Les Remparts: une troupe à cadencer

L'attaquant Marc-Olivier Roy estime que la cohésion entre... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

L'attaquant Marc-Olivier Roy estime que la cohésion entre les joueurs des Remparts se consolide d'un match à l'autre.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les nombreux mouvements de personnel - échanges, promotions, rétrogradations, participations à des camps professionnels - ont contribué à masquer une réalité chez les Remparts depuis le début de la campagne: plus de la moitié de l'alignement a été renouvelé au cours dans l'entre-saison. Une situation qui explique en partie les difficultés rencontrées par les unités spéciales à l'étranger.

Sur les 25 joueurs qui composent l'alignement actuel des Remparts, 14 n'évoluaient pas à Québec en 2013-2014. À cela s'ajoutent l'attaquant Yannick Turcotte (genou), blessé la presque totalité de la saison dernière, et le défenseur Ryan Graves (épaule), qui n'évoluera pas avec l'équipe avant novembre. En tout, c'est donc 16 joueurs, soit 64% de l'équipe, qui se sont joints à la formation pendant l'été.

«Malgré tout, on a été chanceux. On s'est inquiété de la chimie. On s'est inquiété d'un Timashov, de comment il allait s'acclimater. Mais on ne s'est pas inquiétés longtemps. Une chose est vraie, c'est qu'on a des joueurs d'un petit peu partout. On l'a réalisé samedi dans notre meeting sur l'avantage numérique. On a des gars de partout, avec des façons de jouer différentes», a convenu l'entraîneur-chef Philippe Boucher, mardi.

Vidéo bénéfique

Voilà pourquoi la longue séance de vidéo de samedi aura été si bénéfique. Elle aura permis aux joueurs des Remparts d'échanger et de se mettre au diapason pour la suite de la saison.

«Avec l'Armada, on avait d'autres systèmes de jeu, d'autres façons d'approcher l'avantage et le désavantage numérique. Chacun a amené ses idées et on a essayé de se faire un plan de match ensemble. C'est ce qui va faire qu'on va être une équipe dangereuse dans toutes les circonstances. C'est juste une question d'adaptation. Mais je pense qu'on s'en va dans la bonne direction», a estimé l'attaquant Marc-Olivier Roy.

La discussion aura porté ses fruits, puisque dès dimanche, les résultats ont été tangibles, sur la glace du Colisée Pepsi. Blanchis à neuf reprises lors de leurs deux matchs précédents, les Remparts ont excellé en avantage numérique, touchant la cible trois fois en six occasions, face aux Saguenéens.

Plus discrets jusque-là, les vétérans Roy (deux aides), Nikolas Brouillard (un but et une aide) et Guillaume Gauthier (un but) ont particulièrement brillé sur l'attaque massive.

«[Malgré tous les changements], il y a quand même une certaine chimie qui s'est installée. Roy et Gauthier ont déjà joué ensemble. Timashov et Erne, ça n'a pas été long que ç'a cliqué. Et avec "Etch" [Kurt Etchegary], ça va bien. À la défense, lorsque Graves va revenir, il va se former d'autres duos. Ça fait beaucoup, mais à date, je suis content de l'atmosphère dans la chambre. Les gars s'entendent très bien. Il reste à voir cette chimie-là s'installer sur la route», a laissé entendre Boucher, dont la troupe entamera un voyage de trois matchs dans les Maritimes, vendredi.

Ses hommes sont d'ailleurs impatients de vivre ce premier long périple de la saison, qui les amènera à Bathurst, puis à Charlottetown, samedi, et enfin à Saint-Jean, dimanche. Ils tenteront alors d'améliorer leur fiche de 1-5 sur les patinoires adverses.

«Un voyage dans les Maritimes, c'est toujours bon pour l'esprit d'équipe. On a la chance d'en avoir deux collés avant Noël. Dans le bus, on apprend à se connaître plus. On est tous des nouveaux encore un peu. Et sur la glace, ça va juste nous aider. [...] Peut-être que ça nous a manqués et que ça va faire du bien à quelques gars de sortir de Québec...» a suggéré Roy.

En vitesse...

La récupération de Ryan Graves, opéré à l'épaule en juin, suit toujours son cours. L'état du défenseur sera évalué par le médecin des Remparts au retour de l'équipe des Maritimes, après quoi l'espoir des Rangers se rendra à New York afin d'obtenir l'aval de leur personnel médical en vue d'un retour au jeu en novembre... Le vétéran Taylor Burke, qui se trouve dans une léthargie, s'est entretenu avec Philippe Boucher pendant l'entraînement de mardi. «Il voulait me jaser un petit peu de ça. Et c'est normal. Je ne veux pas parler pour lui, mais je pense qu'il aimerait en faire plus. Mais ce n'est pas une déception de notre côté. Est-ce qu'il peut mieux jouer? Oui. Mais est-ce qu'il donne tout à l'équipe? Oui»... Boucher a apprécié la performance d'Adam Erne, face aux  Saguenéens, dimanche. «Adam a élevé son jeu à un niveau où personne ne peut lui toucher. Sa pratique de ce matin [mardi], ç'a été la même affaire. S'il veut faire un pro, il faut que même les mauvaises journées soient de bonnes journées.» 

***

Duclair reste encore sur sa faim 

Pour un deuxième match consécutif, les Rangers de New York ont écarté Anthony Duclair (photo) de leur alignement en vue de leur affrontement d'hier face aux Devils du New Jersey. Malgré cette décision, l'entraîneur-chef Alain Vigneault estime que l'attaquant des Remparts est, pour l'instant, mieux avec la formation de la LNH que dans le junior.

«Chaque joueur est différent. Chaque cas est différent. Dans le cas d'Anthony, si on le renvoie chez les juniors, on ne peut plus le rappeler. On n'a pas cette option de l'envoyer à Hartford pour deux matchs et de le ramener dans l'alignement. Je pense qu'avec mon expérience - parce que j'ai dirigé dans le junior, dans la Ligue américaine et dans la Ligue nationale -, j'ai une bonne idée du temps qu'il lui faudra avant de jouer régulièrement avec nous. Pour le moment, il ne joue pas ce soir [hier], il va pratiquer et on verra pour le prochain match», a déclaré Vigneault à la presse new-yorkaise.

De son côté, Duclair acceptait son sort avec philosophie, rappelant qu'il n'était pas la première recrue à être laissée de côté. «Je ne suis pas le seul gars à avoir été promu dans cette ligue et avoir été écarté quelques matchs. Je passe à travers un processus. J'apprends tous les jours. C'est un peu plate, mais ça arrive parfois», a-t-il laissé entendre.

Le rapide patineur préférait faire contre mauvaise fortune bon coeur et utiliser son temps à l'extérieur de l'alignement pour améliorer certains aspects de son jeu.

«Je n'ai pas à avoir honte de ce qui arrive. Je n'ai que 19 ans. Je suis encore jeune et je joue contre des hommes. Ce n'est pas agréable d'être laissé de côté, mais comme je ne joue pas, je regarde des vidéos de choses sur lesquelles je peux m'améliorer. Tout ce que je peux faire, c'est travailler fort dans les pratiques et essayer de revenir dans l'alignement le plus rapidement possible.»

En cinq matchs avec les Rangers cette saison, Anthony Duclair a cumulé trois mentions d'aide, en plus de maintenir un différentiel de + 4.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer