Remparts: pause pour l'esprit d'équipe

Revenu du camp des Kings de Los Angeles... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Revenu du camp des Kings de Los Angeles sans contrat, Taylor Burke entend tourner la page et repartir à neuf avec les Remparts en cette saison de Coupe Memorial.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Bâtir une équipe en vue de la Coupe Memorial, ce n'est pas seulement assembler un groupe de joueurs de talent. C'est aussi s'assurer qu'un esprit d'équipe s'installe au sein de sa formation. C'est pourquoi Philippe Boucher a préféré convier ses ouailles à une activité de paintball dans Charlevoix vendredi plutôt que de les faire patiner au Colisée Pepsi.

Conscient que la prochaine année sera longue et éprouvante, l'entraîneur-chef des Remparts a estimé qu'il était temps de mettre à l'horaire la première de plusieurs activités visant à souder l'esprit d'équipe qu'il entend tenir au cours de la saison.

«On a décidé que si on avait un bon match mercredi et une bonne pratique [jeudi], qu'on mettrait ça à l'horaire. On va se rejoindre au Colisée, on va faire des équipes, et on va s'en aller là-bas. [...] Shawinigan a fait ce genre d'activité pendant le camp d'entraînement [NDLR : voyage aux Îles-de-la-Madeleine], et c'est déjà une équipe qui est unie. Nous, on a décidé de le faire plus tard parce qu'on voulait que l'équipe soit plus définie.»

Le pilote avait gardé le projet secret jusqu'à jeudi, puis l'a finalement annoncé à ses joueurs, en leur proposant une vidéo de présentation. L'idée a fait sensation.

«C'est très important, ce genre d'activité. Peu importe comment les choses tournent, ce sera une longue année. Et l'esprit d'équipe est l'élément le plus important. J'ai déjà vu des équipes qui avaient tout le talent du monde, mais dont les joueurs ne s'entendaient pas dans le vestiaire. Et j'ai vu des équipes dont on n'attendait rien trouver ça facile de se rendre à l'aréna, parce que leur esprit d'équipe était bon», a raconté le vétéran Taylor Burke.

Aux yeux de Boucher, ces activités atteindront le but visé si elles sont bien réparties pendant le cours de la saison. L'important, c'est d'éviter de surcharger ses joueurs.

«On va en faire aussi lorsque l'équipe va être déterminée après Noël. On ne veut pas les submerger non plus. Il y a plein d'affaires qui se passent, plein de gens qui viennent leur parler, plein d'activités qu'on veut faire. On ne veut pas tout compresser en même temps. On veut le faire sur la saison. On est rentré au Colisée le 10 août et on va partir d'ici le 10 juin. C'est bon de se changer les idées, des fois», a estimé Boucher, qui, de son côté, n'hésitera pas, au cours de la saison, à s'abreuver de l'expérience de son bon ami Éric Veilleux, avec les Cataractes, en 2012.

Burke déçu

La pause sera certainement appréciée par Burke, qui a disputé son meilleur match mercredi, au centre de Dmytro Timashov et d'Adam Erne. Le vétéran vit toutefois durement son lendemain de camp professionnel avec les Kings.

«Je pense qu'il a été déçu. Il avait des attentes d'être signé. C'est dur à prendre. Il faut être patient. L'effort de Taylor va toujours être là. C'est juste la confiance qui est touchée un petit peu et c'est normal», a soutenu Boucher, qui s'est entretenu avec son joueur pendant l'entraînement sur glace, jeudi.

Burke le premier est conscient que, dans les circonstances, il n'y a pas meilleure vitrine pour lui qu'une saison de Coupe Memorial chez les Remparts de Québec.

«C'est désappointant, mais de revenir, c'est une belle opportunité pour moi. [...] C'est mentalement que c'est plus dur. Il y a la déception de ne pas obtenir de contrat, mais il faut tourner la page et repartir à neuf ici.»

Giancarlo Fiori... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 2.0

Agrandir

Giancarlo Fiori

Le Soleil, Pascal Ratthé

Fiori connaît la chanson

À sa première saison à Québec, Giancarlo Fiori a rapidement pris du galon dans la brigade défensive des Remparts. L'une des belles surprises du camp d'entraînement, le joueur de 17 ans évolue présentement avec Nikolas Brouillard, avec qui il développe une belle complicité.

Un produit des Vikings de Saint-Eustache, Fiori cumule les minutes en l'absence du vétéran Ryan Graves, qui ne devrait pas réintégrer la formation avant le 25 octobre. Le natif de Sainte-Thérèse profite de l'occasion pour peaufiner son jeu auprès d'un autre joueur aguerri.

«Comme Nik, j'ai moi aussi un petit côté offensif et je pense que les deux, on s'appuie mutuellement. Si lui se porte à l'attaque, je reste derrière. Et si moi, je me porte à l'attaque, il reste derrière. Je pense que la chimie est en train de s'installer. Entre lui et moi, ça va de mieux en mieux», a estimé Fiori.

Le jeune homme de 6'1" et de 174 livres croit néanmoins qu'il lui reste du travail à faire sur l'aspect défensif de son jeu, ce qu'il fait avec l'aide du personnel d'entraîneurs des Remparts.

«Mon côté défensif doit être amélioré, parce que je pense que mon côté offensif s'est très bien adapté. C'est surtout mon positionnement dans la zone qui est à travailler, mais je trouve qu'après chaque entraînement, ça va de mieux en mieux et que je fais toujours du meilleur boulot! [...] Dans la vie, quand tu travailles et que tu donnes ce que tu as à donner, il y a des belles choses qui te reviennent. Je pense que c'est en train d'arriver pour moi», a soutenu Fiori, qui est admissible au prochain repêchage de la LNH.

Même s'il est un nouveau venu chez les Remparts, Fiori ne s'y est jamais senti seul, lui qui y a retrouvé son coéquipier de toujours, Olivier Thibodeau.

«On se connaît depuis qu'on a sept ans et on a toujours évolué dans le hockey mineur ensemble. On se retrouve ici avec les Remparts. C'est assez incroyable. On a une belle affinité sur la glace. Il y a seulement au niveau midget qu'on s'est quittés. Moi, j'étais supposé aller du côté du Phénix [du Collège Esther-Blondin], mais j'ai plutôt décidé d'aller du côté des Vikings pour des raisons familiales. C'est juste là qu'on s'est perdus, parce qu'avant, on avait toujours joué ensemble.»

***

En vitesse...

- Philippe Boucher attend le retour à Québec de l'entraîneur de gardiens de but, Maxime Ouellet, pour décider qui défendra le filet des Remparts contre les Saguenéens au Colisée Pepsi, dimanche. «Callum Booth et Éric Brassard, ce sont deux bons gars, deux compétiteurs. Il y a le 1-0 de Callum à Chicoutimi et les deux dernières victoires de Brass dans la balance».

- Le pilote s'attend à un duel physique contre les hommes de Patrice Bosch. «Chicoutimi a l'air de jouer très bien depuis que leurs gars sont revenus des camps pro là-bas. Ça va être un match physique. [...] Est-ce que ça va être encore 1-0? Je ne sais pas. Il y a des festivals offensifs souvent dans le junior. On va souhaiter que ce ne soit pas ça».

- Boucher ne se donne pas de date limite pour régler le dossier de ses joueurs de 20 ans. «Non, parce qu'il y a tellement de situations dans la ligue, comme Liam O'Brien [au camp des Capitals]. Il peut aussi y avoir des blessures à long terme, ou des gars qui ne reviennent pas», a laissé entendre le pilote qui n'a pas décidé qui, de Kurt Etchegary ou d'Adam Chapman, sera en uniforme dimanche.

- Boucher compte passer un coup de fil à son ami Rob Blake, dg adjoint chez les Kings, afin d'en savoir un peu plus long sur les raisons qui ont mené à la rétrogradation de Taylor Burke.

- Marc-Olivier Roy s'est blessé à une cheville en bloquant un lancer à l'entraînement, jeudi. Il a néanmoins terminé la séance.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer