veut connaître un bon voyage, ça commence là. Avec les joueurs, toute notre préparation est faite en fonction de Bathurst», notait l'entraîneur-chef Philippe Boucher.

Dernièrement, il a eu l'occasion de voir le Titan à l'oeuvre. Son adjoint, Jean Gagnon, a aussi passé la semaine dernière dans les Maritimes, où il a pu observer toutes les équipes de la région. Son autre adjoint, Christian Vermette, a aussi jeté un oeil sur les clubs de l'Est au cours des dernières semaines. «La fois où j'ai vu Bathurst, ils avaient joué un bon match. Ce qui nous facilite un peu les choses dans notre «découpage», c'est qu'ils ont affronté "PEI" [Charlottetown], il n'y a pas longtemps. On sait ce qu'on veut faire», disait-il.

La recette est simple : utiliser la même qu'à Québec, où les Remparts s'imposent chaque match, ce qu'ils ne sont pas parvenus à faire sur la route. «À part les deux premiers matchs, où nous n'avions pas d'alignement, et celui à Shawinigan, nous avons été dans le coup. Il faut avoir plus d'énergie dans notre jeu, comme on le fait chez nous. L'étiquette qu'on veut coller à notre équipe, c'est de jouer physiquement et patiner. Et en jouant bien défensivement, ça va amener de l'attaque. On veut transposer ça sur la route.»

Boucher a l'intention d'utiliser tout son monde dans le voyage, le club ne misant que sur deux joueurs de surplus. Même s'il n'est pas disponible, le défenseur Ryan Graves a accompagné l'équipe afin de poursuivre son entraînement sur glace. Il a d'ailleurs patiné, jeudi matin au Pavillon de la jeunesse, avant le départ de l'autocar pour Bathurst.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer