Éviter le piège de la maison

Philippe Boucher croit que les Remparts doivent demeurer... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Philippe Boucher croit que les Remparts doivent demeurer particulièrement vigilants, même à la maison, tandis que l'attaque se cherche encore et a de la difficulté à produire.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Depuis le début de la saison, les Remparts montrent des visages fort différents sur la route et à la maison. Infructueux à l'étranger (1-5), ils sont rois et maîtres au Colisée Pepsi, où ils ont remporté leurs six rencontres jusqu'à maintenant.

Selon Philippe Boucher, cette fiche parfaite constitue leur plus gros obstacle en vue du deuxième match de la série aller-retour les opposant aux Saguenéens de Chicoutimi, dimanche. Battus 3-2 dans un match serré au Centre Georges-Vézina vendredi, les Remparts tenteront de remettre la monnaie de leur pièce aux hommes de Patrice Bosch, en après-midi.

«Il faut faire attention. Ce n'est pas parce qu'on revient à la maison que tout va bien aller. Il faut continuer de mériter ce qu'on a. Cette année, dans notre division, on n'aura pas le choix. Chicoutimi, c'est une bonne équipe de hockey. Toutes les équipes dans notre division jouent du bon hockey. Et je ne vois pas grands clubs "vendre" à Noël dans notre division. Ça va être comme ça et il faut s'habituer», a commenté Boucher d'entrée de jeu, samedi.

Le défi demeure donc entier pour les Remparts, dont le coeur de l'attaque bat au ralenti depuis quelques matchs. Dirigeant très peu de tirs sur les filets adverses - ils sont les derniers de la LHJMQ à ce chapitre avec une moyenne de 25,31 par match -, les hommes de Philippe Boucher devront trouver un moyen de créer davantage d'occasions de marquer.

Les 28 tirs au but réalisés à Chicoutimi vendredi constituaient une amélioration comparativement aux 18 lancers de la veille à Baie-Comeau, mais il reste encore du travail à faire. Plusieurs vétérans de l'équipe doivent en donner davantage, estime Boucher. Si la première unité formée de Dmytro Timashov, Kurt Etchegary et Adam Erne obtient ses chances de marquer, la deuxième, où évoluent les vétérans Guillaume Gauthier, Taylor Burke et Marc-Olivier Roy, a connu une fin de semaine pénible.

«Il y en a une couple qui se cherchent. Il y en, a comme Gauthier, qui ont eu de très bonnes passes, mais Gauthier, depuis deux ou trois games, c'est plus difficile. Il y a une certaine chimie à aller chercher. On avait une fiche de 7-3 il n'y a pas longtemps, et on vient d'en perdre deux de suite. On est loin de pousser sur le bouton panique. On a quand même fait de bonnes choses...»

À la ligne bleue, d'autres joueurs expérimentés, les défenseurs offensifs Cody Donaghey et Nikolas Brouillard notamment, peinent à remplir leur rôle de quart-arrière.

Du meilleur hockey

«Je pense que ce sont des gars qui le savent. Cody sait qu'il peut jouer du meilleur hockey. Brouillard aussi. Il y a certaines évidences. On progresse quand les jeunes savent et on le leur a dit. Lappy [Martin Laperrière] a jasé avec Cody ce matin [samedi] et moi aussi longuement. C'est le premier à le savoir. On progresse à partir de là. Brouillard, c'est la même chose. Ce sont deux gars très, très importants pour nous autres.»

Pour le match de dimanche, Boucher, qui conservera le même alignement, veut voir sa troupe simplifier son jeu et avoir une bonne présence physique. Qui plus est, il veut la voir garder à l'oeil le capitaine des Saguenéens, Laurent Dauphin, auteur de deux buts vendredi.

«On peut voir pourquoi c'est l'un des bons joueurs de la Ligue. C'est un joueur complet. Il nous a fait mal offensivement, mais défensivement, il a été très responsable. C'est sûr qu'il va falloir faire attention à lui.»

Des unités spéciales qui en arrachent

Une très grande partie des insuccès des Remparts sur la route s'explique par l'inefficacité de leurs unités spéciales. Que ce soit l'avantage ou le désavantage numérique, les Diables rouges figurent parmi les pires équipes de la Ligue à l'étranger depuis le début de la saison.

Du côté de l'avantage numérique, les Remparts sont campés au 12e rang du classement général de la LHJMQ (18,9%), une position qui chute en 17e position, quand on isole les matchs à l'étranger (11,1%). L'absence d'Anthony Duclair se fait définitivement sentir. Sur la route, les Diables rouges n'ont touché la cible que trois fois en 27 occasions.

En désavantage numérique, Québec occupe le 15e rang de la Ligue, avec un taux d'efficacité de 75,4%. Sur les patinoires adverses, ce pourcentage descend à 71,1% (17e rang), en vertu de leurs 11 buts accordés en 38 occasions.

De façon générale, les unités spéciales des Remparts suivent la tendance générale de l'équipe, qui est toujours invaincue à la maison (6-0) et improductive sur la route (1-5).  «On doit travailler là-dessus, il n'y a pas de doute. On a le meilleur dossier à la maison et le pire sur la route. C'est quelque chose à quoi on doit apporter des ajustements, et qu'on doit régler, si on veut avoir du succès sur la route lors de notre prochain voyage dans les Maritimes. [...] Sur l'avantage numérique, on doit absolument lancer davantage. On va travailler là-dessus et revenir plus fort dimanche [demain]», a soutenu le centre Kurt Etchegary.

La clé, croit pour sa part l'entraîneur-chef Philippe Boucher, sera pour ses attaquants de simplifier leur jeu. «Comme on leur a dit ce matin [samedi], c'est inévitable qu'on va avoir de grosses games de hockey à jouer et qu'il va falloir être plus systématiques un petit peu. C'est autant en avantage, en désavantage, qu'à cinq contre cinq. Quand on veut laisser nos joueurs d'avant s'exprimer, mais dans une certaine manière de jouer. Quand on fait ça, on joue du bon hockey.»

Possédant des habiletés au-dessus de la moyenne, l'attaquant Dmytro Timashov (photo) est l'un de ceux qui pèchent souvent par excès de fioritures.  «On ne l'empêchera pas de le faire. Mais quand il arrive à la ligne rouge, qu'il fait un 360 degrés, et qu'il crée un revirement, ce n'est pas nécessaire...»

«Il faut faire attention. Ce n'est pas parce qu'on revient [...] que tout va bien aller»

Philippe Boucher

En quête d'explications

Les Remparts n'ont pas caché leur mécontentement envers le travail des officiels à la suite de la rencontre de vendredi à Chicoutimi. Même si ce n'est pas dans ses habitudes, Philippe Boucher préparait l'envoi de séquences à la Ligue, samedi. Une démarche qu'il a entreprise davantage par souci de comprendre le travail des arbitres et des juges de ligne en devoir que de les critiquer. «Dans le fond, on n'a peut-être pas raison, mais j'aimerais juste comprendre. Dans les matchs serrés, c'est important. [...] On a eu un hors-jeu où le gars a signalé que c'était correct. C'est le même gars qui refuse notre entrée de zone quand on a une chance d'aller marquer [Erne]... Je ne le comprends pas. On va se le faire expliquer.»

L'entraîneur-chef des Remparts ne cherchait toutefois pas à faire porter le chapeau de la défaite des siens au quatuor en service à Chicoutimi, soit les arbitres Marc-André Lavoie et Dominic Tessier, ainsi que les juges de ligne Olivier Cimon et Pierre-Luc Huot. «On aurait pu trouver une manière de gagner. Je n'essaie pas de jeter le blâme là-dessus. Mais en tant que Ligue, on s'est amélioré. Moi, je fais partie du comité orientation hockey, qui est là pour faire avancer les choses, mais des fois, les arbitres me le remettent sur le nez. Est-ce que c'est mieux de ne pas être sur ces comités-là? Je ne le sais pas.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer